Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.   Jeu 6 Aoû - 19:43

Caoimhe Erato Joyce

Karen Gillan
Née le 30 Avril 1990 à Limerick (Irlande... Eh oui, une rousse qui met du whisky dans son thé est forcément irlandaise!), j'ai 25 ans et suis de nationalité devine!. Si vous voulez en savoir un peu plus sur moi, sachez que je suis plutôt aisée (avoir un papa professeur à l'université de Chicago, ça aide!) et que je le vis bien, merci ! Actuellement célibataire, je tiens à préciser que je suis plutôt du genre hétérosexuelle? Mouais, peut-être... Désolée d'avance pour les cœurs brisés.

Diplôme préparé : DoctoratCycle & année d'étude : Graduate, 4ème année (à la rentrée de septembre)Cursus majeur : BiochimieSpécialisation : Chimie analytiqueCursus mineur : Ingénierie (parce que quitte à bosser comme une folle, deux sujets valent toujours mieux qu'un!)

Personnalité & addictions

Drôle - 69% (Héhé...)
Réfléchie - 80%
Créative - 60%
Travailleuse - 95%
Fêtarde - 50%
Narcissique - 20%
Artiste - 15%
Amicale - 100% (La vie est un épisode des Bisounours!)
Jalouse - 5%
Méfiante - 10%
Sportive - 10%
Prude - 20%
Généreuse - 90%
Têtue - 95%
Hautaine - 15%
Séductrice - 25%
Honnête - 100%
Joueuse - 25% sobre, 85% bourrée
Alcool : 75%Drogues : 1%Sexe : 60%

Renseignements multiples
Pourquoi avez-vous choisi d'étudier à l'université de Chicago ?
Soyons honnêtes: Il n'y a pas beaucoup de bonnes universités en Irlande. Il y a Trinity College, et encore...
L'université de Chicago est une des meilleures au monde, c'est bien connu. Et l'intégrer était mon rêve depuis l'âge de 12 ans. Le campus à l'américaine, les confréries, les moyens mis à dispositions des élèves... Je bavais d'envie à la simple vue de leur site Internet. Toutefois, y arriver était presque impossible pour moi, étant donné le prix exorbitant qu'une année coûte là-bas. Sérieusement, tu peux avoir une maison de 150m² vers Limerick pour le prix de 4 années de fac! C'est hallucinant.
Mon rêve est devenu réalité lorsque j'ai terminé le lycée, et durant trois mois, je me pinçais tous les matins pour vérifier si tout était bien réel. Cela l'était. Encore aujourd'hui, être à Chicago me remplit de joie dès le réveil.

Quelles sont vos sources de financement universitaire ?
Je peux crier haut et fort: Merci maman, merci papa!
Mon père étant professeur d'histoire antique à l'université et ma mère ingénieure, ils s'arrangent pour financer mes études. Toutefois, je me sens un peu coupable de voir mes parents (surtout ma mère) se saigner pour que j'y arrive. Pour pouvoir les aider, j'ai pris un poste de vendeuse dans une librairie. Bon, ça ne paie pas tout, mais ça les soulage un peu. C'est déjà ça.

Que pensez-vous du système de confrérie ?
Les confréries, c'est la vie.
Quand on pense à université américaine, en pauvres européens, on pense tout de suite aux confréries. Ils y voient un moyen de ne pas penser aux études, de gaspiller de l'argent pour rien et de faire la fête, en plus d'être une bonne raison pour des guerres de clans stupides.
Personnellement, je vois ces organisations comme de nouvelles familles. Lorsqu'une personne quitte le cocon pour aller étudier, elle se sent seule. Les confréries sont des clans plus ou moins soudés, où tout le monde s'aime et se soutient. Bon, y a toujours l'oncle redneck et le pilier de bar, mais après tout, ce sont ces personnes qui montrent l'appartenance à une famille. Malgré ce qu'ils sont, l'affection qu'on leur porte reste sans limites. Ben là, c'est pareil. Les membres seront là pour soutenir un des leurs, et ce quoiqu'il arrive. Cela permet au sentiment de solitude qu'on a au début de se dissiper, et cette nouvelle famille remplace l'ancienne. Après tout, l'université est l'endroit où on se fait des amis qu'on peut garder durant toute sa vie, donc autant en profiter.

D'ailleurs, faites-vous partie d'une confrérie ?
A 14 ans, j'avais déjà décidé dans quelle confrérie aller au cas où je sois prise à Chicago. Elle m'a toujours attirée, et y penser me donnait des étoiles dans les yeux. Cette confrérie, c'est celle des Zeta Psi.
Les raisons de ce choix sont très simples. Tout d'abord, être entourée de frères et soeurs intelligents me pousse à donner le meilleur de moi-même, à travailler encore plus pour pouvoir rester dans le haut du classement. De plus, les membres de la confrérie deviennent des amis, des alliés, de véritables frères et soeurs, et ce bien après l'université. Il est très important de se faire des amis, c'est bien connu. Alors pourquoi ne pas choisir ceux avec qui on peut débattre, partager le plus d'affinités, mais également une soif intarissable de connaissances?
Lorsque je suis arrivée à Chicago avec mon diplôme en poche, j'étais très excitée à l'idée d'aller à leur session de recrutement pour enfin devenir une de leurs membres. Tout allait être simple. On aurait un petit rituel et hop! Ça serait bon, la joie, les livres, les petits oiseaux... Je ne m'étais jamais imaginée que le bizutage décrit dans les films était bien réel. Et pourtant... Priam m'a demandé de lui faire des choses très... Inattendues. Ce mec, il a une Bible du bizutage dans la tête, sérieusement! Pour mon premier jour, il m'a demandé d'aller au cours de spectrométrie avec un magnifique déguisement de banane et d'hurler tous les quarts d'heure "It's peanut butter jelly time!". Disons qu'il ne m'a pas aidé à donner une bonne première impression face à ce vieux professeur taciturne. Mais je dois l'admettre, c'était franchement marrant à faire, et je me suis très vite prise au jeu. Les autres tâches qu'il m'a données étaient toutes aussi ridicules les unes que les autres. Par exemple, retrouver trois cochons avec les numéros 1, 2 et 4 peints sur leurs dos en plein milieu de Chicago... Sur le coup, c'est chiant. Avec le recul, c'est hilarant.
Toutefois, cet idiot a été loin, très loin avec moi. Tellement loin que je suis venue à en questionner ma sexualité. Lors d'une soirée organisée par le confrérie, Priam m'a demandé de me déguiser en policière sexy et d'embrasser le plus de filles possibles en 4 heures. Moi, habillée sexy? Il a rêvé lui! Mais je l'ai quand même fait. Avant cette soirée, je n'avais jamais embrassé de filles. Et pour être honnête, c'est plutôt agréable avec quelques verres dans le nez. Tellement sympa que, tout comme mes soeurs, je ne me suis demandée si je n'étais pas en train de virer de bord. Mon cerveau en fut tellement retourné qu'il m'a fallu plus d'un an avant de pouvoir déclarer que j'étais parfaitement hétérosexuelle.
Tout ceci s'est déroulé il y a plus de 7 ans. J'ai réussi à dépasser le statut de bizu sans trop d'encombres, mais mon cerveau en garde encore quelques séquelles. Toutefois, je ne regrette absolument pas mon choix. Cela me permet de travailler dans les meilleures conditions, tout en étant accompagnée des personnes les plus intelligentes et ouvertes d'esprit que je connaisse. Tous les membres sont devenus de véritables frères et soeurs pour moi, même s'il y en a certains dont je ne suis pas vraiment proche. Finalement, être membre d'une confrérire est plus simple que le micmac que je m'étais imaginé à 14 ans. Chacun fait sa vie, on peut s'entraider lors de coups durs mais la plupart du temps, on reste la tête dans un livre ou dans les nuages pour étudier. Car après tout, mon but ultime n'est pas d'être une bête de société; c'est d'être la meilleure, quoiqu'il arrive.

Moi c'est Idris !
J'ai 22 ans, je suis une licorne qui aime manger du popcorn, bien à l'aise devant youporn! ♪ et je vis in UnicornLand, where everyone pukes rainbows!. J'ai découvert le forum parce que j'étais sur CTR avant (Les Weasley vont essayer de dominer le monde ici aussi! \o/) et je le trouve magnifique, on dirait une plaine sur UnicornLand! ! Sinon, je serai connecté(e) tous les jours, si tout va bien et je devrai pourvoir RP environ 1 à 2 fois par semaine (parce que je suis la personne la plus perfectionniste au monde)..



Dernière édition par Caoimhe E. Joyce le Mar 27 Oct - 18:58, édité 24 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.   Jeu 6 Aoû - 19:44

Biographie


Cliché n°1: Les professeurs d'histoire donnent toujours des prénoms ridicules à leur progéniture.

Il y a neuf muses dans la mythologie grecque. Certaines portent de beaux prénoms, comme Clio, Calliope, ou encore Thalia... Mais non. Ton père a préféré Erato, ou le prénom à coucher dehors. Toutefois, tu eus de la chance. Lorsque ta mère découvrit lors de son septième mois de grossesse qu'Erato était la muse de la littérature érotique, elle a radicalement banni son compagnon de nommer leur fille.

Pourquoi donner un prénom pareil à son propre enfant? Encore aujourd'hui, tu te poses toujours la question. Pour comprendre comment tu t'es retrouvée avec un second prénom aussi débile, il vaut mieux rembobiner, non?

En 1987, Xylom Joyce était un jeune étudiant en histoire de 23 ans à Trinity College. Il était enjôleur, drôle, sociable, un peu pervers sur les bords... Mais surtout, il aimait faire la fête. Surtout quand il y avait de la bière à portée de main. Lorsqu'il découvrit que la faculté d'informatique allait faire une énorme soirée d'intégration, il décida de squatter, bien évidemment. Ayant quelques pintes dans le nez à peine la soirée commencée, il prit son courage à deux mains et alla draguer une jeune fille du nom de Caitlin Gallagher. A 22 ans, sa vie se résumait aux ordinateurs et aux soirées entre mecs. Véritable garçon manqué, ses amis l'avaient forcé à prendre soin d'elle lors de cette fête, la suppliant de laisser ses longs cheveux roux détachés. Et visiblement, cela fonctionnait plutôt bien, au vu des regards qui se posaient sur elle... Mais Caitlin était naïve. Les garçons n'étaient à ses yeux que des amis, rien d'autre. Xylom était son premier véritable petit ami, et elle n'avait pas l'habitude d'être traitée de cette façon.

Dix-huit mois plus tard, la personnalité de Caitlin bascula. Tout ça à cause d'un bout de plastique avec deux traits dessus. Lorsqu'il apprit la grossesse de sa petite amie, Xylom sauta sur l'occasion pour lui déclarer que leur enfant aurait un nom grec. Ceci était non négociable. C'était sans compter sur l'obstination de sa compagne, qui fit tout pour refuser ce nom qu'elle trouvait incroyablement laid.

Le 30 avril 1990, la petite fille qui naquit à l'hôpital de Limerick devait s'appeler Erato Saoirse Joyce. Toutefois, Caitlin avait d'autres idées en tête et, à l'insu de son partenaire, changea les prénoms qu'il avait choisis pour appeler son enfant Caoimhe. Une chose était certaine: En faisant ce choix, une mère venait de sauver la scolarité, et accessoirement la vie, de sa progéniture. Merci Maman!

Cliché n°1: Totalement véridique. ✓



Cliché n°2: les Irlandais aiment la nature. Ils voient d'ailleurs des fées dans les forêts et aimeraient piquer les chaudrons remplis d'or des Leprechauns.

Pour ta mère, tu étais un rayon de soleil, sa nouvelle raison de vivre. Elle t'aimait et te couvrait de cadeaux. Toutefois, comme ton père, elle était rarement à la maison. Tu passais donc la plupart de tes journées à Shannon avec Mamie, ou la personne la plus adorable du monde. Avec elle, tout était prétexte à aller se balader en campagne ou sur les bords de mer, et vous passiez votre temps à regarder les magnifiques paysages se déroulant sous vos yeux. Bon, à trois ans, ce que tu voyais, c'était surtout l'herbe verte et mouillée dans laquelle tu pouvais te rouler pour faire chier Maman en rentrant chez toi le soir.

Quand on est enfant, la vie est simple. Tu manges, tu pionces et tu t'amuses en courant sur les collines ou en lisant des livres pour enfants. Parce que oui, pour toi, lire, ou plutôt regarder les images sur le bouquin en essayant de déchiffrer les hiéroglyphes qu'il y a à côté était une forme d'amusement. Mamie essayait de t'apprendre comment ces lettres fonctionnaient, les mots qu'elles pouvaient former... Et cela te fascinait. Pour essayer de mieux comprendre ce mystère qui avait l'air d'être évident pour les grands, tu harcelas ta grand-mère pour faire des exercices avec elle.

Se rouler dans les collines, c'est pour les gamins. Lire, c'est pour les grands. Et telle une grande fille, tu restas terrée dans tes livres dès l'âge de 5 ans pour ne plus jamais en ressortir. La fiction, c'est parfois tellement mieux que la réalité...

Cliché n°2: Si jamais tu vois un leprechaun qui voyage sur un arc-en-ciel... C'est que tu en as trop pris gros! x



Cliché n°3: Les irlandais sont des personnes rustres et incultes.

A six ans, tu allas enfin à l'école. Tous les matins, tu montais toute excitée dans la voiture de ton père et vous parliez joyeusement jusqu'à l'université de Limerick. Du lieu de travail de Papa, tu marchais tranquillement en direction de ton école, qui était à peine 100 mètres. Tu t'entendais avec tout le monde là-bas; les enfants de ta classe, les grands des classes supérieures, mais aussi avec les professeurs, qui te voyaient comme un petit génie. Le seul problème, c'est que tu t'ennuyais en classe. Alors tu lisais dans ton coin ou jouais avec tes petits camarades qui eux, n'avaient pas encore fini leurs exercices.

En quelques mois, tu étais devenu le petit clown de l'école qui faisait n'importe quoi pour avoir encore plus d'amis, quitte à être mise au coin par la méchante maîtresse. Tu avais même réussi à te mettre dans la poche certains étudiants de l'université voisine avec tes grimaces et tes remarques naïves. L'école t'ennuyait de plus en plus. Le programme scolaire? C'est pour les nains! A la place, tu demandais des livres à ces étudiants et tu leur posais plein de questions toutes plus poussées les unes que les autres. Sans t'en rendre compte, un puits s'était formé, et il ne pouvait être rempli que de savoir et de connaissances multiples., et tu tentais de l'abreuver de ton mieux sans te rendre compte que la terre qu'il y avait en-dessous absorbait tout, le laissant sec au bout de quelques jours. Très rapidement, il t'en fallait plus. Tes devoirs torchés, tu allais dans la bibliothèque de Papa et dévorais tout ce que tu pouvais comprendre. Tu suivais les cours de la classe supérieure parce que tout t'ennuyait. Tu continuais à foutre la merde, au grand dam des professeurs qui voyaient en toi une future Marie Curie.

Et dans le fond, tu savais qu'elles n'avaient pas tort.

Cliché n°3: Non mais tu as craqué! Les irlandais ne sont pas rustres! Enfin si... Mais uniquement lorsqu'ils sont bourrés. Ou au volant. Ou les deux. x



Cliché n°4: En Irlande, les gens sont très catholiques. Ils se marient et ont beaucoup d'enfants... Même si peu d'entre eux ont une gueule de Prince Charmant.

Tu avais beau supplier Papa et Maman de te donner un petit frère, ils ne l'ont jamais fait. Pire, ils ne se sont jamais mariés, au grand désespoir de ta grand-mère, qui se plaignait constamment entre deux balades. Du haut de tes 8 ans, tu ne comprenais pas trop ce qui se passait entre tes parents adorés mais une chose était sûre; il y avait de l'eau dans le gaz. Les disputes devenaient quotidiennes et, malgré tes efforts pour te boucher les oreilles, tu parvenais à entendre pourquoi: Papa allait devoir déménager. Seul. A Dublin.

En effet, ton père avait été engagé en tant que professeur d'histoire antique dans la meilleure université du pays. Il pouvait maintenant enseigner ce qui le passionnait sans avoir à passer par les siècles plus modernes qui le rebutait. Bien sûr, Maman n'était pas d'accord. Mais cela n'était pas suffisant. Xylom fit ses valises et partit prendre un appartement à proximité de Trinity College. Pour la première fois de ta vie, tu visitas la capitale et tomba amoureuse de cette ville. Tu venais de te décider: Quand tu serais grande, tu feras tes études ici ou nulle part.

Les pensées et les idéaux changent vite lorsqu'on est enfant. C'est une certitude. Quatre ans plus tard, tu venais d'entrer au collège lorsque tu entendis parler de l'université de Chicago. La fille du magnat local voulait à tout prix y entrer et faire partie de ce club pour gosse de riches. Au début, son discours ressemblait plus à du charabia qu'autre chose. Mais en allant chercher sur Internet cette fameuse université, tes yeux se mirent à briller. C'était encore plus beau que Trinity College. Plus grand, plus spacieux, avec un campus à l'américaine comme dans American Pie... Mais c'était aussi plus cher. Ta mère eut son premier cheveu blanc en voyant le prix d'une année de scolarité là-bas, et tenta de te dissuader du mieux qu'elle pouvait. Sauf que tu es irlandaise, et qu'un irlandais, c'est têtu comme une mule.

A l'adolescence, les changements physiques se multiplièrent. Tu pris quinze centimètres en un an, dépassant maintenant tous tes camarades de classe. Ta taille te complexait à l'époque mais à l'heure actuelle, tu protèges le monde du haut de ton mètre 80. Si tu t’allongeais, tu ne t'épaississais pas, bien au contraire. A chaque fois que tu allais chez ta grand-mère, elle se plaignait du fait que tu n'avais que la peau sur les os, et te forçait à manger une double portion façon Mamie (Sachant que chez Mamie Gallagher, une portion peut déjà nourrir 3 personnes...). Malgré les hormones qui n'en faisaient qu'à leur tête, tu ne changeas pas pour autant de personnalité. Tu restais joyeuse, studieuse, prête à aider les autres et entourée d'une liste d'amis qui s'allongeait de jour en jour. Tout allait bien pour toi dans le meilleur des mondes. Il ne manquait plus que le générique des Bisounours pour que tout soit parfait.

Malheureusement, les problèmes familiaux étaient bien présents, eux. Et ils rendaient ce monde parfait un peu plus gris. Un beau jour, ta mère vint te dire que tout était terminé. Tes parents s'étaient séparés définitivement après les nombreuses incartades de ton père à Dublin. Ta réaction? Tu n'en avais rien à faire. Après tout, tu avais vu ton père avec une de ces femmes et pour toi, tes parents s'étaient déjà quittés lorsque Papa reçut ce poste à Dublin. Tu accueillis la nouvelle avec un simple haussement d'épaules, et la vie continuait paisiblement... Attendez. C'est qui ce Monsieur là?

Cliché n°4: Haha! T'as cru que l'Irlande était bloquée au XIXè siècle?! x



Cliché n°5: Les filles sont un peu comme des girouettes. 5 minutes et hop! Elles ont changé d'humeur!

Alors que tu rentrais du collège, un homme fit irruption dans ton champ de vision, repartant aussi vite qu'il était venu... Deux secondes. L'homme était pas en caleçon? Ah. Si.

Ta mère avait retrouvé quelqu'un. Tu aurais été contente si tu ne l'avais pas vu courir à moitié à poil dans la maison familiale... A part cette rencontre qui te brûlera les yeux jusqu'à ton dernier souffle, c'était un gars sympa. Il travaillait avec ta mère, et tous deux avaient l'air de beaucoup d'apprécier. Tant mieux. Quelques temps plus tard, il amena avec lui un de ses neveux devenu orphelin. Lorsque tu vis Tom pour la première fois, tu tentas de lui faire un câlin avant de te retrouver les quatre fers en l'air sans comprendre ce qui t'arrivait. Mais ce n'était pas ça qui allait te rebuter, ça non! Même si tu ne l'appréciais pas à cause de ce qu'il t'avait fait lors de votre première rencontre, tu tentas de lui enseigner l'anglais et l'histoire du pays du mieux que tu le pouvais. Dans le fond, tu compatissais avec le pauvre garçon. Mais au fur et à mesure, tu appris à l'apprécier. Lui était calme et réservé, toi extravertie et joyeuse... Le duo que vous formiez était disparate, mais il fonctionnait.

En parallèle, ton père quitta le pays à l'aube de ton seizième anniversaire. Avant de partir, il t'expliqua qu'il avait été engagé à Chicago, prenant le risque de tout quitter au vu du salaire considérable que cela lui offrait. Tu lui promis de le retrouver là-bas, et que tu réaliserais ton rêve coûte que coûte. Pour ce faire, tu te plongeas encore plus profondément dans les livres afin de réussir à pratiquer ce métier tant rêvé depuis l'enfance: ingénieur dans la police scientifique.

Tout allait bien, vraiment. Tom avait maîtrisé l'anglais, tu venais de postuler avec succès à l'université de Chicago, et tu avais même fini le lycée major de promotion. La lettre indiquant ton admission dans cette école prestigieuse arriva quelques semaines plus tard et, tout comme ton père deux ans auparavant, tu fis tes valises direction les Etats-Unis. Ton rêve devenait réalité, mais tu savais qu'il était obligatoire de travailler dur pour y arriver.

Cliché n°5: Bien sûr que... Allez, soyons honnêtes. Les filles, ça change d'opinion comme de soutif. ✓


Cliché n°6: Le rêve américain existe encore de nos jours.

Lorsque tu débarquas à Chicago, la première porte à laquelle tu frappas fut celle de ton père. Celui-ci t'ouvrit en peignoir - à ce moment, tu savais que tu avais vu ton quota d'hommes à poil avant la débauche universitaire! - et t'accueillit chez lui. Deux ans étaient passés, donc vous tentâtes de les rattraper le plus rapidement possible.

Puis la rentrée arriva et avec elle le rite d'entrée des confréries. Ta première année passa tellement vite entre les cours, les bizutages, les jours passés à délivrer des haikus en guise de phrases et les révisions pour les examens que les vacances d'été arrivèrent, te libérant de ton statut de bizu et te laissant complètement déboussolée.

Si quelqu'un t'avait dit que les années passées à l'université étaient les meilleures de l'existence, tu l'aurais approuvé. Mais tu serais revenu le voir pour lui coller une patate parce qu'il a oublié de te prévenir à quel point ces moments passaient vite. Ta vie est simple, sans trop de drames ni de problèmes. Tu quittas l'appartement de ton père au bout de trois ans pour t'installer dans ton propre cocon, un petit chez-toi que tu payais toi-même grâce à ton petit boulot de vendeuse.

Il y a quelques mois, Tom débarqua à Chicago, et tu l'accueillis chez toi à bras ouverts. Certes, il y avait une certaine promiscuité à vivre avec un homme, mais le considérant comme ton frère, tu t'en fiches royalement. Les autres êtres possédant une verge passent sans rester dans les pièces exiguës de ton appartement, et tu passes tes journées à étudier au QG de la confrérie. Rien de spécial.

Mais tu es heureuse.

Le soleil brille, les oiseaux chantent, les livres sentent bon. Il ne manque plus qu'une chanson des Minikeums en musique de fond et ta vie serait un épisode des Teletubbies.

Cliché n°6: Vrai, vrai et encore vrai! ✓


Dernière édition par Caoimhe E. Joyce le Sam 7 Nov - 21:28, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t2212-lux-2-0-the-robot-unicorn


Lux Ó Cearnaigh
FONDATRICE - NOTRE MÈRE A TOUS
Je suis à Chicago depuis le : 03/06/2011 et j'ai déjà rédigé : 3705 messages. J'ai : 24 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : doctorante (troisième année) en ingénierie, spécialisée en robotique

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.   Jeu 6 Aoû - 19:45

Ma poulette ** Je suis heureuse de te retrouver ici, et en plus... IRISH + INGENIERIE, allo quoi, on est juste des ÂMES SOEURS Il va nous falloir un pur lien
Bon courage pour ta fiche ; paix, amour et licornes !

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.   Jeu 6 Aoû - 19:46

karen + irlandaise
bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.   Jeu 6 Aoû - 19:51

bienvenuuuuuuuue :please:
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.   Jeu 6 Aoû - 19:59

Lux: Je t'avais dit que je te suivrais partout... yeah2
Pour être honnête, je ne suis pas une grande fan des forums city, mais je me suis dit que ça valait la peine d'essayer ce genre au moins une fois.
Puis y a plein de gens en plus, on peut donc dire qu'ils détestent tous ton forum, mouahaha.
Evidemment qu'on aura un lien. Et puis si tout va bien, on fera partie de la même confrérie aussi, ça va être un truc de malade!
Merci pour tes encouragements. amour2

Nathan: Max! han
Toi, je t'aime déjà!
Merci beaucoup. coeur2

Cora: qsdfghjklm... Ahem.
Emma Fu**in' Goddess Watson! amour4
Paix et amour sur toi!
Et merci à toi aussi.


Allez, je m'occupe de cette fiche maintenant... alcool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t2212-lux-2-0-the-robot-unicorn


Lux Ó Cearnaigh
FONDATRICE - NOTRE MÈRE A TOUS
Je suis à Chicago depuis le : 03/06/2011 et j'ai déjà rédigé : 3705 messages. J'ai : 24 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : doctorante (troisième année) en ingénierie, spécialisée en robotique

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.   Jeu 6 Aoû - 20:00

Mais oui, viens chez les Zeta ! On a besoin de petites têtes d'ampoule Je ne suis pas du tout city non plus à la base, mais je ne sais pas ici c'est... Un peu comme à la maison

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.   Jeu 6 Aoû - 20:45

Bienvenue sur YIU toi ! :mexicos: Moi je suis sûr que tu vas t'y plaire même si t'es pas habituée ! Courage pour la suite de ta fiche et surtout n'hésites pas à contacter le staff en cas de besoin.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.   Jeu 6 Aoû - 20:47

natoo (a)
bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.   Jeu 6 Aoû - 21:00

LES ROUSSES C'EST LA VIIIIE stress stress
Bienvenue parmi nous **
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.   Jeu 6 Aoû - 21:04

Bienvenue et bon courage pour ta fiche !
Si jamais tu sais pas dans quelle confrérie aller, les Dalta sont toujours là, ils ont de la vodka
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.   Jeu 6 Aoû - 21:14

KEVA stress officiellement bienvenue !! Et puis ce choix d'avatar quoi bave
BIENVENUE SUR YIU balloncoeur2
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.   Jeu 6 Aoû - 21:56

Bienvenue sur YIU yeah2
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.   Jeu 6 Aoû - 22:32

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.   Jeu 6 Aoû - 22:54

Merci à tous! I love you

Priam: Promis, je viendrai te harceler quand j'en aurai besoin.
(Et puis aussi quand ça ne sera pas le cas... )

Alix: La chanson des Licornes, c'est la vie!
Je veux le même onesie que Natoo. C'est mon objectif dans la vie...

Gabriel: Caoimhe et sa joueuse approuvent ton choix!
Les rousses, c'est le bien absolu!

Chris: Désolée, mais les Zeta sont déjà dans son coeur.
Même si la vodka est franchement tentante... han

Lux: T'inquiète pas. J'ai déjà planté ma tente dans le jardin des Zeta, vu que j'y suis pas encore techniquement... Ange
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.   Aujourd'hui à 9:29

Revenir en haut Aller en bas
 
Caoimhe + Don't trust the redheads: We're all spies.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» 06. [Schuester's] Trust me.
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» Jesus je suis pas sur que jte trust sur celle la...
» SCARSIN → I don't trust words I trust actions.
» Why Haiti Can't Forget Its Past

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YUCK IT UP :: LES ARCHIVES :: Les archives :: Les fiches périmées-
Sauter vers: