Gabriella Clarks - un café nommé désir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: Gabriella Clarks - un café nommé désir   Mer 12 Aoû - 18:10

Gabriella Clarks

Katie Cassidy
Né(e) le 12 avril 1990 à Sacramento - Californie (USA), j'ai 25 ans et suis de nationalité américaine. Si vous voulez en savoir un peu plus sur moi, sachez que je suis plutôt modeste et que je le vis bien ! Actuellement célibataire, je tiens à préciser que je suis plutôt du genre hétéro... Désolé(e) d'avance pour les cœurs brisés.

Diplôme préparé : doctoratCycle & année d'étude : Graduate entre en 4ème annéeCursus majeur : ManagementSpécialisation : Communication des organisationsCursus mineur : journalisme

Personnalité & addictions

Drôle - 65%
Réfléchie - 50%
Créative - 20%
Travailleuse - 70%
Fêtarde - 40%
Narcissique - 30%
Artiste - 2%
Amicale - 80%
Jalouse - 60%
Méfiante - 65%
Sportive - 60%
Prude - 15%
Généreuse - 50%
Têtue - 90%
Hautaine - 7%
Séductrice - 60%
Honnête - 95%
Joueuse - 40%
Alcool : 85%Drogues : 0%Sexe : 100%

Renseignements multiples
Pourquoi avez-vous choisi d'étudier à l'université de Chicago ?
Lorsque j'étais au lycée et qu'il a fallu s'intéresser aux universités, l'université de Chicago s'est tout de suite installée dans mon "top 10". Il y avait plusieurs universités qui m'intéressais. Aucune de l'Ivy League, car je n'aurais jamais eu les moyens, mais de bonnes universités tout de même. Ce qui a été déterminant, ce fut la qualité des cours dispensés, l'accueil lors des journées d'intégration mais surtout la bourse. Au lycée, j'étais dans les meilleurs de ma promotion. C'est grâce à mes efforts en classe et aux différentes lettres de recommandations de mes professeurs que j'ai pu obtenir une bourse de la part de l'Université et ainsi intégrer l'Université de Chicago.

Quelles sont vos sources de financement universitaire ?
Mes parents ont eu trois enfants et n'ont jamais gagné à la loterie. Autant dire que même s'ils ont économisé toute leur vie pour que nous puisons aller à l'université, la bourse offerte par l'Université de Chicago s'est vue être une bénédiction.

Que pensez-vous du système de confrérie ?
J'adore et j'adhère complètement. Je trouve ça ingénieux et pertinent de faire se regrouper les étudiants en fonction de leurs centres d'intérêts et de leur mentalité. Ainsi, chacun se trouve plus facilement intégré et peut vivre pleinement et manière plus épanouissante sa vie universitaire. D'autant plus que cela permet également d'enrichir son réseau professionnel car lorsqu'on a appartenu à une confrérie, c'est à vie.

D'ailleurs, faites-vous partie d'une confrérie ? Si oui, depuis combien de temps ?
« Lors des journées d’intégration dispensées pour les futurs étudiants, je me souviens encore avoir été complètement stupéfaite et émerveillée devant cette maison et ces filles. Toutes plus belles les unes que les autres, plus souriantes, plus enjôleuses, plus divines. Elles semblaient tout droit venir du paradis. Leur peau lisse et sans imperfection, leurs dents blanches et leur regard pétillant. Je voulais en être. Je voulais qu’on me regarde comme on regardait ces filles, qu’on m’admire pour ma beauté, mon sourire, ma jovialité. Elles imposaient par leur beauté, leur charme et leur charisme une sorte de respect évident et d’adoration renversante. Je voulais qu’un jour, une fille en me regardant se dise elle aussi : « Je veux être une soeur ALPHA OMICRON PI. ». Après cette première journée d’intégration, il a fallut retourner à Sacramento en Californie et passer les examens de fin d’étude pour pouvoir entrer à l’université. Mais je ne faisais que d’y penser, que d’en parler. Les Alpha m’avaient subjuguées. Comment pouvait-on ne pas vouloir appartenir à cette confrérie ?
En arrivant à l’université, la question ne se posait même pas, j’allais tout faire pour intégrer cette confrérie. Moi qui avait eu deux frères, ces filles allaient devenir les soeurs que je n’avais jamais eu, les soeurs que j’avais toujours espéré. Je me souviens encore du premier jour, lors du recrutement. Je m’étais préparée avec le plus grand soin, je n’avais jamais été plus charmante et distinguée. Toutes ces filles autour de moi rêvaient de devenir une Alpha Omicron Pi, elles étaient pour la plus part d’ancienne cheerleader, qui ressemblaient à des poupées. Rien à voir avec moi… Pourtant, j’ai gardé mon sourire et ma joie de vivre tout au long de la soirée. J’ai partagé mes astuces beauté, mes ragots bien trouvés et mes centres d’intérêts pour le tennis, la course à pied, les animaux et la protection de l’environnement, avec vigueur et entrain.
Comme tout étudiant postulant pour entrer dans une fraternité, j’ai aussi eu droit à mon bizutage. Deux alpha omicron pi sont venues me chercher après mon jogging matinal dans ma chambre que j’espérais temporaire. A peine le temps de prendre une douche rapide que je devais me déguiser en soubrette et rejoindre cinq autres bizutes dans le hall de l’université pour vendre des entrées à la prochaine grosse soirée organisée par la maison. Comme dans tout ce que je fais, dès que je m’investis d’une mission, je m’y donne à fond. Souriante et entreprenante, je me souviens m’être bien amusée et avoir vendu une quantité non négligeable d’entrée, c’est même de cette manière que j’ai rencontré mon professeur de stratégies organisationnelles pour la première fois, vous parlez d’une bonne impression ! »

Biographie


Sacramento - 2008

« Mais pourquoi tu fais ça ? Tu crois que ça m’amuse de te voir souffrir ? Moi aussi je souffre Gaby. Je souffre de te voir te mettre dans des états pareils, je souffre de cette situation tendue et presque malsaine. Si tu n’es pas capable de me pardonner, il faudra qu’on prenne une décision. 
- J’ai besoin que tu m’aide à te pardonner…
- Non Gaby, c’est un travail que tu dois faire seule. Toutes ces crises de jalousie moi je n’en peux plus, et il n’y a que toi qui sais si tu pourras me pardonner un jour. »
Ses mots résonnent dans l’air, comme une bulle de bande dessinée encore accrochée à sa bouche. Il refuse de l’aider. Pourtant c’est lui qui l’a trompé il y a six mois de cela. C’est lui qui lui a délibérément menti, qui lui a fait perdre confiance en elle et qui a réussi à lui faire croire que tout ça, c’était de sa faute à elle. Et elle, elle reste debout les bras ballants, ne sachant que dire ni que faire. Enfin si, elle sait quoi faire. Elle devrait partir et le quitter pour de bon, mais elle n’en a pas la force. Il l’a tellement manipulé, il lui a tellement retourné le cerveau, qu’elle pense dur comme fer qu’elle est amoureuse et que l’amour va les sauver de cette mauvaise passe. Sauf que ça ne fait qu’un an qu’ils sont ensemble. Et qu’au bout de six mois il la trompait déjà. Elle aurait du partir, elle devrait partir. Mais elle s’en sentait incapable. Elle savait oh combien il ne croyait pas en l’amour et elle avait voulu lui prouver le contraire, qu’une femme est prête à tout endurer pour l’homme qu’elle aime. Mais elle le payait au prix de son propre bonheur. Au prix de sa santé mentale. Les yeux rouges et bouffis par les larmes, Gabriella se mordait les lèvres pour que ses yeux arrêtent de pleurer. En vain. Les larmes roulaient sur ses joues sans qu’elle ne puisse rien y faire. Elle venait de lui faire une nouvelle crise de jalousie, parce qu’il était allé boire un verre avec une femme sans lui en parler. Elle savait que plus le temps passait, et plus la situation était invivable, tant pour elle que pour lui. Mais elle n’en pouvait plus. Il avait tellement de fois envoyé des messages enflammés et passionnés à d’autres femmes plutôt qu’à elle pendant leur relation, il lui avait tellement menti sur le lieu où il était et en quelle compagnie il se trouvait. Il avait abusé de sa confiance, de sa gentillesse et de sa naïveté. Elle était en colère contre lui et le méprisait au moins autant qu’elle l’aimait. Elle devait partir et elle partirait. Mais pas aujourd’hui, parce qu’elle avait encore besoin de croire qu’il pouvait l’aimer.

Sacramento - 2009

Deux ans. Deux ans de manipulation, de pleures, de cris, de jalousie. Deux ans de rire aussi parfois, mais surtout deux ans de souffrance. Gabriella ne savait même pas comment elle avait fait pour tenir aussi longtemps, elle qui ne cessait de se répéter qu'elle devait le quitter et ce, au bout de six mois de relation. Mais elle en avait toujours été incapable. Jusqu'à aujourd'hui. Elle venait d'entrer à l'université de Chicago et était rentrée chez les Alpha Omicron Pi, la plus prestigieuse et divine de toutes les confréries du campus selon elle. Elle suivait des cours qui la passionnait et avait rencontré des gens absolument fabuleux. Lui, il avait huit ans de plus qu'elle et il travaillait déjà, à Sacramento. La distance lui donnait davantage de nausées qu'elle ne pouvait en supporter tant sa jalousie était devenue maladive. Elle ne lui faisait plus confiance, cela faisait un an et demi qu'elle ne lui faisait plus confiance. Quoi de mieux pour oublier un homme, que de changer de vie, n'est-ce pas ? Gabriella était rentrée à Sacramento pour les vacances d'hiver et elle était passée à l'improviste chez lui. Elle s'entend encore lui dire "C'est terminé. Peu importe ce que tu as à dire, je ne veux pas l'entendre, je ne veux plus t'entendre. Plus jamais." Elle avait tourné les talons sans se retourner. Le poids qu'elle sentait sur son estomac venait de se dissiper. Pour la première fois en deux ans, elle était libre. Il ne la traiterait plus comme une gamine, il ne pourrait plus ne pas la respecter parce qu'elle ne lui en donnerait plus l'occasion. D'ailleurs, elle n'en donnerait plus l'occasion à personne. Elle était déterminée à ne plus jamais se faire manipuler, ne plus jamais se faire rabaisser par personne. Gabriella était rentrée à Chicago dès le lendemain. Elle avait bloqué et supprimé son numéro de téléphone. Une nouvelle vie pouvait enfin s'offrir à elle.

Chicago - 2010

Deuxième année sur le campus de l'Université de Chicago dont la réputation grandissait un peu plus chaque année. Gabriella s'était forgée un nouveau caractère depuis sa rupture avec l'homme qui avait partagé sa vie pendant deux ans. Elle était plus heureuse, plus joviale, plus ouverte à la discussion, aux sorties. Mais aussi plus caustique et abrupt. Elle ne se laissait pas marcher sur les pieds, elle aimait rire et était toujours la première à boire un coup de trop ou à faire les 400 coups. Ca ne l'empêchait pas pour autant d'être sincère et droite dans ses bottes, de défendre ses idées et ses opinions. Mais surtout, elle ne laissait personne lui dicter sa conduite, elle ne laissait personne s'introduire à nouveau dans sa tête. C'est ainsi qu'elle s'amusait à draguer, à rire, à sortir, sans jamais aller plus loin. Car au fond d'elle, elle avait peur. Elle était terrifiée à l'idée qu'on puisse la faire souffrir à nouveau, terrifiée à l'idée de donner son coeur une nouvelle fois. Terrifiée qu'on la manipule comme on avait pu le faire. Bien qu'elle boive beaucoup de liquide riche en alcool, bien qu'elle sorte plus que nécessaire, Gabriella n'avait jamais entretenu de relation avec un homme depuis sa rupture un an plus tôt. Elle était studieuse, travaillait assidûment afin de conserver sa bourse universitaire sans laquelle elle n'aurait jamais pu être là, elle participait activement à la vie étudiante mais ça s'arrêtait là. Elle repoussait tous les hommes (et même parfois les femmes), qui tentaient de lier une relation intime avec elle.

Chicago - 2011
« Gaby, tu crois vraiment que tu vas pouvoir continuer de jouer les vierges effarouchées encore longtemps ? Les mecs c'est fait pour s'amuser mon chat. Alors ne leur donne pas ton coeur ok, mais rien ne t'empêche de profiter d'eux ! »
Gabriella était méfiante à l'égard des hommes qui s'approchaient d'elle. Elle avait besoin d'amour, mais elle le trouvait autrement. Elle se réfugiait dans les livres, dans ses études où elle était brillante, dans les soirées et l'alcool où elle oubliait toute la souffrance qu'elle avait pu avoir. Et un jour, on lui fit ouvrir les yeux. Elle aussi, elle pouvait profiter des hommes, les "utiliser". Alors elle se remit à sortir, pas de rencard, juste du sexe pour le sexe avec des hommes choisis sur le volet. Juste de quoi passer du bon temps, sans prendre le temps de se découvrir autrement que physiquement. Gabriella n'était pas prête à refaire confiance aux autres, mais elle était prête à retrouver tout son potentiel féminin. La séduction était devenue un jeu, et les hommes étaient de loin ses jouets préférés.


« On veut tous que sa vie soit passionnante et exaltante. Pourtant, il faut se rendre à l’évidence. On n’a pas toute une fée pour marraine. Et on a beau s’acheter des centaines de paires de chaussures, on ne finira certainement pas avec un prince, encore moins charmant ! Je suis née à Sacramento, vous saviez que c’est la ville à la diversité culturelle la plus importante de tous les Etats-Unis ? Mes parents sont professeurs au lycée, heureusement pas celui auquel je suis allée. Ils ont économisé toute leur vie pour que mes deux frères et moi nous puissions aller à l’université. Et nous y sommes. Ca fait six ans que j’y suis, c’est fou non ? Mais j’adore ça. Etre étudiante c’est vraiment le pied vous savez ? On s’instruit chaque jour en cours, mais aussi le soir grâce aux soirées, aux confréries. On en apprend énormément sur les rapports humains à l’université. C’est aussi ça qui m’a plu. Ca et les beaux mecs, l’alcool et la fête ! J’adore ce sentiment d’appartenir à une vraie famille. Les Alpha ce sont mes soeurs, et je les aime autant que j’aime mes frères. Il ne s’est pas passé grand chose dans ma vie, mais je sais que j’ai un destin hors du commun. J’attend juste qu’il me tombe dessus. »

Moi c'est dollsoung !
J'ai 21 ans, je suis une licorne avec un tutu rose à paillette et je vis en France. J'ai découvert le forum sur bazzart et je le trouve génial ! Sinon, je serai connecté(e) 5/7 et je devrai pourvoir RP environ 3 à 4 fois par semaine.



Dernière édition par Gabriella Clarks le Jeu 13 Aoû - 18:25, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t2212-lux-2-0-the-robot-unicorn


Lux Ó Cearnaigh
FONDATRICE - NOTRE MÈRE A TOUS
Je suis à Chicago depuis le : 03/06/2011 et j'ai déjà rédigé : 3705 messages. J'ai : 24 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : doctorante (troisième année) en ingénierie, spécialisée en robotique

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: Gabriella Clarks - un café nommé désir   Mer 12 Aoû - 18:15

Bienvenue sur YIU, j'espère que tu te plairas bien ici **

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Gabriella Clarks - un café nommé désir   Mer 12 Aoû - 18:23

katie
bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Gabriella Clarks - un café nommé désir   Mer 12 Aoû - 18:37

Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuue parmi nous ! **
Bon courage pour ta fiche & have fun sur YIU stress
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Gabriella Clarks - un café nommé désir   Mer 12 Aoû - 18:41

katie est magnifique sur les avatars choisis I love you
bienvenue
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Gabriella Clarks - un café nommé désir   Mer 12 Aoû - 18:57

BIENVENUE SUR YIU balloncoeur2
n'hésite pas si tu as des questions **
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Gabriella Clarks - un café nommé désir   Mer 12 Aoû - 19:32

Merci beaucoup à vous tous ** balloncoeur2
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Gabriella Clarks - un café nommé désir   Mer 12 Aoû - 19:51

drogue 0% ? roooooh

BIENVENUUUUUUE hein
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Gabriella Clarks - un café nommé désir   Mer 12 Aoû - 19:53

Sexe 100 %
Bienvenue parmi nous stress stress stress
Bon courage pour la suite de ta fichette !!!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Gabriella Clarks - un café nommé désir   Mer 12 Aoû - 19:57

Chacun remarque ce qui l'intéresse aha

Merci à tous les deux en tout cas love
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Gabriella Clarks - un café nommé désir   Mer 12 Aoû - 20:08

Bienvenue sur le forum et bonne chance pour ta fiche. **
Si tu es des questions, n'hésite surtout pas. I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Gabriella Clarks - un café nommé désir   Mer 12 Aoû - 20:10

bienvenue ma belle han
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Gabriella Clarks - un café nommé désir   Mer 12 Aoû - 21:40

Katie
WELCOME!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Gabriella Clarks - un café nommé désir   Mer 12 Aoû - 23:03

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Gabriella Clarks - un café nommé désir   Mer 12 Aoû - 23:14

Merci beaucoup à tous les 4 Pompom amour3
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Gabriella Clarks - un café nommé désir   Aujourd'hui à 22:51

Revenir en haut Aller en bas
 
Gabriella Clarks - un café nommé désir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Créatures rares et nommés - Monts Brumeux
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» ♣ Le café, ça tache ? | Alix & Ewen
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...
» Café renversé,aquarium, asticots, moisissures...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YUCK IT UP :: LES ARCHIVES :: Les archives :: Les fiches périmées-
Sauter vers: