f*ck the titles (caleb)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: f*ck the titles (caleb)   Mar 4 Aoû - 15:09

Caleb Anthony Summers-Hogan

Julian Morris
Né le 13 septembre 1988 à Chicago (banlieue), j'ai 26 ans et suis de nationalité américaine. Si vous voulez en savoir un peu plus sur moi, sachez que je suis plutôt pauvre et que je le vis mal ! Actuellement célibataire, je tiens à préciser que je suis plutôt du genre bisexuel... Désolé d'avance pour les cœurs brisés.

Diplôme préparé : doctoratCycle & année d'étude : Graduate & 6ème annéeCursus majeur : FinanceSpécialisation : Finance d'entreprise et des marchésCursus mineur : Économie des marchés

Personnalité & addictions

Drôle - 50%
Réfléchi(e) - 50%
Créatif(ve) - 15%
Travailleur(euse) - 90%
Fêtard(e) - 60%
Narcissique - 70%
Artiste - 10%
Amical(e) - 70%
Jaloux(se) - 65%
Méfiant(e) - 70%
Sportif(ve) - 35%
Prude - 10%
Généreux(se) - 75%
Têtu(e) - 55%
Hautain(e) - 40%
Séducteur(trice) - 65%
Honnête - 35%
Joueur(euse) - 75%
Alcool : 40%Drogues : 20%Sexe : 50%

Renseignements multiples
Pourquoi avez-vous choisi d'étudier à l'université de Chicago ? La question ne se posait même pas. Je suis né à Chicago et j'ai vécu ici toute mon enfance et adolescence. Bon, j'ai peut-être été largué dans le mauvais quartier de la ville, mais j'en connais tous les recoins depuis que j'ai treize ans pour des besoins pratiques. Les grandes rues, les magasins aux vitrines élégantes et coûteuses, les hommes en costard-cravate et les femmes en tailleurs m'ont beaucoup impressionné à l'époque -encore de nos jours, mais moins, étant à deux doigts de devenir comme eux. Bref, le centre-ville inspirait de grandes choses, des projets pour l'avenir motiver par un désir d'être friqué jusqu'aux os. C'était à Chicago que j'allais donc faire mes études. University of Chicago, c'est écrit sur ma carte. Mes parents ne pouvaient pas être plus fiers, chose que je tiens beaucoup à cœur, encore plus qu'un billet de cent dollars. Chicago est là pour me donner une renommée, un futur job bien payé et une classe internationale. Voilà pourquoi j'ai choisi cette université.

Quelles sont vos sources de financement universitaire ? Malheureusement pour la fratrie Summers-Hogan, papa et maman ne peuvent pas subvenir à nos besoins. Tout le monde essaye de s'en tirer comme il peut. Personnellement, ça fait longtemps que j'ai décidé d'aider mes parents. Au début, je volais dans les magasins de la bouffe et du petit matériel pour la maison. Et puis, papa s'est encore plus endetté. L'école en Amérique, ça coûte cher. Surtout si on veut une bonne école pour les enfants. Alors, j'ai commencé à me concocter des petits plans. Un temps au lycée, j'ai dealé, mais j'ai du arrêter. Ma cotte de notoriété avait beaucoup diminué. Disons que je me rappelais de tous les types qui n'avaient pas payé. J'ai du faire les gros bras pour qu'on me rende tout le fric. On peut plus compter sur les gens de nos jours. J'ai fais un boulot en pharmacie. Le mec m'aimait bien, je crois. Il faut dire que les clientes rappliquaient souvent leur nez. Je connaissais tout d'elle : je les appelais par leur nom, je leur parlais de leur petits problèmes et puis je leur conseillais un tout nouveau produit de beauté qu'elle ne pouvait refuser. Je vendais bien le truc. J'ai du arrêter par manque de temps. Depuis trois ans, on me donne de l'argent pour passer des concours et des examens d'autres étudiants. J'ai mon manager, Bruce, qui me donne les détails. C'est lui qu'il faut appeler pour avoir une chance de réussir sa matière majeure à coup sûr. Moi, je bosse dans l'ombre, anonymement. Une lecture du code civil et je suis prêt à passer le concours du barreau.

Que pensez-vous du système de confrérie ? C'est super. En un an de confrérie, on rencontre plus de gens qu'en cinq ans dans aucune maison. Je veux dire, si on a le sens des affaires et qu'on veut réussir dans la vie après notre sortie de l'université, il est plus intelligent de se faire des potes dans les confréries plutôt que de faire son outsider. Les sans confréries, ce sont clairement des loosers qui ne savent pas prendre leur vie dans de bonnes mains. Je sais que je pourrais toujours compter sur mes frères et mes sœurs, que ce soit dans deux heures ou dans cinquante ans. Un pour tous, tous pour un. A la vie, à la mort, tu connais ?

D'ailleurs, faites-vous partie d'une confrérie ? Si oui, depuis combien de temps ? Après mon discours sur les confréries, vous ne serez pas étonné de me voir en faire partir d'une. La mienne ? C'est la Zeta Psi. J'y suis depuis que je me suis inscrit à l'université de Chicago. Et j'y resterai jusqu'à ce que je finisse mon doctorat. Je pense même que j'y resterai cinquante ans plus tard. Parce qu'être Zeta Psi, c'est un état d'esprit qu'on applique au quotidien. On naît et on meurt Zeta Psi. J'ai rencontré des personnes de cette confrérie que je n'oublierai pas de ci-tôt, de grands cerveaux. Même si on n'est pas très soudé entre nous, si on a nos moments sombres, nos engueulades,  on paye attention aux autres et on se tend toujours la main pour s'ente-aider. On a beau avoir notre petite fierté - crack en informatique, poète, génie des polymères - on ne se coupe pas des autres pour autant. Et cette humilité, c'est ce qui m'a donné envie de faire parti des Zeta Psi. Peu de gens m'ont tendu la main lorsque j'étais petit et je n'ai pas eu l'occasion de croiser de grands esprits - Buchanan étant l'exception bien sûr. Les membres de cette confrérie vous donnent tout ceci, même si vous n'y croyez plus depuis longtemps.

Je me rappelle de la visite des confréries. C'est bizarre parce que les Zeta Psi ne m'avaient pas donné une bonne impression au premier regard. Je pense qu'ils n'avaient rien planifié pour ce jour particulier. On avait pu les voir vaqué à leurs habitudes, dans leur campus. C'était à peine si nous existions. Certes, il n'y avait pas de banquet, ni de soirée, ni de parade, seulement des "bonjour" respectueux, parfois avec un grand sourire. Mais c'était cette atmosphère qui m'a plu en fin de compte. Pas de cirage de chaussures, pas de conversations forcées et aucune question à propos de mes prédécesseurs. C'est la simplicité des Zeta Psi qui m'a amené à intégrer la confrérie.

Et puis est arrivé la période du bizutage. Personnellement, c'est passé crème. On m'avait dit que les Zeta Psi ne faisait rien d'extravagant. En entrant dans la confrérie, j'étais sûr de ne pas avoir à récurer les chiottes pendant toute une semaine ou bien à aller voler le trophée d'une autre fraternité en douce. Pas d'activités illégales, non. Mais un quiz sur le monde de la finance peut être considéré comme un challenge impossible. Evidemment, pas pour moi. Bon, d'accord, j'ai peut être buggé à une question et après j'ai du réciter Shakespeare dans un amphithéâtre rempli de graduate en Economie - et depuis je sais qu'ils n'ont pas la tête à ce genre d'humour. Imaginez le stress... et la honte prendre le contrôle de mon corps lorsqu'à la fin j'ai clamé un monologue à une fille la plus proche, tout en lui tendant une rose. "Le bizutage ne s'oublie jamais". Tu l'as bien dit.


Biographie
Il y a toujours cet ami. On ne sait jamais si c'en est réellement un d'ailleurs. On s'attache. Il nous fait mal une première fois. Et puis, on lui pardonne parce qu'on passe un bon temps avec lui. Et puis, on découvre ses défauts, de jour en jour. Et ça nous fait encore plus mal au cœur. Mais on continue de s'y attacher. C'est plus fort que nous. Tout cette douleur, on la digère et le lendemain tout va bien. Cet ami, c'est comme une drogue. On sait qu'il faut y mettre un terme, mais on en consomme, parce qu'on en a besoin.
J'ai un pote comme ça. Il s'appelle Bruce. Je l'aime et je le déteste à la fois. Il est le bourreau de mon cœur et de mon corps. Bruce, c'est le caïd de la classe. Je savais pas pourquoi il est comme ça. Maintenant oui. Un jour, je l'ai suivi jusqu'à chez lui. Il voulait jamais nous inviter et moi j'étais curieux. Je voulais tout savoir. Je veux encore tout savoir. Évidemment, je me suis fais griller. J'avais nul part où me cacher dans la rue déserte. Il avait jeté un coup d’œil derrière lui et ma filature partait en fumée. Je me souviens du regard qu'il m'avait lancé. Un regard teinté de surprise et puis rapidement de colère. Qu'est-ce que tu fous là Hogan ? J'aurais préféré être mort plutôt que de l'affronter une nouvelle fois de plus dans la journée. Il ne se lasse jamais de me faire sa scène de dur à cuire. Enfin, je dis ça comme s'il est ridicule, mais en vérité je chie dans mon pantalon à chaque fois que ces yeux gris me toisent de haut en bas. Je... Heu, rien, je. Je vais à la bibliothèque rendre des bouquins. J'étais devenu rouge comme une tomate. Je ne sais pas mentir, ça se voit à des kilomètres à la ronde. D'ailleurs, Bruce se moquait déjà. Pfff tu fais pitié Caleb. Des mots. Des lames. Elles se glissent dans ma cage thoracique et viennent trancher mon coeur en pièces. Mais je ne répond pas. J'encaisse. Il ne se rend pas compte de ce qu'il dit. Oui, ce doit être ça. Je le regarde descendre des escaliers et me rejoindre sur le goudron. J'ai la gorge serrée et j'ai l'impression que je vais craquer cette fois. Il se rapproche dangereusement. Tu me suis Hogan ? Bruce connait la réponse, mais ça l'amuse de m’embarrasser. Non. Non, pas du tout. Je l'entendais soupirer de mécontentement. Je le sentais tellement il était proche. Ma réponse ne le satisfaisait pas, alors il m'a prit le menton entre ses doigts et il a serré. C'était pas la première fois. Ce sera pas la dernière. Je subissais, je restais sous son emprise. Bruce, c'est un venin appétissant. Quand il me fait mal, je me retrouve bizarrement collé à lui. Son cœur palpitant d'adrénaline, sa bouche tentante, son souffle rapide, je sens tout ça, et je deviens sa poupée. BRUCE! RAMÈNE TON CUL! Le bulldog qui lui sert de père lui gueulait dessus comme un dresseur d'animal. C'est à ce moment que j'ai compris pourquoi Bruce était comme ça. D'ailleurs, il m'avait lâché amèrement et me lançait un regard qui disait 'oublie ça ou t'es mort'. Et Bruce rentrait chez lui, à l'abattoir. Moi, j'étais égoïste, j'avais la haine contre son père pour avoir interrompu le petit rituel de Bruce. Je n'avais plus qu'à rentrer chez moi, prier et m'endormir la tête dans les étoiles à rêver de Bruce le caïd.

(...)

Puis les années ont passé. Les cicatrices se sont refermées et ne se sont jamais rouvertes. J'avais oublié la peur d'être écrasé. Je l'avais tellement ressenti plus jeune qu'elle ne me laissait plus qu'un goût amer en bouche. Maintenant, je savais ce qui clochait en moi et j'avais appris à m'en servir à bonne escient. Avoir une mémoire photographique aidait beaucoup. Je foutais rien à l'école. Il me suffisait de lire la leçon pour pouvoir la recracher. Les instituteurs et institutrices m'ont tout le temps dit que les années suivantes je n'y arriverai pas. Et pourtant, c'était tout le temps la même chose. Le pire, c'était de faire face à l'ennuie en classe. Heureusement, Félix était là pour m'empêcher de péter un câble. Bruce aussi. Avec le temps, il a arrêté ses conneries. Il a mûri et on est devenu pote, des vrais. Ensemble, on fait les quatre cents coups. C'est presque un frère pour moi. Ça l'est toujours d'ailleurs. Peut-être qu'il trempe dans des affaires louches, mais je peux compter sur lui pour me ramener des clients. C'est mon manager, celui qu'on appelle pour que je passe un examen. Le seul qui connait mon numéro.

Moi c'est blackbeauty (jbé) !
J'ai 22 ans, je suis un mec et je vis en France. J'ai découvert le forum sur bazart et je le trouve orgasmique  :moustache: ! Sinon, je serai connecté tous les jours en ce moment et je devrai pourvoir RP environ 5 fois par semaine.



Dernière édition par Caleb S.-Hogan le Dim 6 Sep - 10:04, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: f*ck the titles (caleb)   Mar 4 Aoû - 15:11

sexy Morris bave
BIENVENUE SUR YIU balloncoeur2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t2212-lux-2-0-the-robot-unicorn


Lux Ó Cearnaigh
FONDATRICE - NOTRE MÈRE A TOUS
Je suis à Chicago depuis le : 03/06/2011 et j'ai déjà rédigé : 3705 messages. J'ai : 24 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : doctorante (troisième année) en ingénierie, spécialisée en robotique

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: f*ck the titles (caleb)   Mar 4 Aoû - 15:15

Wheee, bienvenue sur YIU ! **

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: f*ck the titles (caleb)   Mar 4 Aoû - 15:16

morris bave
bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: f*ck the titles (caleb)   Mar 4 Aoû - 15:25

Riley, Lux coeur

Merci beaucoup tous les trois. coeur2
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: f*ck the titles (caleb)   Mar 4 Aoû - 15:33

Bienvenue sur YIU avec ce choix d'avatar de malaaaaade ! Courage pour la suite de ta fiche et surtout n'hésites pas à contacter le staff en cas de besoin. Je t'aurais bien fait des enfants mais je dois réserver mon corps et mon amour à quelqu'un d'autre.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: f*ck the titles (caleb)   Mar 4 Aoû - 15:35

JULIAN + LE PRÉNOM =
Et j'ai lu rapidement la description de ton personnage dans la partie invité, et je suis totalement fan. Je viendrais sûrement te voir quand tu seras validé pour un lien. stress
En attendant, bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche **
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: f*ck the titles (caleb)   Mar 4 Aoû - 15:38

Morris, let me marry you, babe. bave lit
Bienvenue sur le forum et bonne chance pour ta fiche. ** I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: f*ck the titles (caleb)   Mar 4 Aoû - 15:56

Bienvenue à toi amour5 amour5
C'est marrant que tu aies pris Caleb en sachant qu'un perso de la série à Julian s'appelle comme ça Razz c'est ptet fait exprès
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: f*ck the titles (caleb)   Mar 4 Aoû - 16:35

Encore une fois bienvenue ** Je te mpotte sous peu o/
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: f*ck the titles (caleb)   Mar 4 Aoû - 16:48

Bienvenue à toi I love you
Puis bon courage pour la suite de ta fiche **
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: f*ck the titles (caleb)   Mar 4 Aoû - 16:56

Je ne peux que déplorer ton choix de confrérie mais tant pis, bienvenue quand même amour5
Bon courage pour ta fiche ! **
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: f*ck the titles (caleb)   Mar 4 Aoû - 17:10

Bienvenue parmi nous mon futur petit lien ambigu
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: f*ck the titles (caleb)   Mar 4 Aoû - 17:43

Merci les gens I love you I love you

Même si votre corps et âme sont déjà réservés ou qu'on n'est pas dans la même fratrie, j'espère que vous dissuadera pas d'avoir un lien :moustache:


Daya - Caleb dans PLL ? Non mais ouai sur le coup j'ai trop pensé à lui, le p'tit crack de service :mdl:  Les grands esprits se rencontrent Razz (ou pas )

Merci et ce sera avec plaisir Gabi. I love you  La fratrie Anderson envoie du lourd
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: f*ck the titles (caleb)   Mar 4 Aoû - 17:59

Bienvenue à nouveau toi bonne chance pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: f*ck the titles (caleb)   Aujourd'hui à 6:51

Revenir en haut Aller en bas
 
f*ck the titles (caleb)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Au supermarché ils vendent des cerveaux ~ Caleb's Relation Ship ♥
» Caleb montre une vidéo plus que X à Cane (pv Cane)
» Caleb le sorcier au pouvoirs mysterieux [validée]
» LoL c'est bien mais en rp, c'est mieux ! [Caleb, Juliet, Sammy, Alexandre, Sphinx, Andrew, Vara]
» Quand frapper rime avec jouer [PV Caleb]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YUCK IT UP :: LES ARCHIVES :: Les archives :: Les fiches périmées-
Sauter vers: