Astrid ∞ Sun is up, I'm a mess

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: Astrid ∞ Sun is up, I'm a mess   Mer 22 Juil - 15:17

Astrid Applewhite

Kaya Scodelario
Né(e) le 04 avril 1993 à Chicago (USA), j'ai 22 ans et suis de nationalité américaine. Si vous voulez en savoir un peu plus sur moi, sachez que je suis plutôt pauvre et que je le vis pas trop mal ! Actuellement célibataire, je tiens à préciser que je suis plutôt du genre hétéro... Désolée d'avance pour les cœurs brisés.

Diplôme préparé : GraduateAnnée d'étude : première annéeCursus majeur : MédecineSpécialisation : VétérinaireCursus mineur : Biologie

Personnalité & addictions

Drôle - 30%
Réfléchi(e) - 74%
Créatif(ve) - 61%
Travailleur(euse) - 82%
Fêtard(e) - 20%
Narcissique - 35%
Artiste - 35%
Amical(e) - 86%
Jaloux(se) - 67%
Méfiant(e) - 25%
Sportif(ve) - 42%
Prude - 90%
Généreux(se) - 86%
Têtu(e) - 50%
Hautain(e) - 15%
Séducteur(trice) - 24%
Honnête - 90%
Joueur(euse) - 70%
Alcool : 10%Drogues : 0%Sexe : 0%

Renseignements multiples
Pourquoi avez-vous choisi d'étudier à l'université de Chicago ? Astrid a toujours vécu à Chicago, elle n'a jamais habité ailleurs que dans cette ville, le choix de l’université n’avait pas à être fait, elle allait étudier dans l’université de Chicago, tout comme son grand frère, son père, sa mère l’avait fait avant elle. Son destin était aussi scellé à un avenir grandiose, puisque l’université de Chicago proposait à Astrid de faire les études qu'elle avait toujours rêvées, médecine et être par la suite, vétérinaire.

Quelles sont vos sources de financement universitaire ? La jeune américaine finance ses études par des petits boulots accumulés tout au long de l’année, ainsi que l’aide de ses parents, mais surtout grâce au prêt étudiant qu’elle a engagé auprès de la banque et qu’elle devra rembourser à la fin de ses études. Logement étudiant, la vie au quotidien, Astrid jongle entre différentes bourses.

Que pensez-vous du système de confrérie ? Astrid trouve que le système des confrérie pratique pour s’intégrer mais elle regrette la mentalité de certaines, notamment celles des plus fêtardes qui la toise et qu'elle trouve déplorable.. Pour elle, les fraternités doivent avant tout exister pour s’entre aider et non pour faire perdurer une guerre qu’elle trouve odieuse. L'intégration, voilà ce qu'elle voit de positif en elles.

D'ailleurs, faites-vous partie d'une confrérie ? Si oui, depuis combien de temps ? Noyée dans la foule, Astrid s'est vite retrouvée exclue dans le cursus de biologie qu'elle avait intégré en 1ère année d'undergraduate, c'est pourquoi elle a décidé d’intégrer la fraternité qui lui ressemblait le plus, afin de ne pas se retrouver dans une confrérie allant à l’opposer de ses convictions, une fraternité de travailleurs, sérieux, avec qui Astrid savait qu’elle allait pouvoir partager de rares moments de joie, mais aussi des personnes avec qui elle travaillerait sans qu’on la juge. Cela fait maintenant 4 ans qu'Astrid a sa place dans cette confrérie qu'elle ne regrette pas d'avoir rejoint. Elle y a rencontré des gens fabuleux, sur qui elle sait qu'elle peut s'appuyer en cas de coups durs, mais aussi des élèves venant d'autres secteurs que celui de la biologie. En effet, Astrid adore ces moments de partages avec les autres confrères sur leurs parcours scolaires, les matières étudiées. Curieuse de nature, elle aime en apprendre davantage et ces débats lui permettent d'en savoir un peu plus sur un domaine dont elle ignore le fonctionnement.
Mais cette intégration a eu un prix, bien que la fraternité soit l’une des plus sérieuse de la faculté de Chicago, elle n’en reste pas moins une confrérie et conformément au code, Astrid devait déjà passer toute une série de tests afin d’être déclarée membre des Zeta Psi. Bizut, voilà ce qu’elle était devenue le temps d'un an afin de prouver qu’elle avait sa place au sein des Zeta. Elle qui était si timide, elle si réservée, elle a dû dépasser sa peur, ses craintes, sa timidité, se surpasser en osant tout, des actions les plus dégoutantes aux plus sordides, la belle brune s’est transformée afin de faire partie intégrante de la confrérie des Zeta Psi. Elle est donc membres depuis cinq ans, quatre ans d'undergraduate puis un an en graduate, après avoir obtenu son bachelor.

Biographie
Astrid a toujours figuré sur les tableaux d’honneurs. L’école n’était pas une corvée pour elle, bien au contraire, on la voyait souvent pendant les jours de congés demander quand l’école recommençait et elle trépignait d’impatience d’y retourner. L’école était pour Astrid un lieu de socialisation puisqu’elle y a rencontré des gens de tous horizons, de très bons amis, mais surtout un lieu d’apprentissage où elle découvrait chaque jour de nouvelles choses. Avide de connaissances la petite brune se rendait à l’école le sourire aux lèvres alors que certains de ses camarades y allaient à reculons et même parfois en pleurant.
L’école était pour Astrid un endroit de bonheur et de plaisir, jusqu’à l’année de sa 4ème année au collège.
Alors que la cloche sonnait la fin des cours, Astrid rangeait ses affaires et se préparait à sortir quand son professeur à peine âgé de 25 ans, l’appela et lui demanda de passer le voir dans son bureau. Elle acquiesça. La jeune fille ne savait pas réellement ce que lui voulait son enseignant mais elle pensait que sa demande de visite était surement lié à son superbe exposé qu’elle avait fait sur la guerre froide.
Elle rangea au plus vite ses affaires, et rejoint son professeur qui lui rendit le sourire qui se dessinait sur son visage. Le trajet jusqu’au bureau se fit en silence, aucun des deux ne prononça le moindre mot. Le professeur tourna la poignée de son bureau, laissa passer l’étudiante brune et referma la porte à clé.
Elle pris place sur le siège en face du bureau de l’enseignant. Le jeune maître des écoles ne s’assit pas à sa place, il se positionna plutôt derrière elle, debout et posa ses mains sur les épaules de l’adolescente. Il commença à les malaxer doucement. L’étudiante interloquée, avala lourdement sa salive pour lui demander ce que lui valait cette venue dans son bureau. L’enseignant fit tourner le siège de son élève jusqu’à avoir son visage face au sien. Il lui avoua à mi-voix «Tu ne te doutes de rien ? J’ai pourtant bien remarqué tes sourires et tes regards et j’ai compris. Je sais ce que tu veux.» Il porta sa main au niveau de la cuisse de la jeune fille, complètement décontenancée. Il remonta lentement ses doigts jusqu’au dessous de la jupe de l’uniforme pour atteindre les dessous de l’adolescente, qui paniquée, se leva brusquement et tenta de raisonner son professeur. Mais que pouvait-elle réellement faire ?

Suite à cette altercation, les parents de Astrid décidèrent qu’elle prenne des cours à domicile, qu’elle suive des séances avec un des meilleurs psychologues de Chicago et ils essayaient de redonner le sourire à cette jeune fille qui avait perdu toute confiance aux hommes.
Malgré tous les efforts de ses parents, Astrid savait que plus jamais elle n’allait retrouver la vie qu’elle rêvait. Ses frères et sueurs furent les premiers sur lesquels elle pu compter, puis il y avait son meilleur amis qui avait été aussi très important dans son rétablissement.

Lors de son année de terminale, un nouvel élève prénommé Sahel attira tout de suite l’attention de la jeune femme. Mais encore bien trop secouée par le face à face avec son professeur elle ne trouva jamais le courage d’aller lui parler. C’est le jeune homme, lui-même, qui fit le premier pas et qui se présenta à Astrid qui après tant d’année sans parler directement à un individu de sexe masculin prononça son prénom timidement.
Depuis, Astrid et Sahel sont inséparables et une grande et forte amitié s’est tissée entre eux. Du moins, c’est ce qu’essaie de se dire Astrid.

Ils ont obtenus leur diplôme et ont décidé de s’inscrire tous les deux en fac. Astrid a toujours rêvé de casser les coutume de sa famille et réaliser la vie à sa façon, dont elle la voyait, et ce rêve fou c'était de se voir devenir vétérinaire, venir en aide aux animaux et non aux humains desquels elle a été trop déçue tout au long de sa vie. Les animaux étaient pour elle un bon compromis entre l'aide et la nature. Mais sans Sahel elle ne serait pas ce qu’elle est devenue aujourd’hui. Le jeune homme, en l’espace d’un an, a redonné le sourire à sa jeune amie qui, désormais croque la vie à pleines dents, ose affronter le regard des hommes.

Pour la jeune femme, la faculté était un renouveau, la possibilité de toute recommencer à zéro et d’exceller à nouveau dans les sciences qui l’intéressent. Pour elle, ce fut difficile de se faire une place dans un amphi aussi grand que celui su cursus de biologie et la première année fut excessivement longue, Astrid se renfermait peu à peu sur elle même, s'écartant de ses camarades pour se plonger dans les livres, révisant ardemment. Alerté par son comportement, Sahel qui la connaissait bien l'a vite reprise en main et lui a conseillé d'intégrer une confrérie. Elle a donc rejoint la fraternité des zelta psy, un peu contre son gré mais sa détermination a fini par payer et sa hargne de vaincre l'a poussé à se dépasser. Son ami Sahel avait choisi une confrérie tout à fait différente, mais qui reposait sur une valeur qui leur était commune : l’amitié. Mais l’amitié des deux étudiants était-elle vraiment ce qu’elle prétendait être ? Aujourd’hui, Astrid essaie de s’en persuader, mais elle réalise très vite que sa relation d’amitié n’a rien à voir avec celle qu’elle avait tissée avec son meilleur ami. Ses sentiments amicaux n’ont pas tardé à laisser place à ceux de l’amour.
Les années se suivaient, les amis étaient inséparables. Ils enchainaient tous les deux les années dans leur cursus universitaire jusqu'à l'examen final, celui du bachelor. Astrid s'inquiétait pour Sahel qui n'était un élève aussi assidu qu'elle, et l'aida du mieux qu'elle pouvait pour satisfaire les exigences du test final.
Quelle ne fut pas son explosion de joie lorsqu'elle apprit sa gradutation mais aussi celle de son ami Sahel duquel elle n'allait pas être séparé.
Enfin... enfin elle allait intégrer médecine, enfin elle allait faire les études qu'elle rêvait. Enfin Astrid allait pouvoir étudier les matières qui la passionnaient. Enfin, elle allait être dans la même classe que Sahel, et bien que leur fraternité et sa copine les séparaient, Astrid allait enfin pouvoir concilier Sahel et études.
La rentrée approchant, elle attend patiemment dans la maison familiale dans laquelle Astrid passe ses vacances d'entrer à la faculté pour obtenir son master.

Aujourd’hui, secrètement, Astrid est follement amoureuse de Sahel, en qui elle voit le parfait mari. Mais cet amour n’est pas simplement impossible à cause de leurs religions opposées, mais surtout à cause de la nouvelle petite amie de Sahel...
De plus, sa mère, voyant clair dans ce petit manège, voit d’un très mauvais œil la relation que son enfant tient avec ce jeune homme juif. Elle refuse même l’accès à la maison à Sahel qui n’a jamais vu les parents de son amie.

Sa famille, est composée de Satyn, la benjamine de la famille, la petite sœur qui a disparu depuis bientôt 3 semaines maintenant. Leur mère a perdu tout espoir de la retrouver vivante et a baissé les bras bien trop rapidement au goût d'Astrid. Quelques jours avaient eu raisons de sa peine et aujourd'hui, elle ne parle plus que de Satyn au passé, comme si la benjamine n'allait jamais revenir. Sa mère ne se bat pas pour ses enfants, elle se bat contre la vie. Il est hors de question qu'elle souffre pour eux. Elle ne veut plus parler de Satyn, et refuse qu'on aborde ce sujet en sa présence. Sa fille pour elle est morte.
Son père, lui, continue de chercher jours et nuits sa dernière fille et ne perd pas espoir. Il passe ses nuits dehors à arpenter les chemins sombre des bois, armé de sa lampe torche, quelques signes de Satyn vivante ou morte, peu importe, il veut la retrouver. Il ne dort pas, la journée, il sillonne les rues, frappe aux portes pour récolter quelques informations que ce soit. Il se bat contre la mort, contre cette tragédie qui a frappé.
Les enfants ne voient plus leur père, il est constamment en cavale, à espérer trouver la petite dernière, partie si jeune et ils assistent impuissants à la dégradation de sa santé. Que pouvaient-ils faire ?
Le grand frère, Sullyvan, policier dans la ville de Chicago n'a pas été affecté à l'affaire de disparition de Satyn. Comme cela touchait à sa vie privée, il a plutôt été placé sur les cas de trafique de drogues, courant à Chicago. Mais malgré sa mise à l'écart de l'affaire de l'enlèvement de la soeur, Sully ne peut s'empêcher de s'emmêler, fouillant dans les dossiers de l'enquête, allant chercher avec le père après ses heures de patrouille... Il reste fort et ne montre aucune faiblesse, bien que Astrid devine aisément sa tristesse depuis la disparition de la cadette.

La disparition de leur sœur peine beaucoup Astrid, mais elle tente de rester forte et de ne pas s'effondrer devant ses parents, son frère... Astrid essaie tant bien que mal de chercher pendant son temps libre des traces de sa sœur. Satyn était un trésor et elle refuse d'admettre de l'avoir perdue.
Mais depuis l'enlèvement de Satyn son père refuse désormais que Astrid quitte son logement après la nuit tombée. Alors, elle se réfugie sous ses draps, là où elle sait que rien ne lui arrivera, où les problèmes s'enfuient. Satyn, où es-tu ?

Moi c'est brat face !
J'ai 24 ans, je suis une fille et je vis en France. J'ai découvert le forum par milka la magnifique et je le trouve parfait ! Sinon, je serai connecté(e) souvent, 6/7 et je devrai pourvoir RP environ 2 fois par semaine.



Dernière édition par Astrid Applewhite le Ven 24 Juil - 12:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Astrid ∞ Sun is up, I'm a mess
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Déterre la tombe d'Astrid pdt la nuit (pv Luca et Victoir)
» Juliette apprend que sa mère est vivante (pv Pascal/Astrid)
» ASTRID (éliminé)
» Vient voir la police à propos de la tombe d'Astrid.
» Commande Astrid BF.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YUCK IT UP :: LES ARCHIVES :: Les archives :: Les fiches périmées-
Sauter vers: