DULCE » do not play you lose asshole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voir le profil de l'utilisateur


C. Dulce Kennedy
ETUDIANTE SANS CONFRERIE
Je suis à Chicago depuis le : 12/06/2016 et j'ai déjà rédigé : 23 messages. J'ai : vingt-trois ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : étudiante en art et géologie

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: DULCE » do not play you lose asshole   Dim 12 Juin - 19:16

Charlie Dulce Kennedy

phrase ou citation au choix


Nom complet ➜ Charlie Dulce Kennedy. Âge ➜ Vingt trois ans, le bel âge. Date et lieu de naissance ➜ Née le 13 Avril 1993 à New York. Nationalité ➜ Américaine et Française. Origines ➜ Américaines et françaises. Situation financière ➜ Très aisée, surtout quand on est un riche héritière. État civil ➜ Célibataire. Préférences sexuelles ➜ Hétérosexuelle, parfois bisexuelle quand l'alcool stagne dans son sang.
Cycle et année d'étude ➜ Graduate, 1ère année. Diplôme préparé ➜ Doctorat. Cursus majeur ➜ Arts avec une spécialisation en photographie. Cursus mineur ➜ Géologie.

Véritable charmeuse, elle aime qu'on succombe à son charme. Le simple fait qu'on lui résiste lui donne envie de persister et de faire changer d'avis la personne. Elle jouer de sa personnalité et de son visage. + La franchise peut être une qualité, mais chez la jeune Kennedy ça a tendance à se transformer en un vilain défaut. Elle ne réfléchit pas quand elle parle. Elle dit ce qu'elle pense, surtout qu'elle ne voit pas l'intérêt de passer par quatre-chemins pour dire les choses. + Derrière ce visage angélique se cache un Scapin au féminin. Ses fourberies lui ont toujours permis d'obtenir ce qu'elle désire. Parfois, elles peuvent être sans importance, mais si ça doit être plus machiavélique ça ne lui posera aucun problème, bien au contraire. + Malgré son fort caractère, il est fort difficile de savoir ce qu'elle pense. Se livrer est quelque chose d'extrêmement compliqué pour elle. Pourquoi le ferait-elle ? Et si on retournait tout ça contre elle ? Il en est hors de question, Dulce restera un mystère. + Au premier abord, elle semble hautaine. Ce n'est pas entièrement faux, la plupart du temps elle se sent au-dessus de tout le monde. C'est seulement une fois qu'elle connaît la personne que le mépris disparaît. + Ses véritables amis ne sont pas si nombreux que ça. Elle peut les compter sur une main. Elle ne cherche pas à avoir toute une foule autour d'elle, elle souhaite seulement être bien entourée. Une fois que l'on fait partie de ce cercle restreint sa jalousie se fait ressentir. Elle ne l'avouera jamais, même si elle le sait très bien. + Attentionnée envers ceux qu'elle aime, elle est prête à tous pour eux. En temps normal, écouter n'est pas son fort. Elle ne se considère pas comme une psy et ne voit pas l'intérêt d'écouter les autres parler de leurs soucis. Mais voilà que son dicton « chacun sa merde » ne s'applique pas pour tout le monde. Si vous avez un souci, et que vous êtes l'un d'eux alors vous pouvez compter sur elle. + Dulce ne réfléchit pas vraiment, elle agit tête baissée, et ne le regrette que très rarement. Par moments, on dit d'elle qu'elle est violente, mais c'est seulement qu'un rage folle sort de son corps. + Une fois que vous êtes dans son cœur, vous pouvez être certain qu'elle ne viendra pas vous planter un couteau dans le dos. Dans le cas contraire, je ne lui accorderai pas entièrement ma confiance. + Loin d'être une enfant, cependant Dulce est très joueuse.

My university life
ConfrérieUNRANKED. Années d'ancienneté ➜ quatre ans.

Quand on apprend que la petite fille de JFK arrive au campus pour y faire ses études, on pense automatiquement qu'elle va intégrer les Phi Delta Theta. Effectivement, c'était mon tout premier et regrettable choix. J'estimais que je ne devais pas me mélanger aux autres. J'avais toujours vécu dans cet univers où la renommer compte, et où ton compte bancaire prime par-dessus tout. J'ai vraiment était conne sur le coup. Nos bizutages étaient tous plus débiles les uns que les autres. On voulait voir si tu n'avais peur de rien, et savoir si tout le monde te respectait. C'était tellement pitoyable. Je me demande encore pourquoi j'ai participé à ça ! Oui chez les Phi Delta Tata, c'était comme chez-moi, mais je commençais à saturer de cette niaiserie et cette hypocrisie. Deux ans après mon intégration, j'ai donc décidé de faire mes bagages. Je ne comptais pas intégrer à nouveau une confrérie. Soit ça me rappelait trop l'ancienne, soit leur univers était bien trop loin du mien. Je ne suis pas assez ouverte d'esprit et sociable pour ça. L'avantage de ne faire parti d'aucune confrérie, c'est que tu n'as aucun compte à rendre. Ça s'est juste le pied. En revanche, en quittant les Phi Delta Theta, je me suis attirée les foudres de certains. Mais franchement qu'est-ce que ça peut me faire ? Je ne compte pas faire ma vie avec eux, et je n'ai pas besoin d'un nom pour y arriver dans la vie.


My little secrets
01.  Carolyn Bessette et John Fitzgerald Kennedy Junior sont mes parents. Oui, je fait partie de cette grande famille très populaire, la famille Kennedy. Ils n'étaient pas vraiment ensemble quand ma mère est tombée enceinte de moi, mais à leurs yeux s'était une évidence, un signe du destin. Et quel signe du destin ! Trois ans après ma naissance, un heureux événement arriva : leur mariage. J'étais trop jeune ce jour-là pour me souvenir de quoi que ce soit. Les seuls souvenirs que j'ai apparaissent à travers de photos prises ce jour-là. 02. Depuis toujours je baigne dans le monde de la médiatisation. C'est vraiment pesant comme situation, surtout quand tu te sens observé à longueur de journée, comme si on attendait que tu fasse la moindre erreur, le moindre faux pas. Peu de temps après ma naissance, mes parents ont décidé d'engager un garde du corps rien que pour moi: Barry. Surveiller un bébé, tu parles d'un job chiant. Mais voilà, ça fait plus de vingt ans que Barry veille sur moi, et même si par moments ce gros gorille me gave, je serai triste de le perdre. Il est comme un père pour moi, je lui dois tant. Peut-être que je dois le remercier de m'avoir empêché de faire le mur. 03. À l'âge de quatre ans, je commençais à montrer mes talents artistiques. Je dessinais beaucoup à la craie, et à le pastel. Je faisais ça à longueur de journée. Une fois, dans le feu de l'action, j'ai même dessiné sur les murs de ma chambre. Toute heureuse de moi j'étais allée chercher ma mère pour lui montrer mon œuvre. Au lieu de me gronder, elle m'avait expliqué les choses, mais avait tenu à laisser le dessin où il était. En revanche, mon père avait été moins ravi de ce gribouillage qui semblait ressembler à un paysage montagnard. « T'es pas content papa ? C'est pas beau ? » Il m'avait expliqué que non ce n'était pas laid, mais que je n'en avais pas l'autorisation. Il m'avait donné son appareil photo que j'aimais tant regarder du coin de l'oeil, et m'avait dit que je pouvais l'utiliser. « C'est pour moi ? » Finalement, c'est grâce à une bêtise toute bête que j'ai pu développer une passion pour tout ce qui est photographie. 04. Le 16 juillet 1999, une nouvelle tragédie s'est abattue sur ma famille. On commence à se dire que c'est une habitude chez les Kennedy. Rien ne peut se dérouler normalement. Alors que mes parents, accompagnés de ma tante Lauren, se rendaient en week-end à Martha's Viney leur avion privé s'était écrasé dans l'océan Atlantique. Après quelques jours sans nouvelle, on apprit leurs morts que six jours plus tard. Malgré mon jeune âge lors de cet événement, je me souviens très clairement de cette inquiétude pesante qu'il régnait. Je n'avais jamais vu ma famille au complet. Il y avait tant de personnes. Contrairement à tout le monde, j'étais certaine qu'ils allaient revenir. Je me disais que papa était fort, qu'il aillait sauver maman et tante Lauren. Naïve jusqu'au bout la gamine ! 05. Suite aux décès de mes parents, ma grand-mère et ma tante Alex avaient décidé de renforcer ma garde que ce soit le matin comme le soir. Les journalistes avaient trouvé une nouvelle proie : moi. « Pourquoi ces messieurs courent après nous ? » Je ne pouvais pas me rendre à l'école et chez des amis sans avoir trois gardes près de moi. C'était vraiment excessif. Je ne comprenais pas ce qui m'arrivait. Même lorsque je me rendais à mes cours de danse et de dessins ils me suivaient. Ils étaient devenus mon ombre, une ombre bien plus imposante, et moins attendrissante. Parfois, des enfants prenaient peur face à ces trois gros gorilles. « Barry, vous allez aussi mettre un tutu et danser avec nous ? .. Mais vous êtes trop grands. Vous n'avez pas le droit, c'est pour les enfants comme moi. » Lui-même trouvait ça un poil pesant comme garde, alors Barry avait pris la décision de me surveiller d'un peu plus loin lors de ces moments. 06. Bien que je vivais dans ma maison avec ma tante Alex, il était temps de prendre une décision. Qu'est-ce que j'allais devenir ? J'avais six ans et j'étais déjà orpheline. Ma famille était grande, mais vu tous les événements qui s'abattaient sur les Kennedy, il était hors de question que je reste vivre avec l'un d'eux. Enfin c'était le souhait de ma tante. Elle voulait que je vienne vivre chez elle avec son mari et ses deux enfants dans le sud de la France, à Toulouse. J'étais heureuse de partir. Je pensais voyager. « Barry vient avec nous ? » Je ne me voyais pas partir sans lui. C'était égoïste de ma part, mais je le referai s'il faut. Qu'est-ce que je dis, je l'ai refait. Après une longue procédure juridique, elle put enfin m'adopter et m'emmener avec elle. 07. Bien que ma mère m'ait appris le français, mes débuts en France furent assez difficiles. Je ne comprenais pas pourquoi je ne pouvais parler en anglais qu'avec Barry. Tout le monde parlait une langue différente de celle que je parlais couramment. Le plus difficile dans la langue c'était cet accent qui déformait de nombreux mots. Souvent, j'ouvrais grand les yeux, et ne demandais pas de répéter alors que je n'avais rien compris. La décision fut prise de me mettre dans une école privée anglaise. Je peux vous assurer que ça m'a bien aidé. Aujourd'hui, je parle couramment le français, mais aussi l'italien, l’allemand et bien évidemment l'anglais. 08. À chaque vacance ou presque, je partais en voyage avec Barry. C'était notre tradition. On faisait le tour du monde, ou on retournait en Amérique. On ne se privait de rien. On assistait également à des bals. C'était dans mes obligations. Je prenais goût à ces soirées, mais franchement qu'est-ce qu'on se faisait suer quand il n'y avait que des vieux! Quand on voyageait, c'était un véritable délice. Je prenais constamment des photos avec l'appareil que mon père m'avait donné. J'étais fière, j'aimais ça. Je crois bien que c'est à ce moment-là que j'ai su ce que je voulais faire de ma vie : photographe. Contrairement à ce que pouvait penser le reste de ma famille, je ne voulais pas faire de la politique ou du droit. Je trouvais ça ennuyant, non j'aimais l'art. Mes parents l'ont toujours su, et ils auraient aimé que je poursuive cette voie. 09. J'avais beaucoup de mal à considérer ma famille adoptive comme mes parents, mes frères et sœurs. C'est toujours le cas, je vous rassure. Lorsque je suis arrivée chez eux, je ne les connaissais que très peu, voir même pas du tout. Je connaissais seulement tante Alex. C'était comme des étrangers, ce qui rendait mon enfance légèrement plus mouvementée. Je n'étais pas vraiment facile. J'étais une vraie fille pourrie gâtée, mais surtout pourrie. Il n'y avait qu'une seule personne que j'écoutais, Barry. « Barry, c'est mal de dire que tu es mon deuxième père ? » Il m'avait dit que non, mais il préférait que ça reste entre nous. Il ne voulait pas blesser mon oncle et ma tante. Ça ne m'importait pas vraiment ce qu'ils pouvaient penser. S'ils me l'avaient demandé, je leur aurais dit la vérité. À neuf ans je ne me laissais pas marcher sur les pieds, je disais très clairement ce que je pensais. 10. La danse ne me plaisait plus. J'avais l'impression de continuer pour faire plaisir à ma mère. Ça me faisait de la peine d'arrêter. Je ne voulais pas la blesser, et ça même si elle n'était plus avec moi. Ma tante mit du temps pour m'expliquer que tout ce que ma mère aurait souhaité s'était mon bonheur. La danse faisait donc partie de mon passé. Je souhaitais faire un sport tout à fait différent : du volley. Je me suis cassée les doigts par de nombreuses fois, mais j'aimais et j'aime ce sport. J'aimais tellement ça que j'en ai fait à haut niveau pendant mon adolescence. Ce n'était pas facile de combiner l'école avec les compétitions et le reste de mes autres activités, mais j'y arrivais. À douze ans, je jouais dans l'équipe de junior française de volley. Et même si ça fait six que j'ai arrêté d'en jouer à haut niveau, je continue à jouer et à apprécier ce sport. 11. Ce n'est seulement que sept ans après mon arrivée sur le sol français que j'ai demandé la nationalité française. Je commençais vraiment à me sentir chez moi. J'étais fière de dire que j'étais française. Bon, légèrement moins qu'américaine, mais je progressais. Je ne disais plus que je vivais chez de la famille. « Tu veux venir chez moi demain soir ? » Je ne pensais jamais dire ça, mais il n'y a que les cons qui ne changent pas d'avis. La demande fut traitée en express. Bien entendu, j'ai dû jouer de ma réputation, sinon ça aurait mis beaucoup plus de temps que ça. 12. Voilà que mon oncle eu une grosse promotion lors de mon entrée au lycée. Lui qui était dans la politique se voyait monter en grade. Le voilà ministre auprès du président de la République. Mais je n'étais pas aussi réjouie que le reste de la famille. Je savais ce que signifiait cette promotion : déménagement. J'avais demandé à vivre seul avec Barry. J'avais quinze ans, je me sentais assez grande pour ça. Et puis, ce n'était pas comme si j'étais seule. J'avais le gros gorille avec moi, mais ma tante ne voyait pas les choses du même œil. Elle voulait que je monte avec eux. « Tu fais chier, arrête de te prendre pour ma mère, tu ne le seras jamais ! » Une grande rébellion s'était alors mise en place, et ça jusqu'à ce qu'à ma maturité. Malgré ce que je laissais penser, j'ai beaucoup aimé vivre à Paris. Pourquoi j'aurai détesté ? De nombreuses bonnes choses se sont produites là-bas. 13. Lors de l'une de ces nombreuses soirées, j'ai rencontré de personnalités très importantes dans de multiples milieux. Mais celle qui m'a le plus marqué c'est celle avec Calvin Klein. Malgré ses mauvais goûts en chirurgie, j'ai beaucoup de respect pour lui. Il était venu à moi me disait que ma mère avait travaillé avec lui. Je n'avais pas pris connaissance de ces faits avant ce jour-là. C'était une grande nouvelle pour moi. Bref, ce n'est pas forcément cette conversation qui fut la plus importante, mais c'était l'instant où il m'avait proposé d'être l'un de ses modèles. Mon dieu, je ne savais plus quoi penser. Aujourd'hui, cela fait 8 ans que je suis mannequin chez Calvin Klein, et ça fait un petit moment que je suis son égérie. 14. UTout le monde connaît cette première fois, ce premier amour. Qu'est-ce qu'on est naïf à cet âge ! En y repensant j'ai été bête de tomber dans ce panneau. À mes yeux Trevor était le mec parfait, celui avec qui j'allais faire ma vie. On était dans le même établissement privé, mais je l'avais rencontré lors d'un repas chez moi avec sa famille. Je me souviens avoir eu le coup de foudre pour lui. Je le trouvais « trop beau », je cite mes profondes paroles. À cet âge tu sors avec X ou Y seulement parce que physiquement il est à ton goût et tu ne cherches pas vraiment à savoir si mentalement ça peut coller. Au pire tu te forces et tu fais mine que c'est le grand amour entre vous. Seulement, je pensais vraiment avoir trouvé la bonne personne, même si nos caractères faisaient que ça explosait régulièrement. J'avais vécu tant de choses avec lui, c'était comme l'homme de ma vie. La prochaine fois que je pense ça, je me fourre une balle. 15. Quand tu as dix-sept ans, tu veux jouer avec le feu. Et ce soir-là, alors que Barry avait pris sa soirée, j'étais sortie avec Trevor et des amis. Comme des cons, on se sentait puissants, intouchables. On voulait montrer que rien ne nous faisait peur, que l'on pouvait pisser sur tout le monde. Vous avez compris : on avait un melon surdimensionné. Alors, tous nous nous sommes introduits dans une maison de l'une de ses filles que l'on détestait. On savait qu'il n'y avait personne. On comptait s'amuser à tout saccager. L'idée la plus lumineuse que j'ai eue. Seulement, on était tellement occupé que l'on ne sait même pas rendu compte que la bonne dormait chez eux lors de leurs absences. Elle a décidé d'appeler les flics alors que l'on cassait tout sur notre chemin. Mon oncle et ma tante étaient tellement furax de mon comportement qu'ils n'ont pas voulu que ce malheureux incident soit enlevé de mon casier judiciaire. Oui, je suis fichée, mais le pire c'était le regard sévère de Barry. « Oh ça va, je n'ai tué personne, pas besoin de me faire ce regard. Allez Barry s'il te plait. » 16. Bac en poche, j'étais aux anges. Je n'avais qu'une envie rentrer en Amérique. Retrouver mon très cher pays. J'avais des idées plein la tête. Mon plan était déjà fait. Je venais de toucher l'héritage complet de mes parents, et même si je ne pensais pas y toucher puisque j'avais déjà mes propres revenus avec le mannequinat et les compétitions de volley, je savais que cet argent allait me rendre d'autant plus influençable. J'étais devenue l'une de ses jeunes femmes importantes. Je n'avais plus besoin de l'autorisation de mon oncle et de ma tante pour agir. Avec Trévor, on voulait aller à Chicago pour faire nos études supérieures. Mais même si j'étais raide dingue de Trevor, je ne voulais pas partir sans Barry. Seulement, il avait rencontré une femme et avait un enfant depuis que l'on s'était installé à Paris. Je ne pouvais pas le leur enlever, et je ne pouvais pas faire ça sans lui. « Barry ? Tu sais que je te considère comme un père. Tu sais que j'ai besoin de toi, mais je sais que ta petite famille a également besoin de toi... Je veux retourner en Amérique, aller faire mes études à Chicago, mais ça je ne peux le faire sans toi. Viens, on part tous les quatre vivre là-bas. Je m'occupe de tout, et je te promets que tu n'auras plus à me suivre comme avant. Allez, c'est la meilleure promotion de ta vie, tu ne peux pas me dire non. Pas à moi. » 17. Chicago, c'était le pied, encore mieux que dans mes rêves. Barry était là. J'avais réussi à rentrer dans l'une des plus grandes universités du pays. Rien de bien étonnant quand tu t'appelles Kennedy, mais j'étais aux anges. Avec Trévor, on avait notre propre appartement juste à côté de celui de mon gros gorille, on faisait également partie de la même confrérie : Phi Delta Theta. Rien de bien étonnant jusque-là, on était comme des poissons dans l'eau. Je m'étais faite de nouveaux amis, tout un tas, enfin surtout en apparence. Tous des hypocrites. Ce milieu était tellement fait de mensonges que celle qui se disait être ma meilleure-amie couchait régulièrement avec celui qui se disait être mon petit-ami. Je crois que je ne suis jamais autant rentrée dans une rage folle. Lorsque j'ai appris la ''nouvelle'', ça faisait six mois que nous venions d'arriver au campus. 18. Après avoir viré Trevor de ma vie, j'ai également décidé de quitter la fraternité. Je ne supportais plus ce univers malsain où tout le monde dit être ton ami alors que ce n'est qu'un tissu de mensonges. Je ne supportais plus de voir mon ex copain et mon ex meilleure-amie. Je voulais leur refaire le portait à longueur de journée. Bien entendu beaucoup m'ont tourné le dos suite à ça, mais franchement qu'est-ce que ça peut me faire ! J'avais pris aussi la décision de changer d'appartement qui était devenu bien trop grand pour moi. Je ne m'y sentais pas forcément à mon aise. Je souhaitais quelque chose de plus simple, quelque chose qui ressemble plus à mon univers artistique : une collocation. 19. VRAC : J'ai arrêté de compter sur un chauffeur pour m'emmener partout à tous moments de la journée. Il y a peu de temps, j'ai enfin passé mon permis, mais je n'ai toujours pas franchi le cap des transports en commun. Je m'arrête au taxi, et peut-être qu'un jour j'apprendrai à faire du vélo, mais ce jour n'est pas prêt d'arriver. Je suis également devenue une grande fêtarde qui n'a pas peur de ne plus se souvenir d'une soirée. La plupart du temps je les passe en charmante compagnie, et ça avec des inconnus. Barry ne voit pas ça d'un très bon œil, mais je ne veux plus qu'il soit autant derrière moi. Il doit vivre sa vie, il commence à se faire vieux. 20. VRAC : Je ne suis pas une très grande dormeuse. J'aime me lever au plus tard vers huit heures et profiter de la journée. Jamais vous me verrez traîner en pyjama toute la journée. C'est juste impossible. Je me lève généralement vers six heures pour aller courir, et commencer comme il faut la journée. Barry m'accompagne toujours. C'est un moment que l'on partage depuis des années, c'est devenu comme une tradition pour nous.
Pseudo ➜ Australia. (mathilde) Âge ➜ Bientôt 22 ans. Pays ➜ France. Fréquence de connexion ➜ Au moins tous les jours. Découverte du forum ➜ Top site. Avis ➜ Depuis le temps que je l'observe je le trouve toujours aussi beau. Autres ➜  coeur2

Gigi Hadid - inventé

_________________________________
« Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant. Demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup... »
do not forget anything


Dernière édition par C. Dulce Kennedy le Mar 14 Juin - 13:05, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t3119-lucas-le-sport-est-depass


Lucas Hoffman
FRÈRE ΣΧ
Je suis à Chicago depuis le : 09/06/2016 et j'ai déjà rédigé : 172 messages. J'ai : 24 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : étudiant en masso-kinésithérapie

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: DULCE » do not play you lose asshole   Dim 12 Juin - 19:31

Bienvenue à toi jolie blonde et courage pour ta fichoune hi

_________________________________

and now we are drunk
i have the penalty for sober people. They feel never better than in the morning. › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t2884-cj-all-eyes-on-the-gun-on


C. Jay Harper
CITOYEN DE CHICAGO
Je suis à Chicago depuis le : 08/04/2016 et j'ai déjà rédigé : 38 messages. J'ai : 25 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : mécano/homme à tout faire

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: DULCE » do not play you lose asshole   Dim 12 Juin - 21:34

Douce Dulce, bienvenue officiellement parmi nous !

Bon courage pour ta fiche jolie blonde amour2

_________________________________
In my sex fantasy, nobody ever loves me for my mind.
I like threesomes with two women, not because I’m a cynical sexual predator. Oh no! But because I’m a romantic. I’m looking for “The One.” And I’ll find her more quickly if I audition two at a time. Russel Brand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


C. Dulce Kennedy
ETUDIANTE SANS CONFRERIE
Je suis à Chicago depuis le : 12/06/2016 et j'ai déjà rédigé : 23 messages. J'ai : vingt-trois ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : étudiante en art et géologie

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: DULCE » do not play you lose asshole   Dim 12 Juin - 22:48

Merci beaucoup les biquets. **

_________________________________
« Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant. Demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup... »
do not forget anything
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t2745-matthiew-j-krummer-we-don


Matthiew J. Krummer
ETUDIANT SANS CONFRERIE
Je suis à Chicago depuis le : 26/03/2016 et j'ai déjà rédigé : 221 messages. J'ai : 23 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : Étudiant en Langue

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: DULCE » do not play you lose asshole   Dim 12 Juin - 23:19

Bienvenue parmi nous **
Bonne chance pour la suite jolie demoiselle love

_________________________________

Δ I'm lost in you everywhere I run. Everywhere I turn I'm finding something new. Lost in you, something I can't fight. I cannot escape.I could spend my life lost in you! Lost in you! © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


C. Dulce Kennedy
ETUDIANTE SANS CONFRERIE
Je suis à Chicago depuis le : 12/06/2016 et j'ai déjà rédigé : 23 messages. J'ai : vingt-trois ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : étudiante en art et géologie

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: DULCE » do not play you lose asshole   Lun 13 Juin - 2:40

Merci Matt. stress

_________________________________
« Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant. Demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup... »
do not forget anything
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t3043-jules-haynes-i-thought-i-


Jules Haynes
NEW COMER
Je suis à Chicago depuis le : 01/11/2015 et j'ai déjà rédigé : 1331 messages. J'ai : 24 ans

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: DULCE » do not play you lose asshole   Lun 13 Juin - 4:31

Ohhhh Gigi ** han
Bienvenue parmi nous !

_________________________________

Think Less, Live More
“Skateboarding doesn’t make you a skateboarder.  Not being able to stop skateboarding make you a skateboarder.”
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: DULCE » do not play you lose asshole   Lun 13 Juin - 11:53

Bienvenue par ici avec Gigi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t2361-eva-elle-avait-des-bagues


Eva Hamilton
BIZUT ΦΔΘ
Je suis à Chicago depuis le : 23/02/2016 et j'ai déjà rédigé : 237 messages. J'ai : 25 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : étudiante (1° année) de couture

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: DULCE » do not play you lose asshole   Lun 13 Juin - 13:31

Hello beauté **
Bienvenue ici

juste parce que j'ai relevé ça, si elle est née en 93, elle a 23 ans et pas 25
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


C. Dulce Kennedy
ETUDIANTE SANS CONFRERIE
Je suis à Chicago depuis le : 12/06/2016 et j'ai déjà rédigé : 23 messages. J'ai : vingt-trois ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : étudiante en art et géologie

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: DULCE » do not play you lose asshole   Lun 13 Juin - 13:41

Merci beaucoup pour l'accueil, et merci Eva, j'avais oublié de changer ce détail qui fait.

_________________________________
« Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant. Demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup... »
do not forget anything
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t3114-nate-martinez-avec-un-reg


Nate E. Martinez
ADMIN - FRÈRE ΔΥ
Je suis à Chicago depuis le : 09/06/2016 et j'ai déjà rédigé : 117 messages. J'ai : 25 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : étudiant en mathématique

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: DULCE » do not play you lose asshole   Lun 13 Juin - 15:44

Tu es validé(e) !

J'ai l'honneur de te valider, et wow, quelle fiche parfaite j'ai adoré lire, elle est complète de chez complète... Quel fort caractère d'ailleurs ! Une Phi qui devient une Unranked c'est tellement rare, en tout cas l'histoire est passionnante, et je comprend très bien que Barry soit si important pour toi il est là depuis toujours ! J'espère en tout cas que tu trouveras des gens avec qui tu te sentiras à l'aise, des gens que tu ne trouvera pas bête et insignifiant j'espère que tu vas t’attacher à quelqu'un (à moi ? ) Bienvenue officiellement dans la folie de YIU !

Je t'invite à aller recenser ton avatar ainsi qu'à contacter PlayBoy pour lui faire part de 3 petits secrets te concernant. Tu peux également aller créer ta fiche de liens afin de te trouver de nouveaux amis ou intégrer un club ou une équipe universitaires ! Tu peux aussi t'inscrire sur le flood d'intégration pour faire plus ample connaissance avec les autres membres et trouver ta place au sein de l'université. N'oublie pas de surveiller le fil d'actualité du forum pour ne rien rater (et pense à configurer tes notifications dans ton profil, comme le stipule le règlement) ! Bienvenue dans notre famille !

© YUCK IT UP 2016


_________________________________
I got broads in Atlanta, twistin' dope, lean, and the Fanta, Credit cards and the scammers Hittin' off licks in the bando, Black X6, Phantom,White X6 look like a panda. Goin' out like I'm Montana, Hundred killas, hundred hammers. Black X6, Phantom, White X6, panda. Pockets swole, Danny Sellin' bar, candy... Man I'm the macho like Randy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t92-sahel-c-est-en-voyant-un-mo


Sahel A. Friezmann
ADMIN - MASCOTTE ΔΥ
Je suis à Chicago depuis le : 02/08/2015 et j'ai déjà rédigé : 3689 messages. J'ai : vingt quatre ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : étudiant, en 1ere année graduate ~ cinéma & médias

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: DULCE » do not play you lose asshole   Mar 14 Juin - 11:42

J'ai pas eu le plaisir de te souhaiter la bienvenue
Vaut mieux tard que jamais comme on dit

Bienvenue parmi nous
et n'hésite pas au cas ou !

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


C. Dulce Kennedy
ETUDIANTE SANS CONFRERIE
Je suis à Chicago depuis le : 12/06/2016 et j'ai déjà rédigé : 23 messages. J'ai : vingt-trois ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : étudiante en art et géologie

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: DULCE » do not play you lose asshole   Mar 14 Juin - 12:37

ça fait toujours plaisir de savoir que sa fiche plait, merci Nate. Et je constate qu'il y en a un qui ne perd pas le nord, comme on dit.

En tout cas merci tout le monde, et promis aucune hésitation en cas de problème. muais..

_________________________________
« Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant. Demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup... »
do not forget anything
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: DULCE » do not play you lose asshole   Aujourd'hui à 9:29

Revenir en haut Aller en bas
 
DULCE » do not play you lose asshole
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» 05. The games we play
» Guide pour étoffer votre rôle-play
» * Nano. Role Play !
» fait votre play liste ici

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YUCK IT UP :: L'ACCUEIL ETUDIANT :: Les dossiers d'admission :: Les dossiers validés-
Sauter vers: