far from any road (scéna felix)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: far from any road (scéna felix)   Mer 5 Aoû - 17:13

River John Alexander Smith

dylan rieder
Né(e) le 25 décembre 1989 à chicago (états-unis), j'ai 25 ans et suis de nationalité américaine. Si vous voulez en savoir un peu plus sur moi, sachez que je suis plutôt pauvre et que je le vis plutôt bien en fait ! Actuellement célibataire, je tiens à préciser que je suis plutôt du genre hétéro à jamais... Désolé(e) d'avance pour les cœurs brisés.

Métier actuel : fabricant et dealer de methAncien étudiant de Chicago : ouiAncien membre d'une confrérie : no way

Personnalité & addictions

Drôle - 83%
Réfléchi - 22%
Créatif - 66%
Travailleur - 45%
Fêtard - 87%
Narcissique - 35%
Artiste - 38%
Amical - 40%
Jaloux - 10%
Méfiant - 35%
Sportif - 88%
Prude - 00%
Généreux - 25%
Têtu - 76%
Hautain - 15%
Séducteur - 70%
Honnête - 23%
Joueur - 96%
Alcool : 75%Drogues : 60%Sexe : 80%

Renseignements multiples
Depuis quand vivez-vous à Chicago ? C'est peut être triste à dire mais Chicago c'est toute ma vie. Je m'y suis toujours plus ou moins senti  bien, j'ai tous mes repères et jusqu'à maintenant j'ai tout vécu ici, les bonnes comme les mauvaises choses. Surtout les mauvaises en fait. J'ai passé la quasi totalité de mon adolescence à traîner dehors, alors la plupart des coins j'les connais comme ma poche à force d'errer dans les environs, ceux qui sont fréquentables comme ceux qui le sont un peu moins. Je l'ai jamais quittée, mais p't'etre qu'un jour j'le ferai.

Que pensez-vous de la ville et de l'université qui s'y trouve ? Qu'est-ce que j'en pense ? J'en sais rien, j'ai pas d'avis objectif puisque j'ai jamais bougé de là. Chicago c'est mes meilleurs souvenirs clairement, mais au fond j'dois dire que c'est la merde pour trouver d'quoi vivre sans sentir la friture toute la journée ou finir dans le resto pourri du coin, le genre à te faire un lavage d'estomac en mangeant des crevettes sautées. Bon j'exagère parce que j'ai jamais vraiment eu d'ambition jusqu'ici, mais j'dois dire que si tu t'entêtes pas à vouloir faire dans le légal, les affaires sont pas mauvaises, j'ai tout intérêt à rester là. Quant à la fac, j'compte même plus les fils à papa qu'on peut y trouver, c'est d'ailleurs à cause d'un cas comme ça que je me suis fait jarter, j'avais pas de fric à donner pour soudoyer le doyen et rester (de toute façon même si j'en avais, jamais de la vie je ferais le soumis comme ça, j'suis pas du genre à me mettre à genoux et lui lustrer la troisième jambe au vieux) bref mis à part ce bémol le reste est pas mal, c'est pas Harvard mais la qualité de l'enseignement est bon, les profs à mourir debout existent mais y'en a des passionnants, et puis des gens cool quand on cherche bien.

Et vous, qu'avez-vous fait comme études ? Et où ? Ben justement j'ai fait une brève apparition à l'université de Chicago avant de disparaître de la circulation il y a 4 ans (quoi que pas totalement, il m'arrive d'y retourner de temps en temps) disons qu'officiellement j'ai plus à y mettre les pieds. J'avais entamé un cursus de chimie en majeur avec une spécialisation en chimie analytique et de sport en mineur (histoire d'augmenter la moyenne en fait)

Biographie


T'attrapes tes gants en latex que t'enfiles aussitôt, tu mets ton masque pour éviter le collapsus par inhalation et une fois prêt, tu prépares ta verrerie, t'en as pour trois bonnes heures. Tu t'améliores, avant il te fallait une après-midi entière. T'attaques donc, versant l'éther et l'eau mesurés à la pipette dans un flacon que t'agites doucement. De l'autre côté tu t'attaques aux cristaux de soude que t'empiles dans la bouteille d'éphédrine, t'agites jusqu'à obtenir le mélange trouble, chaud et gazeux. T'ajoutes l'éther et t'attends le mélange hétérogène pour en extraire la couche supérieure. [...] T'y verses cinq gouttes d'acide chlorhydrique, une fois la base liée à l'HCl formé par le sel soluble à la surface, t'enchaînes en évaporant la solution dans un plat en pyrex que tu chauffes à feu doux. Tes gestes devenaient presque mécaniques. Tu sors souffler un bon coup deux minutes, puis tu retournes entamer la suite. L'éther et l'éphédrine fin prête, t'as plus qu'à t'attaquer à la base de la meth. Et cette recette tu la connaissais par coeur. Comment t'as pu en arriver là River ? Hein, comment ?

***

T'as pas du être fait dans le bon sens. T'aurais pu être le gamin qui reste clean sur tous les bords, qui fait pas d'histoire, le type de gosse à rendre des services aux vieilles du coin, celui qui devient la fierté de ses parents, le genre qui cherche pas les emmerdes, en somme. T'aurais pu oui, t'avais le potentiel pour réussir à l'école, tu comprends vite, t'assimiles facilement les choses, mais non. T'as du manquer une marche dans l'escalier d'la vie, un truc qui fait que t'es destiné à te casser la gueule une bonne centaine de fois quoi qu'il arrive. « Petit con, tu sais ce que ça va me coûter tes putains de conneries  ?!  » Mais comment aurais-tu pu deviner que peu de temps après avoir mis le pétard dans la boite aux lettres, la voisine serait venue chercher son courrier ? T'hausses les épaules, essayant tant bien que mal de te contrôler. La situation était des plus dramatiques, mais vous connaissez sûrement ce moment où la personne est tellement en colère qu'un sourire nerveux se niche au coin de vos lèvres, et qu'au moindre baffouillement de sa part vous partez en vrille en éclatant de rire ? C'est un peu ce qu'il se passait. Et ta vie ne tenait actuellement qu'à un fil. Tu te mordis la lèvre, luttant contre un possible fou rire hystérique. « J'en ai ral le cul de ce gosse ! Mais .. c'est qu'il se fout de ma gueule en plus ?! » « James s'il te plait .. » Ton père voit rouge. Ta mère tente de calmer l'atmosphère mais il est trop tard, sa main se plaque violemment contre Ta joue. Méritée ? Il en manque encore. Et voilà que son autre main reproduit la même danse. Paf une deuxième. T'as tout juste 13 ans, et tu prends cher comme à chaque fois. Mais ça n'était apparemment jamais suffisant pour que tu comprennes la leçon. Jamais.


T'as jamais été vraiment bon à l'école. Pas que t'étais un incapable, tu ne te donnais juste pas les moyens de t'impliquer suffisamment pour réussir et t'intégrer dans le système scolaire. T'as redoublé une fois, et tu passais en général toujours de justesse. Parce qu'apprendre c'est un fait, mais rester assis devant des cons toute une journée c'en est une autre. Et tant que ça ne t'intéressait pas véritablement t'en foutais pas une, c'est tout. Tu délaissais les quelques amis fréquentables qui te restaient et tu préférais passer ta vie dehors avec ceux qui te ressemblaient, à fumer ton premier joint, à commettre tes premiers vols à l'étalage, ton premier vol de voiture, à vivre tes premières bagarres, à vous courser en skate sur l'autoroute, à te faire dépuceler par une trentenaire, à savourer les soirées où s'entremêlent drogues et alcool, et puis, à la rencontrer elle. Caroline. Elle avait ce sourire à en faire pâlir la nuit noire, le regard sage et malicieux à la fois. Tu la connaissais à peine, mais tu te sentais vibrer de l'intérieur, t'avais envie de t'évader jusqu'au bout du monde avec elle, l'emmener respirer la liberté, la faire danser sous les étoiles. « viens » que tu lui avais dit « où ? » « loin d'ici » Et c'est comme ça que t'as atterri sur la route avec elle, les bandes blanches qui défilent sous vos pieds, le vent qui fouette vos joues, l'adrénaline dans le sang. Tu sais pas trop où tu vas, sûrement droit dans le mur comme toujours, mais tu t'en fiche, tu freines pas, t'accélères, tout c'que tu veux c'est conquérir le monde.


Mais toute bonne histoire a une fin. Deux semaines que t'avais tout abandonné sous un coup de folie, sans prévenir personne, sans argent, sans drogue, sans rien, juste une inconnue. Tu ne faisais même pas attention aux appels manqués. Ta mère ? Ton père ? Ta soeur Eva ? Tu t'étais juré de faire abstraction du monde extérieur, même si ça te tuait à l'idée d'avoir abandonné ta petite soeur. Mais t'as fini par oublier parce que tu commençais à ressentir le manque, il occupait toutes tes pensées, l'envie de t'en procurer devenait maladive, tu luttais mais tu devenais désagréable, presque violent. T'essayais de la rassurer, Caroline. Mais les étincelles s'évaporaient, la flamme s'éteignait progressivement. Puis elle a rencontré un autre mec, à une station de métro. Le coup de foudre, il parait. « Attends, j'croyais que le truc c'était de se casser loin, juste tous les deux ? » Elle te regardait, un long soupire émanant de ses lèvres. Pourquoi ça paraissait inconcevable d'un coup ? « Arrête. C'est qu'une passade tout ça. Tu te répètes sans cesse que tout va bien, mais arrête de te voiler la face, t'as beau sauter d'un immeuble de 40 étages et te sentir pousser des ailes, l'important c'est pas la chute, c'est l’atterrissage. » Elle te lâchait, tu le sentais. « Et tu sais quoi ? J'ai pas envie d'me ramasser comme une merde à l'arrivé moi, j'ai pas non plus envie de jouer les clochardes jusqu'à la fin de mes jours à vivre dans des motels pourris avec toi, j'veux avoir une raison de vivre.. tu comprends ? » Mais tu vivais pour elle, toi. Ca te suffisait. Mais pas de son côté, visiblement. T'as envie de lui cracher au visage. Elle t'a démoli comme ça, d'un coup, sans pré-avis. Qu'est-ce que tu peux être naïf River. « Dégage .. juste dégage » C'est tout ce que tu trouves à lui dire. Tu ne savais même pas que c'était possible d'éprouver autant de haine envers une personne en si peu de temps. Et le pire dans l'histoire, c'est qu'elle avait raison. Mais t'étais bien trop con pour t'en rendre compte.


T'en as pourtant vite subi les conséquences. À monter trop haut, on descend très bas. Jamais tu ne t'étais senti aussi minable. Une épave. Voilà ce que t'étais. Tu culpabilisais d'avoir tout laissé derrière toi. Déjà deux jours que continuais ta route seul, vers la maison peut être. En fait t'hésitais à rentrer. Est-ce que ça en valait vraiment la peine ? Peut-être qu'il valait mieux te perdre encore un peu plus loin, que tu sois là ou pas qu'est-ce que ça changerait ? T'as jamais vraiment réussi à faire quelque chose de bien dans ta vie. T'as juste envie que tout se finisse. Tu soupires puis t'entends ton portable vibrer. Tu poses ton regard dessus. C'est un message de Caroline.  Tu lorgnes dessus quelques secondes, puis tu finis par l'attraper à la fois envahi de colère et de curiosité. « J'suis désolée River. J'sais pas ce qu'il m'a pris, j'aurai jamais du te dire tout ça. C'était que des conneries, je regrette vraiment, j'le pensais pas .. nous deux c'est plus que ça putain j'suis vraiment désolée, j'ai juste flippé. Tu me manques. Appelle moi. » Merde, toi aussi elle te manquait. Tu l'appelles, t'en oublies presque que t'es entrain de conduire. Ca fait une dizaine de secondes que le feu est passé au rouge. Tu l'as pas vu. T'as pas non plus vu les voitures arriver à ta droite. Sous un bruit assourdissant, tu te prends le choc du airbag, tu vois trouble, l'écran devient noir. Tu reprends tes esprits au bout de quelques minutes, t'entends les sirènes qui se rapprochent, t'entrevois les lumières qui brillent autour de toi, tu sens les gens qui s'affolent. T'as rien de cassé, t'es juste sonné. Tu sais que t'as fait le con, t'as mal, t'es fatigué, comme si tu portais tout le poids du monde sur tes épaules. Ton portable est encore entre tes mains. 243 appels manqués. Tu composes instinctivement son numéro. T'as juste besoin d'entendre sa voix. « maman, j'suis désolé. »


Le retour au bercail a été brutal. Ça n'a jamais été le conte de fée dans ta vie, mais là tu tombais de haut. Le contre-poids de cette brève escapade a été immense. T'as jamais rappelé Caroline. T'as juste tourné la page, t'as même essayé de l'oublier, et tu t'es contenté de te sortir de ta dépression. Parait que t'es bipolaire. Un moment t'as des poussées d'adrénaline, et la période d'après tu déprimes. T'as du mal à accepter la maladie, t'en parles à personne, tu prends tes pilules pour pas partir en vrille et tu vis ta vie, point barre. Au fond les périodes de manie te manquent, t'aimerais de nouveau te sentir puissant et infatigable mais avec ton traitement t'es plus ou moins sérieux. (bon faut pas abuser, disons que tu ne dépasses plus tes limites comme avant) T'as redoublé une année du lycée puis t'as rattrapé le principal de ton retard scolaire, t'as même été accepté à la fac. Pour la première fois de ta vie tes parents sont fiers de toi. Tu quittes rapidement la maison familiale pour retrouver tes anciens potes, ceux à qui tu parlais plus et ceux avec qui tu traînais, et surtout tu vas accueillir la vie étudiante à bras ouverts. Elle et ses excès. Et honnêtement, tu pensais pas craquer aussi finalement, mais le monde de la nuit et ses folies te manquaient. T'as vite repris tes habitudes malsaines, les mauvais comportements, l'alcool, la drogue. Une prise dans le mois, dans la semaine, puis tous les deux jours. T'as arrêté de prendre tes médocs quotidiennement. Tu retrouvais toutes les sensations d'avant. Tu te sentais revivre, clairement. Tu dépassais à nouveau tes limites, t'aimais ça toi. Mais t'étais désagréable et vite irritable dès que le manque se faisait ressentir, tu t'attirais facilement des ennuies. La plupart passaient crème, tu t'en sortais toujours sauf un qui t'a été fatal. Renvoi définitif. Motif : comportement inadmissible au sein de l'établissement. Toi tu dirais plutôt règlement de compte légitime. T'as le sang chaud, mais en général tu t'en branles qu'on te déteste et qu'on parle de toi, la moitié du temps ça te passe au dessus, par contre t'aimes pas qu'on manque de respect à ta petite sœur. Une sous-merde a vite capté l'info, et il a su comment te toucher. Il t'a cherché et il t'a trouvé, c'est tout. Fin de l'histoire. Vous avez tous les deux fini dans un état misérable, mais tu regrettes rien. Qu'il ait feinté le renvoie avec des liasses de billets ou pas, toi tu pars la tête haute, et t'as plus qu'à assumer maintenant. Parce qu'une fois de plus, t'avais tout perdu. Tout.


Ton père, c'était fini. Il voulait même plus te recroiser, sous peine de perdre son sang froid et d'exprimer toute la haine qu'il ressent envers toi, que ce soit verbalement ou physiquement. Et t'étais pas vraiment prêt à risquer une nouvelle raclée de sa part. Tout comme ta sœur, ta mère le vivait mal, elle était impuissante, mais tu ne lui en voulais pas de ne pas pouvoir t'aider, tu le méritais pas de toute façon. T'as passé quelques nuits dehors, t'as trouvé un job de merde dans un resto miteux à deux balles histoire de te payer la bouffe et des nuits de motel, et puis t'as croisé la route d'un vieil ami d'enfance. Felix Buchanan. Ca remontait à très loin vous deux. A l'époque tu trainais souvent avec lui, et puis t'es progressivement parti en couille pendant que lui était suffisamment sensé pour rester dans le droit chemin. Tu l'admires rien que pour ça, son esprit juste, pensé et généreux. En fait, Felix c'est le genre de gars bienveillant qui a fait la pire erreur de sa vie : t'accepter chez lui. Parce que vous deux, c'est le jour et la nuit. Le blanc et le noir. Le soleil et la pluie. Le chaleureux au grand cœur et le mec froid qui clame un cœur de pierre. Le diplomate, et le violent. Un fossé énorme vous sépare. T'es le salaud qui profite de sa gentillesse, c'est le gentil qui t'offre son aide. Vous êtes les deux extrêmes. T'essais de lui faire découvrir le monde dans lequel tu vis tandis qu'il tente de t'assagir. Et tu te rends même pas compte que t'essaies de le transformer en une épave comme toi, et peut-être que tu n'y arrives pas parce qu'il n'y a que toi pour tomber aussi bas. T'accumules et tu défiles les jobs à côté, mais c'est toujours un désastre, alors t'as décidé d'arrêter de te faire exploiter à 2$ de l'heure et t'as monté ton propre business quand l'opportunité s'est présentée. Tu te présentes comme un homme d'affaire, un cuisiner un peu particulier qu'enchaîne les commandes, mais officiellement t'es rien de tout ça. Officieusement, t'as choppé le savoir faire artisanal de la meth method des anciens de la rue, t'y as ajouté tes connaissances en physique et chimie organique, tes innombrables essais fructueux et infructueux, t'as mélangé le tout et ça t'a donné de quoi sniffer, pour toi, pour ton commerce. Tu t'es vite créé un nom dans le milieu, et t'as aussi bien vite remarqué que la jeunesse étudiante, élite de demain, se trouve être ta meilleure clientèle, qui l'aurait cru, hein ?

***

[...] le toluène suffisamment clair, tu fais barboter les cristaux purs dans du gaz HCl sec à travers l'extrait de tol. Tu termines rapidement, mettant de côté les 100g que tu viens de produire. Tu continues de jouer avec le feu, et tu sais que tu vas forcément te brûler un jour ou l'autre, la chute t'attendait déjà au bout du rouleau. T'aimerais l'éviter, mais c'est un cercle infernal car tu sais que si t'arrêtes tout, particulièrement ta conso perso, l'enfer recommence. Et si tu continues, tu te condamnes. T'as une bombe à retardement entre les mains, tu sais pas quand elle va exploser mais tu sais juste qu'elle va le faire. Un jour.

Moi c'est l'amour de ta vie   !
J'ai bientôt 19 ans, je suis une fille et je vis en pays. J'ai découvert le forum parce que j'ai vu d'la lumière et je le trouve awesome dude ! Sinon, je serai connecté(e) 5 fois par semaine ça varie et je devrai pouvoir RP environ 2 fois par semaine, je sais pas trop, tout dépend de ma motivation faut lui demander   (et puis sinon je fais pipi 3 fois/j et je mange 5 fruits et légumes chef  ) .



Dernière édition par River Smith le Dim 9 Aoû - 3:32, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: far from any road (scéna felix)   Mer 5 Aoû - 17:17

bienvenue sur YIU
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: far from any road (scéna felix)   Mer 5 Aoû - 17:25

bienvenuuuuue **
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t2212-lux-2-0-the-robot-unicorn


Lux Ó Cearnaigh
FONDATRICE - NOTRE MÈRE A TOUS
Je suis à Chicago depuis le : 03/06/2011 et j'ai déjà rédigé : 3705 messages. J'ai : 24 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : doctorante (troisième année) en ingénierie, spécialisée en robotique

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: far from any road (scéna felix)   Mer 5 Aoû - 17:55

Bienvenue parmi nous ! I love you Est-ce que tu peux préciser dans ton titre qu'il s'agit d'un scénario s'il te plait ? Afin qu'on s'y retrouve mieux ! Merci d'avance I love you

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: far from any road (scéna felix)   Mer 5 Aoû - 17:57

BIENVENUE SUR YIU balloncoeur2
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: far from any road (scéna felix)   Mer 5 Aoû - 18:01

Bienvenue parmi nous & bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: far from any road (scéna felix)   Mer 5 Aoû - 18:15

Je sens l'adepte de Breaking bad nique
Il nous faudra un lien bien bien bien stress
Bienvenue et bon courage pour ta fiche **
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: far from any road (scéna felix)   Mer 5 Aoû - 18:35

Bienvenuuuuuuuuuuuuuue parmi nous ! **
Bon courage pour ta fiche & have fun sur YIU stress
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: far from any road (scéna felix)   Mer 5 Aoû - 18:49

bon choix de vava bienvenue sur le forum
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: far from any road (scéna felix)   Mer 5 Aoû - 19:07

Bienvenuuuue ptit chat amour2
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: far from any road (scéna felix)   Mer 5 Aoû - 20:19

Bienvenue Pompom
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: far from any road (scéna felix)   Mer 5 Aoû - 20:34

Bienvenue par ici I love you
Bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: far from any road (scéna felix)   Mer 5 Aoû - 20:36

le pseudo + l'avatar ** bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: far from any road (scéna felix)   Mer 5 Aoû - 22:42

NON mais non y a pas moyen qu'il fabrique sa meth chez Felix hein :mexicos: :mexicos: il va la lui faire bouffer pendant son sommeil (en vrai il serait bien capable d'en prendre par accident le pauvre, tu vas tuer mon bb )
Bienvenue et encore merci de tenter mon lien, j'ai hâte de lire ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: far from any road (scéna felix)   Mer 5 Aoû - 23:38

Adam. stress stress
Bienvenue sur le forum et bonne chance pour ta fiche. ** I love you
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: far from any road (scéna felix)   Aujourd'hui à 20:44

Revenir en haut Aller en bas
 
far from any road (scéna felix)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» sonnet de felix arvers ( mes heures perdues)
» Mellindra Road, à votre service !
» TNA Victory Road 2004 [MU] :
» Monday Night Raw # 32 - ROAD TO WRESTLEMANIA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YUCK IT UP :: LES ARCHIVES :: Les archives :: Les fiches périmées-
Sauter vers: