sutton + amen omen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: sutton + amen omen   Mer 5 Aoû - 21:15

Sutton Blumwood

Margot Robbie
Née le 06 mai 1991 à Aberdeen, Écosse, j'ai 24 ans et suis de nationalité américano-écossaise. Si vous voulez en savoir un peu plus sur moi, sachez que je suis plutôt modeste et que je le vis pas trop mal ! Actuellement célibataire, je tiens à préciser que je suis plutôt du genre hétérosexuelle... Désolée d'avance pour les cœurs brisés.

Diplôme préparé : masterCycle & année d'étude : troisième année (graduate)Cursus majeur : journalismeSpécialisation : presse écrite/présentatrice téléCursus mineur : graphisme

Personnalité & addictions

Drôle - 40%
Réfléchi(e) - 70%
Créatif(ve) - 75%
Travailleur(euse) - 80%
Fêtard(e) - 50%
Narcissique - 40%
Artiste - 50%
Amical(e) - 65%
Jaloux(se) - 55%
Méfiant(e) - 60%
Sportif(ve) - 80%
Prude - 30%
Généreux(se) - 70%
Têtu(e) - 70%
Hautain(e) - 70%
Séducteur(trice) - 60%
Honnête - 70%
Joueur(euse) - 80%
Alcool : 70%Drogues : 50%Sexe : 70%

Renseignements multiples
Pourquoi avez-vous choisi d'étudier à l'université de Chicago ? Avec mon père, on a déménagé dans une banlieue mal famée de Chicago quand j'étais encore adolescente. Seulement, les problèmes familiaux ont fait, qu'en grandissant, je me suis éloignée de la maison, de ma famille, de tout pour voler de mes propres ailes. Sans regret, j'ai décidé de m'installer à Chicago afin d'être plus proche de l'université où je comptais me rendre. J'ai probablement été égoïste, ne pensant qu'à moi mais si vous connaissiez toute l'histoire de ma famille, vous saurez que je ne suis pas fautive.

Quelles sont vos sources de financement universitaire ? réponse ici (papa/maman, bourse, petit job...).

Que pensez-vous du système de confrérie ? réponse ici.

D'ailleurs, faites-vous partie d'une confrérie ? Si oui, depuis combien de temps ? réponse ici (cette partie est TRÈS importante car c'est elle qui déterminera votre acceptation dans la confrérie choisie. Il faut donc détailler vos motivations pour entrer dans cette confrérie, expliquer pourquoi elle et pas une autre, en quoi vous vous sentez proches de vos frères & soeurs étudiants... Si vous avez plus d'un an d'ancienneté, vous avez déjà passé l'année de bizut ; il convient donc d'en parler afin que l'on sache comment vous y avez survécu. A ce stade, le Doyen ou le président de la confrérie en question viendra poster pour vous dire si oui ou non vous pouvez intégrer cette confrérie ; si oui, vous pourrez continuer votre fiche et parler de votre confrérie dans votre histoire. Si non, vous devrez changer de confrérie et parler de ce rejet dans votre histoire également, tout en replaçant bien évidemment les faits à l'époque où ils ont eu lieu (selon votre ancienneté).)

Biographie
Some are born to sweet delight, some are born to endless night. « Charles, rattrape là ! Elle va se noyer, Charles, bon sang, fais quelque chose ! » la voix de ma mère était à peine audible das les remous de l'eau. Je buvais la tasse, tentais de garder les yeux ouverts pour rester attentive. Combattre et lutter ; à sept ans, on ne sait pas vraiment comment y arriver ni comment faire. J'étais perdue, naviguant en solitaire dans le néant ... non ... dans cette eau chlorée, cette piscine qu'avait construite mes parents il y a deux ans. Je ne cessais de plonger et de remonter, tentant d'aérer mes poumons, respirant avec difficulté. « Charles ! Aide là ! » Mon père avait parfois des absences pourtant en cet instant, il n'avait pas réfléchi et s'était jeté la tête la première dans l'eau. Je me rappelle avoir été tirée hors du bassin ; mon père avait effectué les gestes de secours à la perfection, m'attribuant de l'oxygène dans mes poumons qui regorgeaient d'eau. L'hospitalisation avait été évitée, de justesse cela dit. Allongée au bord de la piscine, mes pupilles embrumées fixèrent avec attention les visages graves de mes parents mais également de mon frère qui, pour le coup, m'avait tenu la main. J'avais failli me noyer à l'âge de sept ans et je me souviendrai probablement toute ma vie de ce souvenir, douloureux tout de même. J'avais voulu faire ma grande, ma petite-fille un peu trop orgueilleuse. Délaissant mes bouées gonflables, je m'étais aventurée seule dans l'eau, prenant soin de vérifier que mes parents avaient le dos tourner avant de m'élancer dans l'eau. Mon frère n'avait pas été présent autour de la piscine et n'avait donc pas pu me gronder. A dix ans, on joue les gros durs ; pour lui, c'était vraiment un spectacle que de se montrer aussi fier à mon égard. Je n'aimais pas lorsqu'il prenait la place de mes parents car ce n'était pas son rôle. Il était mon grand frère et personne d'autres. Pourtant, lorsque le drame s'était produit, il n'avait pas été là pour me sermonner ni même pour me gronder. Il avait été présent lorsque mon père avait réussi à m'extraire des poumons les filets d'eau qui s'y étaient infiltrés. Il m'avait tenu la main et avait su me rassurer. Me réconforter sous le regard terrifié de mes paternels qui ne s'étaient pas attendus à ce que je commette un geste aussi dangereux. J'avais mis ma vie en danger, inconsciemment. A l'âge de sept ans, ce n'est pas totalement l'âge de raison, du moins ça ne l'était pas pour moi. Inconsciente, je l'ai été jusqu'à mon adolescence, jusqu'à ce que je vienne à remarquer mes propres erreurs, mes propres faiblesses. En classe de quatrième, j'avais vu l'un de mes amis se faire agresser par un garçon - un délinquant, surement -. Je n'avais rien fait. En classe de troisième, le même garçon avait frappé l'une de mes amies. Je m'étais interposée, recevant moi-même le coup. « Inconsciente » m'avait-il soufflé avant de décamper, trop lâche pour terminer ce qu'il avait déjà entrepris. A l'époque, j'avais quinze ans et là encore, je ne me rendais pas totalement compte de mes actes. A croire que je faisais tout pour m'attirer des ennuis à moins que ça ne soit les ennuis qui m'attiraient.

It's very hard to grow up in a perfect family when you're not perfect. « Madame Blumwood a eu accident. Nous ... Nous l'avons hospitalisé d'urgence. » le médecin nous observait, serrant fermement le bloc-notes qu'il tenait entre les mains. Pour le coup, le mot « urgence » sonnait vrai. Nous n'étions pas dans les films où certaines répliques semblaient exagérées. Pour le coup, mon père, mon frère et moi-même étions face à la réalité, une cruelle réalité. Je savais que ma mère avait été victime d'un accident de voiture et savais également que son état s'avérait critique étant donné qu'elle avait été placée à la place du mort (...) « Est-ce que nous pouvons la voir ? » répliqua mon père d'une voix cassée, due à l'émotion probablement. « Pas pour l'instant monsieur Blumwood. Restez ici, je reviendrai vous chercher lorsque nous aurons terminés. » Terminé ? Que devaient-ils terminer ? Je n'étais pas convaincue par la franchise de ce toubib encore moins par son sourire crispé, me donnant froidement les jetons. Ma main s'appliqua tendrement sur celle de mon père qui fut parcouru d'un sursaut. Je n'avais jamais été aussi proche de lui qu'à cet instant. Les rares moments intimes entre père et fille n'existaient que très - trop - peu et c'est là, assise dans cette foutue salle d'attente de ce maudit hôpital, que je me rendais compte de tout ce que j'avais bien pu rater en sa compagnie. « Ils ont intérêt de ramener maman intacte du bloc. » mon frère s'était redressé. Vingt ans, 1m83 pour 86kg de muscles. Je savais qu'il serait capable du pire lorsqu'il s'agissait de toucher à sa famille. Il me l'avait démontré à maintes reprises lorsque des gamins de ma classe de seconde s'étaient amusés - ce n'était pas drôle - à me prendre mon tube de Glucophen juste pour me voir m'évanouir. La bagarre fut mémorable et mon frère s'en était sorti en héros. Un sourire s'était incrusté sur mes lèvres alors que je songeais à ce souvenir maladroit. Songer à un instant joyeux alors que l'un de nos parents était entre la vie et la mort, il fallait avoir du culot. J'en avais. J'étais confiante quant à la survie de ma mère. C'était une battante. Pourtant, lorsque le médecin revint vers nous et demanda à voir mon père en privé, je compris qu'il y avait eu des complications. Tendue, j'observais mon paternel se diriger vers la salle avoisinante, accompagné par ce médecin qui ne me faisait guère bonne impression. Malgré la porte close, je pus réussir à lire sur les lèvres du toubib un « Je suis désolé. ». Je déglutis, croyant vaciller et m'ordonnant à croire que je venais d'halluciner. Je perdis rapidement pied lorsque mon père, muet, me confirma mes macabres pensées en ne me lançant qu'un seul regard. Mon frère comprit également et la descente aux enfers débuta. Le soir même, mon père rencontra une fois de plus le chemin de ses vieux démons et se vida le stock de rhum et de whisky écossais que l'on gardait généralement pour les invités. Le soir même, mon frère fut envoyé au commissariat suite à des coups et blessures répétitifs à l'égard du personnels hospitaliers. Le soir même, je fus prise d'un violent malaise, caractéristique parfaite d'une acidocétose diabétique, due à une concentration sanguine d'insuline trop faible. Heureusement, l'une de mes amies vint à me secourir d'extrême justesse.
Plus les jours et les mois défilaient et plus le néant s'ouvrait à moi. L'enterrement de ma défunte mère avait été prononcée dans un cimetière de la ville. Quelques proches étaient présent mais la cérémonie restait intime. Mon père était mal en point, luttant férocement contre sa dépendance envers l'alcool. Il avait une mine déconfite et la gueule de bois, c'était certain. Sa détresse était sans appel. Je noyais la mienne dans les sorties ou dans ma dernière année d'étude. Mes malaises dus à mon diabète de type 1 étaient de plus en plus fréquents. Je ne m'alimentais plus comme avant. Même le avant possédait un goût d'amertume. Quant à mon frère, il s'était engagé dans l'Armée de terre et était parti sur le front, ne nous laissant qu'une simple carte avec ces quelques mots « on se reverra. » Oui, on se reverra.

i know i can have it all. i just don’t know if i actually want it all …   J'ai relevé à maintes reprises que la qualité indispensable et première d'un bon journaliste était la curiosité. Certes, mais ce n'est pas tout. En fait, pour être un bon journaliste il faut surtout être réactif, être capable de s'adapter aux situations, à des interlocuteurs aux personnalités très diverses, être habile, un peu provocateur mais toujours courtois. Je crois qu'il faut savoir se rendre aimable, sans en faire trop -au risque de passer pour une hypocrite-. Être extrêmement patient, c'est le plus important. Sans non plus se faire marcher dessus. Être capable de savoir dire non, avec humour cela passe mieux, fasse à toutes les demandes de nos interlocuteurs, savoir conserver son indépendance en quelque sorte. Comprendre, sans interpréter, les propos de nos interlocuteurs. Et être capable de retranscrire ce que l'on a entendu et observé. Savoir écrire, enfin, de manière claire, précise, vivante, en évitant les observations personnelles. Ce n'est pas si facile d'être un bon journaliste. Je n'aime pas les dérives que j'observe : ceux qui écrivent pour se faire plaisir et non pour informer, ceux qui copinent beaucoup trop avec les informateurs potentiels, les décideurs, les politiques, oui, ça, ça me dérange. C'était ce qu'on m'avait inculqué durant toute ma scolarité à Chicago et encore aujourd'hui, je continuais d'appliquer ces propos. Chicago, oui, vous avez très bien lu. Vous vous demanderez probablement comment une fille issue d'une classe plus ou moins moyenne avait réussi à intégrer les rangs de cette si prestigieuse école hum ? J'ai eu droit à un certain nombre d'aides ainsi qu'à plusieurs prêts étudiants (et je vous épargne les dettes que j'aurai à payer plus tard) sans parler de mon job de vendeuse chez un disquaire. Malgré des problèmes familiaux qui sont toujours présents, je continue de me plonger corps et âmes dans mes études qui, je l'espère, paieront un jour.

Moi c'est harlequin !
J'ai plus de dents   , je suis une fille et je vis en fraaance. J'ai découvert le forum Bazzart  coeur2 et je le trouve magnifyyyque et jolay   ! Sinon, je serai connectée aussi souvent que je peux et je devrai pourvoir RP environ 4 fois par semaine.



Dernière édition par Sutton Blumwood le Jeu 6 Aoû - 18:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: sutton + amen omen   Mer 5 Aoû - 21:18

bienvenue sur le forum coeur2 j'adore le pseudo
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: sutton + amen omen   Mer 5 Aoû - 21:22

Thanks **
Inutile de parler du tien
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: sutton + amen omen   Mer 5 Aoû - 21:24

Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche I love you
J'adore ton avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t2212-lux-2-0-the-robot-unicorn


Lux Ó Cearnaigh
FONDATRICE - NOTRE MÈRE A TOUS
Je suis à Chicago depuis le : 03/06/2011 et j'ai déjà rédigé : 3705 messages. J'ai : 24 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : doctorante (troisième année) en ingénierie, spécialisée en robotique

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: sutton + amen omen   Mer 5 Aoû - 21:27

Bienvenue parmi nous ma jolie **

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: sutton + amen omen   Mer 5 Aoû - 21:42

BIENVENUE SUR YIU balloncoeur2
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: sutton + amen omen   Mer 5 Aoû - 21:44

Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: sutton + amen omen   Mer 5 Aoû - 21:46

Joli titre I love you
Bienvenue ici et bon courage pour ta fiche **
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: sutton + amen omen   Mer 5 Aoû - 22:03

Bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: sutton + amen omen   Mer 5 Aoû - 22:11

margooot bave

bienvenuuuuue **
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: sutton + amen omen   Mer 5 Aoû - 22:36

MARGOT J'LA elle est tellement parfaite, et puis Harley Quinn dans Suicide Squad ce rôle est fait pour elle rien que pour toi Felix va redevenir hétéro
Bienvenue et bonne chance pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: sutton + amen omen   Mer 5 Aoû - 23:12

Margot ** ça mérite que tu me réserves un lien tiens amour2
Sinon bonne chance pour la suite de ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: sutton + amen omen   Mer 5 Aoû - 23:38

Excellent choix. stress
Bienvenue sur le forum et bonne chance pour ta fiche. ** I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: sutton + amen omen   Mer 5 Aoû - 23:39

MARGOT bave
Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuuuue parmi nous **
Bon courage pour ta fiche & have fun sur YIU stress
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: sutton + amen omen   Jeu 6 Aoû - 6:16

margooot bave
bienvenue sur YIU
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: sutton + amen omen   Aujourd'hui à 9:21

Revenir en haut Aller en bas
 
sutton + amen omen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Gale Hemmens – the dandelion in the spring
» Le journal de Katie Sutton
» AMEN
» De la fondation du royaume du Rohan
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YUCK IT UP :: LES ARCHIVES :: Les archives :: Les fiches périmées-
Sauter vers: