Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel   Jeu 6 Aoû - 23:06

Théodora Fitzgerald

Shailene Woodley
Né(e) le 21 mai 1991 à Chicago, j'ai 24 ans et suis de nationalité américaine. Si vous voulez en savoir un peu plus sur moi, sachez que je suis plutôt riche/ et que je le vis bien ! Actuellement célibataire et maman, c'est déjà bien assez, je tiens à préciser que je suis plutôt du genre hétéro... Désolé(e) d'avance pour les cœurs brisés.

Diplôme préparé : DoctoratCycle & année d'étude : Graduate, 3ème année Cursus majeur : MédecineSpécialisation : NeurologieCursus mineur : Neurochirugie

Personnalité & addictions

Drôle - 67%
Réfléchie - 80%
Créative - 30%
Travailleuse - 95%
Fêtarde - 50%
Narcissique - 10%
Artiste - 85%
Amicale - 92%
Jalouse - 80%
Méfiante - 43%
Sportive - 95%
Prude - 10%
Généreuse - 70%
Têtu) - 85%
Hautaine - 2%
Séductrice - 75%
Honnête - 60%
Joueuse - 78%
Alcool : 21%Drogues : 0%Sexe : 60%

Renseignements multiples
Pourquoi avez-vous choisi d'étudier à l'université de Chicago ? J'aimerais vous dire que j'ai choisi Chicago pour sa réputation et son niveau proche de l'excellence.
J'aimerais vous dire que ce choix n'a été dicté que par mon cœur, ma conscience ou mon envie, que j'ai été assez forte pour ignorer mes proches, tracer ma propre route en évitant les pièges de mère nature ou de Dieu, au choix.
En réalité, il ne s'agit que d'une action de plus pour faire plaisir à mes parents, leur montrer que je peux être celle qu'il aimerait que je sois, au moins un minimum, que malgré cette "petite" erreur, je suis leur pas.

Quelles sont vos sources de financement universitaire ?Le portefeuille familiale dispose de bien assez de billet pour permettre à tout un compté de poursuivre ses études, donc je suppose que la réponse est Papa/Maman (sachez que j'exagère à peine !).

Que pensez-vous du système de confrérie ? L'année de mes dix ans, ma mère m'a emmenée dans l'une de ses soirées sélectes, réservées à l'élite féminine. C'était les mots de ma mère : "ces femmes font partie de l'élite féminine, tu devrais t'en inspirer. Si un jour tu attends leur niveau, tu sauras que tu as réussi." Cette élite féminine, journalistes de renons, écrivaines ou avocates, faisaient toutes partie d'un tout, une même confrérie : les ALPHA OMICRON PI. A partir de ce jour, je n'ai eu qu'un seul but, être comme l'une de ses femmes, rejoindre leur confrérie, devenir l'une d'elle. J'aime le système des confréries, elles définissent qui tu es, te créent des liens pour la vie, comme ma mère et ses amies.

D'ailleurs, faites-vous partie d'une confrérie ? Si oui, depuis combien de temps ? Malgré mes rêves, malgré ceux de ma mère, je n'ai pas fini dans la Confrérie que je voulais tant. En réalité, lorsqu'est venu l'heure de faire un choix, je n'ai pas choisi les ALPHA OMICRON PI. Je n'ai pas pu. Peut-être qu'au final, je n'ai jamais réellement voulu les rejoindre  peut-être qu'il ne s'agissait que d'un nouveau moyen pour moi d'être aimé par ma mère. Quoi qu'il en soit malgré mon côté joueuse et quelque peu fêtard, mon choix c'est porté sur les ZETA PSI. Pourquoi ?
Et bien déjà, ils ont une liste d'ancien à faire hurler d'envie. Toutes les vrais têtes pensantes ont été réuni dans ce haut lieu.
Ensuite, et pas des moindre, ils sont du genre bosseurs. Plus que bosseurs. Je veux réussir, par moi-même et je sais que les Zeta était LA confrérie qu'il me fallait.
Enfin, malgré ce côté bosseur enfermé dans la bibliothèque, j'ai apprécié leur envie d'intégrer le plus grand nombre. Je suis du genre sociable mais pas hautaine,  un point précis qui ne collait pas entre l'ancienne confrérie de ma mère et moi. Alors oui, j'ai fais le choix des Zetas. Depuis maintenant trois ans, je suis une soeur des Zeta. Avec ma grossesse, je n'ai voulu y entrer plutôt. Je voyais bien le regard de ses élèves en médecine, ils ne pouvaient s'empêcher de regarder mon ventre. Je pense que j'ai réussi à impression les Zeta le jour où je me suis présentée à mes examens, un mois seulement après la naissance d'Andrew et que j'ai réussi à être bien classé malgré tout.

Biographie


Lundi, solfège. Mardi, natation. Mercredi, piano. Jeudi, natation. Vendredi, guitare. Samedi, bibliothèque + natation. Dimanche, église..

Du haut de mes treize ans, je me prépare à une autre semaine bien chargée mais à l'heure actuelle, je ne m'en plains plus. Ou peut-être que je n'ai jamais ressenti le besoin de me plaindre ? Et je dois être parfaite, ne pas rompre, ne jamais plier. Mon père à une devise dans la vie : « L'excellence se travaille, l'excellence se mérite et Dieu nous aide à concrétiser notre dur labeur. ». Du coup, j'ai la même, tel père, telle fille, n'est-ce pas ?

Ethan est comme moi. Nous essayons tous les deux vainement de plaire à notre père, de suivre son règlement à la lettre, d'être aussi pieux que lui. Plus jeune, lorsqu'il nous demandait si l'un de nous voulait dire les bénédicités avant le repas, nous nous disputions jusqu'au jour où notre père a décidé que les jours pairs je remercierai Dieu pour notre bonheur et que Ethan en ferait de même les jours impairs. Je vois bien que Nanny trouve ça étrange. Mais elle n'a rien à dire, même si elle est avec nous depuis ma naissance, un peu comme notre grand-mère, elle n'est qu'une nourrice, une bonne, du moins ce sont les mots de mon père. Peu lui importe qu'elle soit là pour nous alors que notre mère travaille d'un bout à l'autre du pays, peu lui importe qu'elle soit là quand lui-même s'occupe d'étendre son empire médiatique.

Parfois j'ai le sentiment que mes parents ont juste fait leur devoir envers Dieu en nous donnant naissance à Ethan et moi, histoire de peupler la planète et voilà. Et nous voilà tous les deux, comme deux âmes perdues en mer.


La seule chose que je peux accorder à mes parents, c’est qu’à chaque été, nous nous retrouvons pour deux semaines de vacances. La France, l’Angleterre, L’Espagne, autant de grand pays européens qui ont accueillit notre petite famille. En réalité, je sais que nos vacances sont dictés par les accords que mon père doit passer, les pattes qu’ils doit graisser et les nouveaux partenaires mondiaux qu’il doit trouver mais je m’en moque. Pour ces vacances, le choix s’est porté sur l’Italie, profitant de ce moment pour faire un crochet par le Vatican. Pas un pèlerinage, juste une demi-journée. La richesse de la papauté m’a sautée aux yeux aussi facilement qu’il était désormais clair pour moi que je ne suivrai plus les précepte d’une église riche, incapable de donner aux plus démunis. C'est à partir de ce moment là que les disputes ont commencées.

Je me rends compte à présent que mon père n'était pas quelqu'un de compréhensif avec qui il est possible de discuter. Pendant quinze ans j'ai suivi chacun de ses ordres sans me soucier de savoir si j'étais d'accord ou non. Aller à l'Eglise, être bien sous tout rapport, être parfaite, ne jamais fléchir, ne pas "céder à l'appel de la chair avant le mariage", épouser un homme qui sera comme ci ou comme ça. Soit sage et tais-toi. C'est ce qu'il me demandait, ce qu'il me demande toujours mais j'ai grandi, je fais mes propres choix, que ça lui plaise ou non.



-Comment va Gabriel ? me demande Nanny.

Je n'aime pas trop le ton qu'elle emploie, comme si quoi que je dise, elle saura que je mens. Mais ça ne devrait même pas m'étonner, c'est Nanny, elle sait toujours tout.

-Il va bien, je crois.

-Tu crois ? Ce n'est donc pas Gabriel Andersen que j'ai vu courir le long de ma cuisine à six heures du matin ?

Qu'est-ce que je disais ? Nanny sait toujours tout, elle a un oeil de lynx ou alors c'est Gab qui est nul, c'est au choix. Note à moi-même, frapper Gab pour ne pas avoir été assez discret. Avec un sourire, ma nourrice me sert mes crêpes au nutella, mon plat préféré depuis qu'elle m'a fait découvrir ce mets d'origine française lors d'un voyage familial. Selon ses dires, une fois de retour à Chicago, je demandais des crêpes à tout et n'importe quoi.

-J'espère que vous vous protégez au moins.

-Nanny ! dis-je légèrement mortifiée.

-Quoi ? me demande-t-elle en me servant un verre de lait.

-Tu sais à quel point c'est gênant de parler de ça avec toi au petit-déjeuner ?

-Donc tu avoues qu'il se passe quelque chose entre vous. Je croyais que vous étiez ami ?

Rectification, c'est moi la nulle. Nanny ne savait pas vraiment où en était ma relation avec Gabriel et je viens de tout lui avouer en quelques mots mal choisi.

-On est ami.

Ce qui est vrai. Gabriel est quelqu'un que j'apprécie avec qui je peux discuter de tout ou presque. C'est ce qu'on appelle un ami, n'est-ce pas ? Pathétique, qui j'essaye de convaincre ? Elle ou moi ? Sûrement moi car de ses yeux bleus, Nanny me passe aux rayons X, comme si elle pouvait lire tout ce que je cache. Pour le coup, elle ne dit rien, attendant juste que je prenne la parole, ce que je ne tarde pas à faire. Je lui parle de cette façon si particulière qu'il a de voir la vie, une façon différente de la mienne. Quand je suis trop focalisée sur mes résultats, il m'offre une bulle d'oxygène. Lorsque la pression familiale se fait trop ressentir, il apparaît comme par magie pour me détendre. C'est tellement kitsch de dire ça mais j'ai le sentiment que nous sommes comme deux éléments physiques s'opposant l'un l'autre mais ne pouvant que s'attirer.

-Mais il n'est pas du genre à ne voir qu'une fille donc, nous ne sommes qu'ami, dis-je en conclusion.

Oui, nous ne sommes qu'ami et je me satisfais de l'idée d'être celle qu'il vient retrouver.




-Tu sais quoi ? Passes ta soirée avec Mandy ou Wendy ou qui tu veux, j'en ai rien à foutre !

D'un geste rageur, j'envoie mon téléphone valser à l'autre bout de la pièce. Je lâche un juron qui, à mon goût, n'est pas assez fort pour exprimer ma frustration. J'ai besoin de sortir prendre l'air pour courir ou hurler. J'ai bien l'impression que ma réaction est disproportionnée mais quand il s'agit de Gabriel, toutes mes émotions sont multipliées par dix, cent, mille. Surtout quand une fille est dans le coup. J'ai bien vu qu'il tournait autour de cette petite nouvelle au lycée.

-Serais-tu de mauvaise humeur soeurette ?

Les yeux flamboyants, je me tourne vers la porte de ma chambre. Mon frère me regarde l'oeil rieur.

-C'est ta période du mois ou je dois remercier l'Ange Gabriel pour t'avoir mise dans cet état ?

-Une fille ne peut pas être énervée sans qu'on lui parle de ses règles ?

-Donc je dois remercier l'Ange Gabriel.

Mon frère étant dans le même lycée que moi, il sait pertinemment ce qui se passe entre Gabriel et moi ou du moins il le soupçonne fortement. Mais là tout de suite je n'ai pas envie d'entendre son air sarcastique.

-Dégage !

Prenant mon injonction pour une invitation à entrer, mon frère vient s'installer sur le pouf situé dans le coin de ma chambre.

-Pourquoi est-ce que tu restes avec lui ? Pourquoi tu ne romps pas ?

-Je ne romps pas parce que nous ne sommes pas ensemble.

-Oh pitié ! Dès qu'une fille l'approche tu piques une crise. Lorsqu'un mec te matte d'un peu trop près, il s'énerve. A qui tu veux faire croire que vous n'êtes pas ensemble ?

-Dégage !! dis-je cette fois en lui envoyant le premier objet qui me tombe sous la main à savoir une peluche. Eclatant de rire, Ethan se lève et quitte ma chambre, me laissant seule avec mes interrogations. Quelques minutes plus tard, à la sonnerie de ce dernier, je récupère mon téléphone pour y découvrir un sms : « à tout à l'heure ». Ces quelques mots suffissent à me faire respirer de nouveau. Il va venir. Peu importe avec qui il aura été avant, il passera sa nuit dans mes bras. Et c'est tout ce qui compte.



C’est la première fois que je le vois comme ça, comme si on lui avait arraché son coeur. J’ai mal pour lui et je ne peux rien faire, à part être là, couché à ses côtés. C’est aussi la première fois que je suis dans son lit. J’ai toujours refusé parce que j’ignore le nombre de fille qu’il a pu y mettre mais aujourd’hui je m’en moque. Je veux juste qu’il sache que je suis là pour lui, pour n’importe quoi.  Ma main se glisse dans la sienne et du bout du doigt, je le caresse.

Il va s’en sortir, j’en suis sûr.

Ma voix n’est qu’un murmure dans la pièce dénuée de bruit mais j’ai l’impression de crier.

Tu ne feras pas de bêtises hein ?

Cette fois, une note d’inquiétude accompagne mes mots. Je sais qu’il a le sang chaud et je sais qu’il tient à sa famille plus que tout. Aussi il ne m’en faut pas plus pour l’imaginer partir en vendetta. Je lui dis de penser à Hermione, à  Julian et à Maxence, à son père, à ce qu’il ressentirait s’il faisait une connerie. J’ignore si mes mots ont de l’impact et bientôt je laisse le silence nous envelopper. Je reste avec lui. Tant qu’il aura besoin de moi, je serai là.

Nous sommes amis après tout, n’est-ce pas ?




Couchée sur mon lit , je fixe le plafond d’un air perdu. J’ignore ce que je dois faire. L’appeler ou non, vérifier la véracité des choses ou non. Je ne sais pas et ça m’angoisse.
Finalement après une heure de réflexion, je me décide. D’une démarche assurée, je me dirige vers ma salle de bain. Le test est là où je l’ai laissé, attendant que je prenne mon courage à deux mains.

Poussant un soupire, je commence à faire les cent pas, anxieuse de découvrir le résultat. Le temps semble s’allonger à l’infini. Au bout du millième coup d’oeil au moins, un + apparaît sur le mini-écran de mon test de grossesse. Bien sûr, je sais ce que ça signifie mais je ne peux m’empêcher de vouloir lire les instructions à nouveau, comme si ça pouvait changer quelque chose. Mais le test est clair.

Pas de doute. Je suis enceinte.

N’ayant pas trente-six mille solutions, je décide de l’appeler immédiatement. Je ferai le reste plus tard, prévenir ma famille, voir le déshonneur dans les yeux de mon père.. J’ai besoin de me préparer à ça et peut-être d’entendre Gabriel me dire que tout va bien.

D’une voix que j’espère calme et mesurée, j’appelle donc mon « ami » pour lui dire que j’ai besoin de le voir. A tous les coups, il doit s’imaginer quelque chose de cool voir de plus sexy …  Au final, je ne prends que cinq minutes pour le convaincre de me rejoindre, ce qui me laisse trente minutes de plus environ pour préparer ce que je vais lui dire.

Et ensuite j’aviserai même si le chemin me semble tout tracé.




Assise devant le transat d’Andrew, je ne peux m’empêcher de regarder le visage tout plissé de cet être qui dépend de moi. Des larmes roulent sur ses joues mais ça ne l’empêche pas de me fixer. En cet instant, je me dis que lui et moi ressentons exactement la même chose.. Je comprends alors que je ne sais rien de la manière dont je dois m’occuper de lui. Il n’est plus un inconnu, une chose sans non, irréel. Non, Andrew est un petit être qui a besoin de moi pour survivre. A moitié Gabriel, à moitié moi mais tout à fait lui.

J’ai peur pour lui, peur de ne pas être assez forte.

Et pour la première fois depuis cinq ans, j’adresse une prière au ciel. S’il vous plaît, que je sois assez forte pour lui, s’il vous plaît, que je sois assez forte pour lui, s’il vous plaît, que je sois assez forte pour lui…..




-C’est injuste, dis-je d’une voix quelque peu éteinte.

-Il fallait y penser avant de faire un bébé avec ce garçon, me répond mon père plus froid que la glace.

D’un geste nerveux, je serre le poing mais bientôt je sens le regard d’Ethan sur moi. Il m’incite au calme. Je sais qu’au moindre faux pas, je risque ma place sous la maison familiale. J’ai eu un enfant hors mariage, à même pas vingt ans, je me dois donc d’être parfaite sur tous les points.
Mais à l’heure actuelle, je me sens loin d’être parfaite.

Je n’arrive pas à croire que Gabriel ait fait ça. Il voulait que j’avorte. C’était son premier choix. Et d’un coup, il a décidé de demander la garde de mon fils et il a obtenu les week-ends.
Je n’ai qu’une envie, me retrouver en face de lui pour lui dire ce que je pense de son comportement. Il n’a aucun droit sur Andrew. Mais je n’ai pas le choix, alors je prépare le sac de mon fils, la larme à l’oeil. Et si c’est pendant ce week-end qu’il décide de dire son premier vrai mot ? Est-ce que c’est la future vie qui m’attend ? Avoir peur de louper les plus beaux moments de mon amour ?

-Gabriel est là, me dit Nanny en passant sa tête dans la nursery.

Silencieuse comme jamais, je me contente de hocher la tête avant de prendre mon petit prince dans son lit, ainsi que son sac de lange. Ethan lui fait un bisou sur le front tout comme mon père. Andy lui sourit et je suis Nanny jusqu’à l’entrée. En voyant son père, Andrew s’agite tellement que je suis obligée de le mettre à terre pour qu’il court vers lui. Son allégresse me fait mal mais je ne dis rien. Je salue poliment Gabriel avant de lui tendre le sac.

Lorsqu’il ferme la porte en emmenant avec lui mon bébé, je ne peux m’empêcher de laisser les larmes s’en aller tandis que Nanny me berce dans ses bras.




Nouvelle année pour une nouvelle vie. Je n’arrive pas à me rendre compte du chemin parcouru depuis la naissance d’Andrew. Bien sûr, rien n’est plus pareil entre ma famille et moi ou entre Gabriel et moi mais j’ai su avancer. Depuis un an, je vis seule avec Andrew dans notre premier appartement. Je dois ce changement à ma mère. Etrangement, celle qui a été si absente pendant mon adolescence et mon enfance a décidé de me payer elle-même un appartement plus proche du campus et pas trop éloigné de l’école d’Andrew. Bien sûr mon père n’était pas trop d’accord mais il n’a pas eu le choix. Il a accepté avec la condition que tous les mercredis, nous venions manger chez lui. Au départ il avait choisi le dimanche mais Gabriel ayant toujours sa garde tous les week-ends ce n’était pas possible.

J’ai continué mes études de médecine et pour le moment je m’en sors plutôt bien tout en étant maman. Je travaille tous les week-ends en tant que baby-sitter et quelque fois dans la semaine lorsque je n’ai pas cours.

J’ai également rejoint une confrérie, les Zeta. Ma mère était déçue, la seule chose qu’elle avait espérée pour moi, c’était que je rejoigne les Alpha mais je ne suis plus une enfant. Je fais mes propres choix. Ça fait maintenant trois ans que je suis l’une des leur. Ma première année n’a pas été si terrible que ça. J’ignore si c’était à cause de mon rôle de maman ou si tout simplement les Zeta ne sont pas des pros du bizutage, quoi qu’il en soit, j’étais une sorte d’aide : café, thé mais également aux révisions. Rien de bien méchant.

Qu’on ne s’y trompe pas, quand c’est nécessaire, mon père aime me rappeler que c’est grâce à lui que je survis mais peu m’importe, je commence à goûter à l’indépendance.


Moi c'est Callie !
J'ai 24 ans, je suis une fille et je vis en pays. J'ai découvert le forum sur une recherche Facebook et je le trouve vraiment cool ! Clair et bien rangé ! Sinon, je serai connecté(e) tout les jours et je devrai pourvoir RP environ plusieurs fois par semaine.



Dernière édition par Théodora Fitzgerald le Sam 8 Aoû - 11:12, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel   Jeu 6 Aoû - 23:17

Bienvenue sur le forum !

En tant que Maman et étudiante, tu dois comprendre les difficultés de la vie ! C'est pareil pour les animaux... Certains les abandonnent et d'autres les recueillent !
Bon courage pour la suite de ta fiche jolie Théodora !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel   Jeu 6 Aoû - 23:23

:mdl: merci Cameron.
J'espère que tu ne m'en voudras pas, je n'ai pas assez de temps pour m'occuper d'un animal :/
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel   Jeu 6 Aoû - 23:26

Yeahhhh, officiellement bienvenue (c'est Océane sur facebook^^)!
Bon courage pour ta fiche et réserves moi un lien I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel   Jeu 6 Aoû - 23:50

shailene bave

bienvenuuuue ** **
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel   Ven 7 Aoû - 0:36

Shailen Woodley bave
BIENVENUE SUR YIU balloncoeur2
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel   Ven 7 Aoû - 0:54

SHAILENE bave
Bienvenuuuuuuuuuuuuue parmi nous **
Bon courage pour ta fiche & have fun sur YIU
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel   Ven 7 Aoû - 1:06

Bienvenue **

Je suis sûre que t'aimes la choucroute tout comme moi !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel   Ven 7 Aoû - 2:30

Shailene Bienvenue sur YIU jolie demoiselle ! Courage pour la suite de ta fiche et surtout n'hésites pas à contacter le staff en cas de besoin !

D'ailleurs attention, les Delta Upsilon ne sont pas les têtes pensantes et les bosseurs, ce sont les fêtards, tu as sans doute du confondre les groupes. :please:
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel   Ven 7 Aoû - 7:34

bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel   Ven 7 Aoû - 7:40

Priam Banks a écrit:
D'ailleurs attention, les Delta Upsilon ne sont pas les têtes pensantes et les bosseurs, ce sont les fêtards, tu as sans doute du confondre les groupes. :please:

J'allais le dire :)
Bienvenue par ici et bon courage pour ta fiche **
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel   Ven 7 Aoû - 8:20

Merci à tous ! Pompom
Of course Océane, pas de soucis nique

Ah oui merci Priam et Chris XD
En plus j'ai lu deux fois, j'ai vu Zeta mais mon esprit embrouillé a écrit Delta :mdl:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t2212-lux-2-0-the-robot-unicorn


Lux Ó Cearnaigh
FONDATRICE - NOTRE MÈRE A TOUS
Je suis à Chicago depuis le : 03/06/2011 et j'ai déjà rédigé : 3705 messages. J'ai : 24 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : doctorante (troisième année) en ingénierie, spécialisée en robotique

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel   Ven 7 Aoû - 9:26

Tu as raison, Zeta c'est infiniment mieux Bienvenue parmi nous en tout cas ! I love you

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Le Doyen
TÊTE PENSANTE DE CHICAGO
Je suis à Chicago depuis le : 09/07/2015 et j'ai déjà rédigé : 1092 messages. J'ai : 55 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : le fabuleux doyen de cette université

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel   Ven 7 Aoû - 9:43

Il est vrai que de nombreuses personnalités sont passées par la case des Zeta Psi ; du moins, pour celles d'entre elles qui ont étudié à Chicago. Je suis heureux de constater que cette confrérie prend peu à peu son envol malgré les stéréotypes qui courent encore. Je valide le choix des Zeta Psi !

Peux-tu mettre les adjectifs au féminin afin que ce soit plus joli ? Merci I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel   Ven 7 Aoû - 9:46

BIENVENUE **
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel   Aujourd'hui à 23:20

Revenir en haut Aller en bas
 
Toi et moi, ça n'existe plus. Il n'y a plus que lui, une part de toi et une part de moi, un seul être. - scénario Gabriel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Est-ce que Haldir existe? O_o
» L'équilibre n'existe pas |Quête| [Pv : Vanille] [Fini]
» Le hasard n'existe pas
» N'existe pas dans One piece !
» Free reward n'existe plus ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YUCK IT UP :: LES ARCHIVES :: Les archives :: Les fiches périmées-
Sauter vers: