Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar   Ven 26 Fév - 18:07

Zara Roy

Et si je ne suis pas normal, c'est que je n'ai pas envie car les normaux sont trop nombreux. Laissons-les se comprendre entre eux.


Nom completRoy. C'est Québécois. Comme elle à vrai dire, enfin, elle tient ça de son père, qui lui est québécois. Il y en a beaucoup là-haut, c'est sans doute un des noms le plus portés au Québec. Mais ils sont tous cousins hein. Cela reviendrait à dire que tous les Smith du continent américain seraient tous de la même famille. Stupide. Mais logique dans un sens. Avec dire, Roy, cela s'est souvent transformé en Royal lorsqu'elle était petite. C'était son surnom par ses amies, sans doute par rapport à sa fortune familiale. Elle n'a jamais contesté ce surnom, même si elle en pensait pas moins. Elles en avaient toutes des surnoms comme ça.  Enfin, heureusement, ses parents lui on évité le genre de prénoms bien barbant. Non, elle c'est Zara. C'est mignon, c'est petit, c'est original. C'est tout elle ça. Zara, Zarouille, Zazouille. Il y a beaucoup de variantes avec ce genre de prénom. Elle aime bien. C'tout. Elle n'a d'ailleurs pas d'autres prénoms. Après tout, à quoi ça servirait hein ? On ne l'appelera pas tous les jours Zara Micheline Guenièvre Roy non ? Alors, c'est tout simplement Zara Roy. Âge ➜ Elle a au compteur vingt-trois printemps, enfin les vingt quatre ans sont pas loin cette année. Ça commence à en faire tout ça. Elle est quand même loin des trente ans, c'est déjà ça. Quoi que cela arrive vite tout ça. Enfin... Pour le moment, elle profite de ces beaux vingt-trois ans et de tout ce qui s'en suit comme sa jeunesse. C'est précieux tout ça. Alors autant s'amuser maintenant, parce qu'après, il sera trop tard pour le regretter. Evidemment. Date et lieu de naissance ➜ Elle est née il y a un peu plus de vingt-trois ans, et plus précisément le vingt-cinq décembre 1992, par un matin de noël assez frisquet mais embelli de neige. C'est peut-être pour cela qu'elle aime autant l'hiver. Ouais, sans aucun doute, il aurait été assez étrange dans un sens qu'elle déteste ce manteau blanc. Nationalité ➜ Alors ça, c'est simple. Bah ouais, la petite est américaine tout simplement. Elle est née ici, le droit du sol prime. Et ouais. Origines ➜ De son père, elle est québécoise, rien d'assez surprenant vu son nom de famille. Sinon, sa mère, elle, est américaine. De ce mélange a résulté une explosion pétillante, c'est-à-dire Zara. Situation financière ➜ Alors ça, c'est un peu plus compliqué que cela n'y parait. Avant, elle était riche. Mais ça, c'était avant. Bah ouais, papa et maman lui ont coupé les vivre il y a trois ans. Eh ouais, faut qu'elle revienne à la raison selon elle. Effectivement, ne pas vouloir le fiancé que papa et maman on choisi, c'est pas bien. Alors adieu argent de poche démesuré. Et bonjour monde du travail. Faut bien manger. Ouais, alors elle est strip-teaseuse. Quoi qu'on en pense, elle n'en est pas fière et ce boulot paye pas réellement. Faut bien se l'avouer. On voit rarement des nanas de cette trempe se balader avec un sac prada, des chaussures louboutin et une voiture ruisselante telle une décapotable hein. Elle est pauvre la petite, faut bien se rendre à l'évidence. État civil ➜ Brisé, embroché, enterré, sali, enfourché, trahi, éclaté, coupé, meurtri. Même tous ces mots ne parviendrait pas à décrire son coeur. Avant, elle était amoureuse. Mais ça, c'était avant. Il s'est moqué d'elle. Elle n'était qu'un pantin dans ses mains, une poupée gonflable dont il se foutait. Ouais ça fait mal d'entendre tout ça. Pourtant, c'était la triste réalité. Sinon, pour faire simple, Zara est célibataire. Préférences sexuelles ➜ Bon. Ça, c'est simple. Zara, en fait, elle est pas difficile. Elle aime les gens, du moins, l'âme des gens. Alors, fille, garçon qu'importe en fait. Elle aime la personne pour ce qu'elle représente, pour ses défauts et ses qualités. C'tout. Elle est donc bisexuelle. Mais, elle n'a eu que des relations hétérosexuelles à vrai dire. Enfin, juste une aventure au début de ses années universitaires mais c'était plus un résultat de beuverie -vive le bizutage aha- pas réellement voulu.
Cycle et année d'étude ➜ graduate, 2ième année. Diplôme préparé ➜ master. Cursus majeur ➜ Cinéma et médias (cinéma d'auteur). Cursus mineur ➜ Arts.

travailleuse, passionnée, littéraire, romantique, garçon-manqué, aventureuse, ouverte d'esprit, artiste, bordélique, méfiante, rêveuse, fidèle, modeste, gourmande, rebelle, libre, rancunière, têtue, cynique parfois.

My university life
ConfrérieZeta Psi. Années d'ancienneté ➜ Quatre années.

Zara n'a jamais été réellement une personne solitaire. Du moins, en effet, comme certaines personnes, elle a toujours un moment où elle préfère se retrouver seule. Mais c'est loin d'être son habitude. En effet, même si elle n'accorde pas facilement sa confiance, à présent, cela ne veut pas dire qu'elle ne recherche pas un peu de compagnie. Quoi de mieux que d'intégrer une confrérie n'est-ce pas ? Zara en a fait ce choix-ci il y a maintenant quatre ans. Son choix s'est porté automatiquement chez les Zeta Psi. Pour elle, ils incarnaient tout ce qu'elle était, elle. Ils étaient bosseurs mais avaient toujours ce petit grin de folie qui les poussaient à s'amuser de temps en temps. Zara n'avait aucunement envie de se retrouver dans une sororité où la boisson et les fêtes sont les seuls mots d'ordre. Elle, elle voulait un juste milieu. Et puis, il faut dire qu'elle est une rêveuse Zara. Un peu trop sans doute. Mais cela reste sa principale caractéristique. Ainsi, rentrer dans sa petite bulle est une chose courante chez les Zeta Psi, certains sont absorbés par leur travail, d'autres par leurs œuvres et elle... Et bien par tout en fait. Donc, oui, les Zeta Psi se révèlent être totalement dans son caractère. De plus, la diversité colorie leur rang et il est clair que cette confrérie n'est pas du genre à laisser ceux qui ont du mal avec l'université et ses sororités. Parce que Zara, elle est aussi comme ça. Sa rêverie la pousse vers de grandes idées, celles de l'entre-aide, de la diversité mais aussi de l'union. En revanche, même si l'intégration chez les Zeta Psi est réputée pour être la plus simple -ou presque-, elle en garde néanmoins un souvenir assez mitigé. En effet, les responsables des bizuts les avaient prévenus que leur bizutage pouvaient intervenir à n'importe quelle heure, même la nuit. Même si Zara est une fille de la nuit, il est vrai qu'elle eu assez de mal avec cette idée. Une fille plus âgée qu'elle, lui indiqua même de toujours avoir ses chaussures à proximité de son lit. Au cas où. Ainsi, c'est une nuit, il y a quatre ans que les autres Zeta Psi ont réveillé leurs bizuts. Zara fut assez déstabilisée, mais aventurière et aussi déterminée qu'elle, elle se reprit vite en sautant dans ses baskets simplement vêtus de son short et débardeur de nuit. Le froid les avait étreint en sortant mais elles n'y avaient pas réellement fait attention. Ils avaient tous hâte à vrai dire. L'épreuve se révéla pas si compliquée que cela au final. En effet, c'était juste à retrouver des objets mythiques de littérature, -apparemment leurs bizuteurs étaient cette année-là des satanistes de la littérature américaine- en pleine forêt, celle juxtaposée à l'université, avec pour seule aide une lampe torche parfois un peu faiblarde après y avoir été emmené un sac en toile sur la tête. Une vraie partie de plaisir à vrai dire. Ainsi, Zara s'en est sortie pas trop mal puisqu'elle ne mit -que- trois heures pour retrouver les fameux objets. Enfin, ça ce n'est qu'une partie de son bizutage car comme tout le monde le sait, un bizutage ne se fait pas en une seule étape. C'est bien connu, on pourrait très bien citer la beuverie ou encore les défis idiots mais cela ne serait pas réellement important. Après tout, au final, Zara est belle et bien rentrée dans la confrérie. D'ailleurs, elle ne participe pas aux bizutages. Elle préfère se concentrer sur autres choses et puis à vrai dire, trouver des choses pour mener la vie dure aux autres ce n'est pas réellement son truc.  


My little secrets
01. Zara, cela toujours était un cheval fou de liberté. Depuis petite, elle a toujours recherché la liberté. Après tout, c'est quand on enferme un petit colibri qu'il désire tant la liberté non ? Et bien pour Zara, c'est un peu ça. Elle a toujours eu une vie paramétré à chaque seconde par ses parents. Mais, elle a toujours rêvé de sortir de tout ça. Oh, elle a essayé de nombreuses fois d'ailleurs. Ses parents aimaient toujours lui attribuer l'adjectif de "rebelle" ou encore "d'indiciplinée". Mais c'était ce qu'elle était. Elle se battait pour obtenir sa liberté. Tout simplement. Elle a réussi à l'avoir d'ailleurs, à un certain prix néanmoins. Mais bizarrement, malgré ça, elle ne s'est jamais autant sentie heureuse et libre. Surtout libre. 02. La jeune fille fume comme un pompier. Voire même plus. Elle ne peut absolument pas se passer de son paquet, qu'elle garde toujours dans la poche arrière de son jean. C'est plus fort qu'elle. Elle a commencé à l'âge de quinze ans et n'a jamais arrêté. C'était juste pour "essayer" ou alors pour "être différente" des autres filles qu'elle pouvait croiser aux réceptions de ses parents. Résultat ? Elle en est dépendante. Néanmoins, elle n'en fait pas une pantomine. En fait, elle n'y réfléchit pas réellement. Elle fume ? Et bien, soit. Elle fume et pis c'est tout. Il n'y a pas à chercher autre chose. 03. Au contraire de ce qu'elle a toujours souhaité, Zara est fille unique. En effet, ses parents ont d'ailleurs eu du mal à l'avoir, chose qu'elle ne sait pas réellement. Apparemment, Madame Roy aurait eu du mal  de son côté, enchaînant les fausses-couches. Enfin, ça c'était avant l'arrivée de Zara évidemment. Choyée comme jamais petite, Zara n'a jamais manqué de rien. Et surtout pas d'amour. D'ailleurs, s'en réellement s'en rendre compte, ses géniteurs ont tellement voulu surprotéger leur fille qu'ils ont fini par l'étouffer. En effet, ils voulaient contrôler chaque fait et geste de la jeune fille pour qu'elle ait la meilleure vie possible. C'est sans doute pour cela qu'ils ont voulu lui imposer un fiancé qu'ils jugeaient parfait. Parfait pour eux oui, mais pas pour elle. Alors, la gentille petite fille qui faisait sa rebelle de temps en temps pour contrer ses parents, s'est totalement retournée contre eux. Elle a besoin de respirer la petite, d'être libre. Ses parents n'étaient que des geôliers de sa cage dorée. Elle les adore, mais il y a des limites. Elle mourrait là-haut. 04. Dans ses élans de rébellion, la jeune femme a expérimenté pas mal de choses. En fait, dans un sens, la brune est une parfaite adolescente des années 60. Mais il reste une expérience qui est restée en elle. En effet, lors d'une des épreuves de son bizutage, la beuverie avait été une des conditions. Evidemment, la jeune femme s'était retrouvée bien plus ivre qu'elle ne l'aurait souhaité et les choses entraînant des autres -elle ne se rappelle même plus si on leur avait ordonné ou si cela s'était passé par pur envie-, elle embrassa une fille. Ouais, une jolie blonde qu'elle connaissait vaguement et avec qui elle aurait sympathisé durant son bizutage. Rien de bien concret à vrai dire. Pourtant, c'est grâce à cela qu'elle prit connaissance de son côté bisexuelle. Ouais, parce qu'elle aime aussi les filles Zara. Ainsi, cette fille fut sa première expérience et sa première relation lesbienne. En effet, la fille en question devint plus qu'une connaissance. A présent, elles en rient encore, étant devenues de bonnes amies même après leur rupture. Même s'il faut bien l'avouer, elles s'amusaient plus qu'autre chose. 05. Zara, elle a un tic. Mais un vrai tic, pas un factice quoi. En effet, dès qu'il y a une musique quelque part, elle se sent obligée de bouger. Une jambe, une main. C'est plus fort qu'elle. D'ailleurs, il n'est pas rare d'entendre la musique sortir de sa chambre et elle en pleine prestation. Néanmoins, elle essaye de se canaliser par moment, même si c'est dur. Après tout, elle est comme ça Zara. 06. Elle, c'est pas une fille comme les autres. En effet, elle n'est pas à se remaquiller toutes les cinq secondes. Faudrait déjà qu'elle le soit une fois tiens. Non, elle est loin de passer des heures le matin à choisir par exemple ses vêtements avec une minutie déconcertante. Bien loin de là. Non, Zara, c'est un garçon manqué, dans un sens. D'ailleurs, sa passion pour les voitures et la mécanique en est une preuve tangible. Il n'était pas rare de la voir se salir les mains pour réparer la voiture que ses parents lui avaient offert pour ses dix-huit ans. Certes à présent, depuis qu'elle est partie de chez elle, elle a beaucoup moins le loisir de faire ça, mais cela n'en reste pas moins un passe-temps. La voir par exemple dans les couloirs de l'université avec un magazine sur les voitures ne sera pas plus étranger qu'un petit intello avec son bouquin de maths. Non, Zara est normale dans son excentricité. 07. Mais ce n'est pas tout. En effet, la brune a d'autres passions. Enfin, plutôt deux autres passions. Depuis petite, elle a toujours dessiné et peint. C'est une chose qui la détend et c'est souvent dans ces moments-là qu'elle s'enferme dans sa petite bulle. D'ailleurs, ce n'est donc pas par hasard qu'elle ait pris en mineure l'arts. Mais ce n'est pas tout. Elle met un point d'honneur à faire partie du club de dessins, endroit où elle peut exprimer sa créativité en toute tranquillité. Certains disent qu'elle dessine comme une déesse. Mais elle, elle a juste la modestie qu'elle se débrouille avec un crayon. D'ailleurs, dans sa poche droite de son jean, vous trouverez toujours un petit carnet noir avec un petit crayon de mine. Elle aime dessiner aussi sur l'instant. Des expressions, ou encore des objets qu'elle croise. C'est bien plus passionnant que certains sujets en cours. 08. La nuit est son royaume. Littéralement. Elle a toujours adoré se promener tard dans les rues de sa ville natale. C'est si paisible, et une certaine magie s'en dégage. Après tout, les rues le jour n'ont pas du tout ce même aspect selon la brune. C'est presque fascinant. Ainsi, quand elle résidait encore chez ses parents, avant sa période d'université, il n'était pas rare de la voir dehors à des heures indues ou encore sur le balcon de sa chambre à observer les étoiles. 09. Zara adore voyager. C'est un fait avéré. Grâce à ses parents, elle eut l'occasion, déjà petite, de traverser le globe. L'amérique, l'Europe, ou encore l'Asie. Tous les pays l'attirent. Si elle le pouvait encore, elle prendrait simplement son sac à dos et partirait sur les routes avec pour seul philosophie : la liberté. Mais cela ne reste qu'un rêve pour le moment. D'ailleurs, elle a toujours un de ses voyages en mémoire qui l'a marqué. Elle devait avoir quinze ans quand ses parents, étant dans l'industrie du cinéma, avaient mis un point d'honneur à participer dans l'humanitaire. Ainsi, elle partit le temps d'un été avec ses géniteurs en Afrique pour donner un peu de son temps. Cela a été une expérience enrichissante tant humainement qu'émotionnellement. Elle n'oubliera jamais les liens qu'elle a créé là-haut ou encore les visages d'enfants orphelins qu'elle venait divertir l'après-midi, donnant de son temps et un peu d'amour à ces petits bouts de chou. 10. La jeune femme est célibataire en ce moment. Enfin, du moins officiellement. En effet, officieusement, son coeur se met à battre douloureusement pour un homme. Mais il s'est bien foutu d'elle. Elle le déteste comme elle se déteste de l'aimer. Elle ne fut qu'un jouet à ses yeux. Une vulgaire poupée de chiffons. Il s'est jouée d'elle, elle n'a rien vu venir et à présent, elle paye les pots cassés. Et ça fait un mal de chien, vraiment. Pourtant, ils ont eut de bons moments tous les deux. Vraiment. Elle se souvient encore de leurs rires ou encore de leurs taquineries. Mais tout ceci est bien terminé. Et surtout faux. Il faut qu'elle arrête. A quoi bon s'accrocher à un homme qui ne l'a jamais aimé hein ? Elle a bien été stupide. Comme toujours. 11. La jeune fille est née dans une famille riche. C'est un fait avéré ça. Mais cela n'en fait pas d'elle une jeune fille pourrie gâtée qui ne pense qu'à s'acheter les dernières louboutins sorties. Non loin de là. Zara est restée simple et modeste, c'est le mieux non ? De toute façon, vu son rétrogradation dans l'échelle sociale, elle a intérêt à l'être. Bah oui, ce n'est pas avec son salaire de strip-teaseuse -sans parler de ses frais de scolarité- qu'elle va s'en sortir hein. Elle a la tête sur les épaules quoi.  12. Son job de strip-teaseuse, elle n'en est pas réellement fière. Contrairement à certaines filles avec qui elle travaille, elle ne le revendique pas sur tous les toits. D'ailleurs peu de personnes de sa confrérie le savent. Enfin si cela aurait été elle, elle n'aurait rien dit mais bon. Au bout d'un moment, voir la brune sortir toutes les nuits, quelques unes ont commencé à se demander quoi et Zara a été obligée de leur expliquer. Néanmoins attention, être strip-teaseuse ne veut pas dire coucher avec des clients ou faire sa cow-girl. Non, loin de là. Zara est une fille qui peut réellement avoir du caractère elle ne se laisse pas faire et elle ne laisse jamais un homme aller plus qu'elle ne le veut. C'est sa règle d'or. Toujours.

The story of my life

So I'll use my voice, I'll be so f*cking rude. Words they always win, but I know I'll lose ➜ Son regard dévia alors sur le dehors. Tout était paisible dehors. Un peu trop sans doute. La fumée de nicotine s'évaporait dans l'air en de multiples envolées dans la nuit noire. Le soleil avait depuis longtemps déserté le ciel. Quelle heure était-il déjà ? Minuit ? Une heure ? Zara ne savait pas. Elle ne savait plus. A vrai dire, elle s'en fichait pas mal. Peu lui importait l'heure, peu lui importait les bruits feutrés des conversations d'en bas, peu lui importait le froid de la nuit. Oui, tout cela lui importait peu à vrai dire. Elle était juste seule avec sa cigarette à la main, le regard dans le vide. On aurait pu croire à un tableau. La jeune fille assise à sa fenêtre, le visage grave, la cigarette à la main, symbole sans doute sa lassitude suprême et ce paysage de nuit où son regard vague se perdait. Assez poétique n'est-ce pas ? La brune soupira doucement. Saleté de soirée. De toute façon, elle aurait pas pu espérer mieux. Avec ses parents, c'était toujours la même chose. Dès qu'elle était là pour les vacances, ici de noël, ils en profitaient pour ramener tout le gratin et organiser une soirée. Durant cette dernière, ils souriaient à tous à l'en faire vomir et ne cessaient de prodiguer des paroles dégoulinantes de guimauve. Zara n'avait jamais été faite pour ce genre de milieu où la retenue et les apparences étaient le maître-mot. Non, elle, elle a toujours eu besoin d'aventures, de mouvements. Comment pourrait-elle dans ce fait rester assise sur sa chaise pendant des heures, poliment, alors qu'autour d'elle seules les conversations futiles fourmillaient ? Cela en était trop pour elle. Une vape de fumée s'échappa de ses lèvres. A vrai dire, même le froid de l'hiver ne l'atteignait pas malgré le fait qu'elle ne portait qu'un simple short et un débardeur de nuit. Elle avait eu vite fait de se débarrasser de cette robe qui l’engonçait et l'étouffait. Cette dernière, d'ailleurs, gisait encore sur le sol de sa chambre un peu plus loin, comme un semblant de costume mis au placard. De toute façon, à quoi bon hein ? Elle en avait assez d'être toujours la fille que l'on attendait, celle qui ne faisait que sourire à toutes les paroles dites et qui ne s'exprimaient que pour parler des dernières tendances de la mode. Ce n'était pas elle. Apparemment, ses parents avaient toujours eu du mal à comprendre ça. Surtout sa mère. Cette dernière s'était toujours obstinée à faire d'elle une parfaite petite adolescente docile avec ses robes à fleurs, alors qu'elle, ne voulait que courir dans les champs et la poussière avec ses amis garçons. En fait, ils ont toujours été en décalage. Eux voulant une chose et Zara désirant le contraire. A croire qu'ils étaient faits pour ça. De toute façon, cela se passait toujours ainsi. Ce soir n'échappait pas à la règle. Même s'il faut bien avouer qu'ils avaient fait fort cette fois-ci... Zara émit presque un rire jaune. Se marier. Avec lui. Bah bien sûr, pourquoi ne pas plutôt la vendre comme esclave à un roi de la péninsule arabique tant qu'ils y étaient comme au moyen-âge. S'ils croyaient réellement qu'elle allait se laisser faire, ils se mettent le doigt dans l'oeil. Ils n'ont pas le droit de lui imposer ça. Oh ça non. « Zara ...? » La voix masculine la tira de sa contemplation nocturne. Elle ne fit que tourner la tête vers la porte de sa chambre. Elle ne bougea pas, restant même silence. Elle n'avait pas envie de lui parler. Surtout pas à lui. Plutôt aller se vendre au diable. « Ecoute, je sais que tu dois être très en colère. C'est... Compréhensible, je pense. Tu ne voudrais pas ouvrir cette porte que l'on discute tous les deux ? » Plutôt crever. Assez directe. Pourtant ces mots restèrent bloqués dans sa gorge. Si elle avait fui la réception donnée par ses parents à l'annonce de ses propres fiançailles, ce n'était pas pour parler à l'intéressé. Elle voulait tout simplement qu'il parte. Loin si possible. Elle voulait juste rester seule ce soir. Toute seule. Est-ce trop demander ? Elle avait très mal digéré -qui n'aurait pas été dans le même cas hein ?- la dispute qui avait suivi avec ses parents. C'est une des rares fois qu'elle les avait vus si autoritaires et elle si tenace et déterminée. Elle se découvrait chaque jour un peu plus qu'elle ne pensait. « Zara, s'il te plait. » Le silence régnait encore. Faites qu'il parte vite. Oh elle se le répétait en boucle. Encore et encore. Pourtant, apparemment, la puissance divine ne voulait être en sa faveur ce soir. « Très bien. Si tu ne veux pas me parler, soit. J'attendrais. Tu sais, j'ai tout mon temps. Tu ne resteras pas enfermée dans ta chambre toute ta vie. » M*rde. Il avait raison. Du moins, Zara ne voulait-elle se l'avouer. Il était si exaspérant parfois. Trop sans doute. C'est avec une certaine lassitude qu'elle se releva du rebord de fenêtre, écrasant son reste de mégot. Il l'irritait tellement. Elle se dirigea à pas félins jusqu'à sa porte qu'elle ouvrit à la volée. Rien que le sourire victorieux qu'elle découvrit lui donna envie de lui claquer la porte au visage. « Je savais que tu ne résisterais pas. » Elle préféra ignorer cette remarque et enchaîna elle-même. « Qu'est-ce que tu veux ? » Son ton transparaissait le calme et l'irritation. Il sembla s'en amuser quelques instants, s'accommodant parfaitement de la glaceur de Zara. Quelques secondes s'écoulèrent. « Tu veux réellement faire ça à tes parents ? » Il avait été direct pour une fois. Peut-être trop. Il savait où taper pour faire le plus de mal, pour la mettre à genoux. Après tout, cela faisait combien de temps qu'ils se connaissaient tous les deux ? Seize ans peut-être ? Elle se rappelait encore très bien du petit garçon gaffeur aux boucles blondes. Pourtant, à cet instant, il représentait tout ce qu'elle n'aimait pas. Ce sourire si prétentieux, ce monde si beau en apparence mais aussi froid qu'un diamant, ces apparences qui trompent le monde. Cette fausseté en fait. L'hypocrisie dans toute sa splendeur. « Ce ne sont pas tes oignons, Sam. Laisse-moi tranquille maintenant. Retourne dans ton XIXème siècle. » répondit-elle alors. Elle voulut fermer la porte d'un coup bref, pourtant, il la bloqua avec son pied. Ou sa main. Elle ne sut pas réellement. Tout ce qu'elle vit, ce fut son regard qui parut si sérieux, si grave. Si peu lui en fait. Il était rare de le voir dans cet état-là. « Tu es donc bien catégorique, ou du moins sérieuse dans ce que tu disais. » De simples constatations remontant à la discussion qu'elle avait eu avec ses parents il y a une heure avant qu'elle ne quitte précipitamment la réception, en fureur. Ouais, elle l'a toujours été Zara. Elle ne ment jamais. Ou du moins pas nécessairement. Elle ne préféra pas répondre. Après tout, les deux savaient réellement ce qu'elle pensait. Sam avait toujours été son meilleur ami, celui qui l'avait toujours comprise avant elle-même, celui avec qui elle passait le plus clair de son temps au plus grand damne de sa mère. Celui qu'elle considérait comme son frère à vrai dire malgré parfois leurs dissidences. Étrangement, la brune ne put écarter son regard de celui cyan du blond. Fuir son regard aurait sans doute exprimer sa capitulation face à tout ça. Hors, elle ne lâcherait pas le morceau. « Je suis encore capable de choisir qui est-ce que je vais épouser.  J'ai le droit de choisir ma vie. Mes parents n'ont pas le droit de faire ces choix à ma place. » répondit-elle dans un souffle. Elle ajouta par ailleurs après quelques petites secondes de silence. « Toi non plus d'ailleurs. » C'était dit. Sam sembla pourtant vouloir dire quelque chose mais sa bouche s'ouvrit sans que rien ne veuille en sortir. Ils restèrent ainsi quelques secondes. Avant, ils se disaient des millions de choses, parlaient de tout et de rien. A présent, depuis cette annonce de fiançailles et ses discussions houleuses, c'était comme si un mur de silence s'était érigé entre eux. « Tu te souviens de la promesse que tu m'avais faite ? » Cette question, elle ne s'y était pas réellement attendu. Pourtant, oui, elle s'en souvenait de cette promesse. Comment aurait-elle pu l'oublier hein ? Ils n'avaient été que des gamins inconscients à ce temps-là mais, ces paroles restaient là, gravées à jamais. « Nous n'étions que des enfants, Sam. Tout ceci est du passé. Les choses ont changé. Nous avons changé. » répondit-elle simplement dans un souffle. Après tout, même si cela ne faisait que huit ans, c'était tellement loin. Elle avait changé à vrai dire. Lui aussi d'ailleurs. De ce garçon trop timide dont elle était pour la première fois tombée amoureuse il a bien des années, est ressorti un homme à part entière. Un homme qu'elle n'arrivait plus à comprendre parfois. Après tout, il s'était toujours mieux accommodé de leur monde qu'elle-même. Mais il est vrai que... Ses sentiments ont toujours été là pour lui. Pourtant... Ils ont mué. Les sentiments amoureux se sont vite transformés en amicaux voire même en fraternels. Sam a été son premier ami, son premier amour. Mais c'était bien loin tout ça. Remettre ça sur le tapis, serait comme remuer un passé déjà oublié. Enterré même. Pourtant sans qu'elle ne puisse réagir plus ou en dire plus, les lèvres du jeune homme étaient déjà sur les siennes. Ce baiser pourtant si chaste et si tendre lui laissa un gout amer. Pendant quelques secondes, la surprise la figea. Pourtant, la seconde d'après, elle le repoussait déjà. Sa main trouva bien vite le chemin de sa joue avec un effet sonore. Zara n'en revenait pas. Elle porta sa main à ses lèvres, comme pour tenter de prendre conscience de l'ampleur de la situation. « Ne refais plus jamais ça. » Sur ces paroles, elle se recula et claqua la porte au nez d'un Sam complètement abasourdi. Elle n'en revenait pas. Comment avait-il osé ?! Après tout ça. Zara n'en pouvait plus de ces situations complètement sens dessus-dessous. elle ne savait plus où donner de la tête. A commencer par ses parents qui allaient la rendre chèvre avec leur projet de mariage forcé. Et puis maintenant, ça. Dans un autre contexte, celui où Zara aurait été -hypothétiquement- toujours amoureuse de Sam. Cela aurait été un véritable scénario pour les films romantiques à l'eau de rose. Totalement. Le mariage forcé aurait été de suite transformé en union de parfaits âme-soeurs. Mais à présent, c'était bien différent. Elle avait l'impression d'être trahie de tous les côtés. Pourquoi fallait-il que tout le monde lui dicte ce qu'elle devait faire ou du moins lui impose son point de vue hein ? Elle ne voulait pas de ces fiançailles, elle ne voulait pas de l'amour du blond. Elle ne voulait rien de tout ça. Était-ce si compliqué à demander franchement ? Elle en était épuisée, vidée même. C'est alors naturellement qu'elle s'effondra sur son lit. Oh elle ne pleura pas. A quoi bon ? Elle ne put d'ailleurs pas fermé l'oeil. Tout ceci était dingue. Totalement. Pourtant, ce n'était que le commencement. Demain, elle s'enfuirait de chez elle. Mais pour l'heure, elle ne le sait pas encore. Elle ne sait pas encore que ses parents tenteront de "la faire revenir à la raison". Non, pour le moment, elle ferme les yeux mais le sommeil ne vient pas. Elle voudrait que tout cela s'arrête. Elle voudrait que tout cela s'arrête. Oui. Pourtant, c'était loin d'être la fin.

I wanna cry and I wanna love. But all my tears have been used up on another love.« Ce soir, Zara, on s'amuse. Et hors de question que tu te morfondes dans le travail hein ? » s'écria alors la jolie blonde en se relevant de son lit, totalement surexcitée ou presque. L'intéressée roula doucement des yeux, avec néanmoins un sourire amusé sur les lèvres. « Tu me connais mal, ma chère. Comment pourrais-je étudier dans ma chambre quand je sais qu'une fête se déroule juste en dehors de ma chambre hein ? » répliqua-t-elle. Après tout, être étudiante ne voulait pas forcément dire bosser jusqu'à ce que des cernes aussi énormes qu'un éléphant apparaissent. Non être étudiant c'était savoir allier la vie estudiantine et toutes ses contraintes avec l'amusement et la jeunesse dont ils jouissaient tous. C'était ça le plus important non ? « Oui enfin. Ne fais pas de bêtises que tu pourrais regretter hein ? » Elle lui lança un clin d'oeil. Zara, quant à elle, ne put s'empêcher de rire. C'était l’hôpital qui se fichait de la charité là. Ellie était réputée pour être la plus extravagante des Zeta Psi. C'était bien connu. Elle ne reculait devant rien -ou presque-. La brune lui lança son coussin à la figure. « Parle pour toi ! Je sais être raisonnable moi. » tenta-t-elle alors de dire entre deux rires. La blonde roula doucement des yeux. « Tu m'en diras tant. Je ne te remémore pas ce qui s'est passé il y a quatre ans hein. » la taquina-t-elle alors. Oh non, elle n'avait pas oublié. Ce bizutage de beuverie, elle n'avait pas oublié. A vrai dire, c'était durant cette soirée qu'elle s'était découverte bisexuelle. De toute façon, elle a toujours pensé que l'alcool révélait le véritable être des personnes. Après tout, à cause de ça, les véritables barrières sociétales et les apparences disparaissaient. Les personnes étaient donc telles qu'elles étaient réellement sans limite pour les arrêter. Ainsi, Zara, elle, s'était vue aimer une fille pour la première fois ce soir-là. Ou du moins l'embrasser. Cela avait continué par la suite. Même si cela avait ressemblé plus à de l'amusement plutôt qu'à une réelle relation. A présent, elles en rigolent toujours, même après leur "rupture". « Je ne vois pas de quoi tu parles. » feignit-elle alors, dans un sourire totalement innocent. Elle se releva à son tour de son lit, époussetant les plis de sa robe, robe qui avait bien fini par pourrir dans son armoire. En effet, Zara n'était pas du genre à mettre tous les jours des jupes ou robes. Loin de là. Elle préférait les shorts et les pantalons, qui étaient plus confortables. Mais il est vrai que certaines fois, comme ce soir, elle avait envie d'un peu de changement. D'être plus féminine de temps en temps. Enfin, attention. Elle n'en était pas à être le jour et la nuit non. Mais juste une tenue plus féminine et un coup de mascara ne faisait pas mal n'est-ce pas ? De toute façon, le lendemain, tous la retrouveront avec son jean et ses baskets. Pour sûr. « Allez, c'est parti comme on dit ! » finit-elle par conclure, tout en se dirigeant vers sa porte de chambre qu'elle ouvrit. D'ailleurs, à peine, l'avait-elle ouverte que les deux sentirent tout de suite que la fête battait son plein. Apparemment, Ellie avait du mettre une éternité pour se préparer, au grand damne de son amie d'ailleurs. « Prête à aller dans la gueule du loup ? » l'entendit-elle lui murmurer dans l'oreille. « Toujours, voyons. » répondit-elle le plus simplement du monde. Elles descendirent alors les marches qui menaient au rez-de-chaussée. Déjà énormément de monde avaient leur verre à la main et étaient en grande conversation. D'autres encore étaient déjà des chiens fous prêt à danser jusqu'au bout de la nuit. Zara put repérer aisément des étudiants de sa confrérie qu'elle salua d'un signe de tête. Elle reconnut aussi quelques autres, des Kappa Alpha Psi. Evidemment, elle aurait du s'en douter. Après tout, ces derniers étaient en assez bons termes avec les Zeta Psi. Ils étaient évident même que ces derniers les aient invités. Zara soupira doucement. « Ma belle, je te laisse, je crois que j'ai vu quelque chose d'intéressant. » l'interrompit dans ses pensées Ellie. Zara acquiesça doucement avec un sourire. Son regard dévia vers la cible d'Ellie. Elle comprit. Evidemment, la blonde restait avant tout une fille qui s'amusait et il ne serait pas étonnant que ce soir, Zara aille dormir autre part que dans leur chambre commune. La blonde lui pressa doucement la main comme signe affectif. « Fais pas de bêtises, oublie un peu tout et surtout amuse-toi ! » Elle la quitta doucement, non sans avoir obtenu de la brune un petit acquiescement. Ouais, elle allait s'amuser ce soir. C'était sûr. D'ailleurs, elle prit au passage un verre. Peut importait ce qu'il contenait. De la bière apparemment. Elle fit quelques pas dans la pièce, évitant soigneusement les gens pour certains déjà bien éméchés. Elle croisa quelques filles, leur parlant. Riant même avec elle. Néanmoins, après avoir discuté du dernier épisode de sa série préférée du moment avec une certaine Hayley, son regard dévia. Oh elle n'aurait pas du. Loin de là. Pourtant, c'est ce qu'elle fit. Erreur fatale. Son coeur eut un loupé. Elle aurait du s'en douter évidemment. Quelle idiote ! Si seulement quelques Kappa Alpha Psi avaient fait le déplacement jusqu'ici, elle aurait du savoir qu'il aurait pu être potentiellement là. Lui. Sans qu'elle ne s'en rende réellement compte, ses yeux restèrent fixes. Littéralement. C'était dans un sens comme si le temps, c'était arrêté. Il était là à quelques mètres, parlant avec d'autres gens. Insouciant presque. Son coeur se serra. Elle n'arrivait pas à passer au-dessus. C'était plus fort qu'elle. Pourtant, elle avait essayé des millions de fois. De l'oublier, s'entend. Mais c'était comme s'il avait été ancré dans ses veines. Elle en avait aimé des hommes avant lui, mais... Il restait lui. Avec Benjamin, cela avait été différent en fait. Elle l'avait aimé, certes, mais d'une certaine autre façon qu'elle-même ne saurait expliquer. D'ailleurs, c'était peut-être pour cela que leur histoire s'en était arrêtée là, sans parler évidemment de cette coucherie. C'était peut-être parce que c'était inscrit dans un sens. Oscar, c'était Oscar. Pourtant, elle devrait arrêter. Elle le savait. Il ne l'aimait pas. C'était un fait avéré. Pourquoi s'était-il moqué d'elle hein ? Pourquoi avait-il joué avec ses sentiments comme il jouerait avec une pierre sinon hein ? C'était plus fort qu'elle. Elle aurait tellement voulu s'arracher le coeur. Pour être tranquille. Seulement quelques secondes s'étaient écoulées depuis que son regard était tombé sur le blond. Pourtant, cela lui sembla une éternité. C'est d'ailleurs là qu'il choisit de se retourner. Leurs yeux se croisèrent. Indifférence, surprise, haine, reproches et colère. Tant de sentiments entre eux en si peu de gestes. Zara aurait-elle aimé lui dire énormément de choses. Mais, elle était lasse. Lasse d'être en colère, lasse de le détester, lasse de se détester de l'aimer. Lasse d'elle-même même. Elle détourna le regard. C'était fini. Il fallait qu'elle arrête de s'accrocher à de choses vaines. Idiote va. Elle préféra alors s'éclipser, n'ayant plus le coeur à la fête. Pourtant... Elle aurait aimé qu'il la retienne, qu'il prenne sa main doucement, comme il le faisait auparavant même faussement. Elle voudrait sentir par cette poignée tout son amour. Tout ce qu'il aurait pu lui apporter. Mais c’est bien là le problème. Il n’avait rien à lui apporter. Faisait-il semblant ou est-il insensible ? Elle avait cru enfin pouvoir se faire une raison. Mais elle ne pouvait tout simplement pas. Tous ses sentiments étaient bloqués, formant une boule dans sa gorge pour l’éternité. Son cœur se mettait à saigner à chaque fois qu'elle le voyait. Des larmes perlaient aux coins de ses yeux à chaque fois, qu'elle pensait à lui. Sa voix se cassait quand ne se reste il effleurait sa main. Pourtant, elle ne devrait pas. Mais c’est comme ça. En faite, il était comme une drogue. Oui, ca doit être ça. Quand elle était avec Oscar, elle se sentait planer. Pourtant elle ne devrait pas le désirer, il n’était pas pour elle. Il lui avait bien fait comprendre. C’était plus fort qu'elle. Certaines fois, elle rêvait de pouvoir sortir de cet étau. De pouvoir être libre. Mais à chaque fois sa résolution ne s’effritait rien que quand il lui adressait un regard. Elle avait l’impression d’être sa prisonnière à jamais. Et ça la tuait littéralement. S'il savait. Zara aurait aimé que ses yeux soient des revolvers pour la mettre enfin à terre. Pour se sentir en paix pour une fois. Pourtant, Zara, elle n'était pas comme ça. C'était une fille forte d'habitude. N'était-ce pas elle qui avait eu le courage de couper les ponts avec ses parents à cause d'un mariage forcé ? N'était-ce pas elle qui endossait le rôle chaque soir de celui d'une strip-teaseuse pour tenter de joindre les deux bouts chaque mois avec ses frais d'université ? N'était-ce pas elle hein ? Stupide amour. Idiot de coeur et satané sentiments. Ça pouvait réduire un Homme ça. Elle n'avait pas le coeur ce soir à se crever encore une fois le coeur. Ainsi, quand elle se retourna pour partir, elle entendit le simple mot qu'il prononça. « Zara ! » Mais elle l'ignora. Ce soir, elle avait été sensée s'amuser. Ouais. Pas qu'il s'amuse encore avec son coeur.

Pseudo ➜ butterfly effect Âge ➜ dix-huit ans, sisi. Pays ➜ fraaance. Fréquence de connexion ➜ tous les jours logiquement. Découverte du forum ➜ par hasard, je m'ennuyais en cours du coup, je suis tombée sur vous aha. Avis ➜ le forum est juste magnifique quoi. bravo aux administrateurs et designeurs quoi. Autres ➜ aimez-moooooi, sinon je propose des liens aussi, vous verrez ze souis toute zentille (a).

Caitlin Stasey - scénario


Dernière édition par Zara Roy le Sam 5 Mar - 19:46, édité 26 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t2212-lux-2-0-the-robot-unicorn


Lux Ó Cearnaigh
FONDATRICE - NOTRE MÈRE A TOUS
Je suis à Chicago depuis le : 03/06/2011 et j'ai déjà rédigé : 3705 messages. J'ai : 24 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : doctorante (troisième année) en ingénierie, spécialisée en robotique

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar   Ven 26 Fév - 18:19

Bienvenue parmi nous ! **
Merci pour tes compliments sur le forum, ça me touche beaucoup (Oui, il se trouve que je suis la seule graphiste/codeuse, mais j'adore ça ).
Bon courage pour ta fiche, j'espère que tu te plairas bien ici

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t2223-yeardley-2-0-encore-meill


Yeardley H. Wright
PRESIDENTE ΑΟΠ
Je suis à Chicago depuis le : 12/01/2016 et j'ai déjà rédigé : 785 messages. J'ai : 26 ans. d'après mes amis. Dans la vie, je suis : deuxième année de master en cinéma.

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar   Ven 26 Fév - 18:22

Bienvenue parmi nouuuuuus amour2
Ton titre en dit assez long sur la relation Oscar/Zara, j'adore

_________________________________
oh baby i'm yours :: And I wasn't trying to melt this heart of iron but the way you hold me makes the old me pass away. And I would be lying if I said I wasn't scared to fall again but if you promise me you'll catch me then it's okay :: by milka.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar   Ven 26 Fév - 18:28

t'es trop belle. puis j'aime déjà ce que j'ai pu lire. faint

Citation :
Brisé, embroché, enterré, sali, enfourché, trahi, éclaté, coupé, meurtri.
et puis j'vais pas prendre le titre personnellement cry

BIENVENUE OFFICIELLEMENT SUR YIU. coeur

tu vas voir, tu vas kiffer.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar   Ven 26 Fév - 18:29

Bienvenue et bon courage pour ta fiche  **
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar   Ven 26 Fév - 18:35

Bienvenuuue parmi nous love
Bon courage pour ta fiche stress
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar   Ven 26 Fév - 18:38

Lux, merci à toi de ton accueil et un grand bravo à toi alors, car c'est vraiment beaaau. love

Yeardley -joli prénom au passage et puis Lily, Lily quoi -, merci pour ta bienvenuuue.  love Oui j'avoue que j'affectionne particulièrement ce titre aha. merci teen wolf

Oscar, ravie que le début, déjà, te plaise.   Merci pour ta bienvenue en couleurs, je sens que je vais me plaire ici.  ** Pour ce qui est du titre et de la citation, je n'ai qu'une seule chose à te dire :

Jennelee -original -, goood Holland quoi. stress Merci de ta bienvenue. amour2

Thomas, merci à toooi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Addison G. Cunningham
ADMIN - SANS CONFRERIE
Je suis à Chicago depuis le : 02/08/2015 et j'ai déjà rédigé : 1459 messages. J'ai : 23 d'après mes amis. Dans la vie, je suis : 6ème année en Criminologie et science du comportement

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar   Ven 26 Fév - 20:34

Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu parmi nous amour2
Bonne chance pour ta fiche love

_________________________________

- Les amours de ma vie ! -
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar   Ven 26 Fév - 21:58

Welcome and bienvenue sur le forum !  J'ai adoré le titre et les informations que tu as donné. Littéraire ? Bienvenue au club !

Bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar   Ven 26 Fév - 22:06

Bienvenue ♥ Bon courage pour ta fiche nique
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar   Sam 27 Fév - 1:06

Addison, merciiii à toi. amour2

Natacha, awn merci à toi, et oooh une petite littéraire aussi ?

Olivia, merci de ta bienvenue. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t3043-jules-haynes-i-thought-i-


Jules Haynes
NEW COMER
Je suis à Chicago depuis le : 01/11/2015 et j'ai déjà rédigé : 1331 messages. J'ai : 24 ans

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar   Sam 27 Fév - 4:01

Bienvenue parmi nous et très bon choix de scénario ! :)
Bonne continuation pour ta fiche.

_________________________________

Think Less, Live More
“Skateboarding doesn’t make you a skateboarder.  Not being able to stop skateboarding make you a skateboarder.”
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar   Sam 27 Fév - 10:58

c'est pas une citation de teen wolf ton titre ? elle me tue
bienvenue chez les fous, j'adore le prénom I love you bon courage pour le reste de ta fiche, hésite pas à harceler le staff si t'as des questions
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar   Sam 27 Fév - 17:25

bienvenue parmi nous ♥
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar   Sam 27 Fév - 19:02

Erin, aha merci à tooi. I love you

Oli, oui en effet, c'est bien Teen Wolf. Elle est tellement trop celle-ci. Merci de ton accueil et pas de soucis, je n'hésiterais pas alors.

Rudy, merci de ton accueil.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar   Aujourd'hui à 9:29

Revenir en haut Aller en bas
 
Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Si j'avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je tirerais deux fois sur toi. (zara) - scenario Oscar
» Faith ✝ "Si j’avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je te tirerais deux fois dessus."
» [Validée]Fiche technique d'Akira Kuukyo
» [Délire] Les petites conversations de deux admins un peu bizarres (déconseillé à Gray)
» « Dans la vie tu as deux choix le matin : soit tu te recouches pour continuer à rêver, soit tu te lèves pour réaliser tes rêves »|| COLOMBE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YUCK IT UP :: LES ARCHIVES :: Les archives :: Les fiches périmées-
Sauter vers: