Calixta, Russian princess. 2.0

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: Calixta, Russian princess. 2.0   Sam 6 Fév - 12:33

Calixta Tessa Yasikov-Bowman

Les femmes sont mieux adaptées que l’homme à la douleur


Nom complet ➜ Calixta Tessa Yasikov-Bowman. Âge ➜ 24 ans. Date et lieu de naissance ➜ 12 Septembre 1991 à Saint-Pétersbourg (Russie). Nationalité ➜ Russe et américaine. Origines ➜ Russes. Situation financière ➜ Riche. État civil ➜ Fiancée. Préférences sexuelles ➜ Hétérosexuelle.
Cycle et année d'étude ➜ Graduate, 3ème année. Diplôme préparé ➜ Doctorat. Cursus majeur ➜ Droit & sciences politiques, spécialisation : droit pénal et politique internationale. Cursus mineur ➜ danse.

(10 MINIMUM) Manipulatrice - Passionnée - Rancunière - Travailleuse - Arrogante - Joueuse - Secrète - Artiste - Sportive - Organisée - Orgueilleuse - Sans gêne - Intelligente - Minutieuse - Audacieuse - Ambitieuse - Méfiante - Calme - Blessante - Créative - Calculatrice - Directe - Indépendante - Fidèle en amitié - Bornée - Exigeante - Obstinée - Drôle.

My university life
ConfrérieALPHA OMICRON PI. Années d'ancienneté ➜ 3 ans.

Chaque confrérie est le reflet des personnes qui la constituent c’est pour cela que Calixta a choisi d'intégrer les Alpha Omicron Pi.  Elle ne laisse rien passer au hasard, perfectionniste et minutieuse, ceci se voit dans ses actes, sa façon de s’habiller, sa façon d’être ou encore dans le choix de son entourage. Ses amis se comptent sur les doigts d’une main, elle ne fait pas facilement confiance et n’hésite pas à utiliser les autres pour arriver à ses fins. En plus de cela, elle prend soin de sa ligne et de sa santé en s’entraînant régulièrement. Elève studieuse depuis sa plus tendre enfance, elle met un point d’honneur à être la première dans tout ce qu’elle entreprend et les études passent avant tout à ses yeux. Elle ne vise que la perfection et cela se sent dans tout ce qu’elle fait et elle s’en donne les moyens quitte à écraser tout ce qui se trouve sur son chemin. Elle n'a pas froid aux yeux et rien ne lui fait peur si bien que la blondinette n'a eu aucun mal avec le célèbre bizutage de confrérie. Cette première année que tout le monde redoute mais, qui est obligatoire si on veut faire partie de la confrérie de notre choix. Calixta s’en souvient comme si ça avait été hier. Assise au milieu de la grande salle où se réunissaient toutes les Alphas, l’odeur du poisson pourri emplissait l’air, l’enfer commençait. L’objectif était de manger ce poisson avec, en accompagnement,  de l’oignon cru. Même dans les pires jours de sa vie, elle ne s’était pas retrouvée dans une telle situation. Elle avait joué le jeu, sans mot dire. S’en était suivi des défis plus ignobles les uns que les autres comme ingurgiter des litres d’alcool, les mains attachées dans le dos. Et comme à chaque fois, la jolie russe avait réussi à bluffer la sororité. Si bien qu’un an plus tard, elle mit un point final à ce bizutage pour devenir un membre apparent des Alphas. Aujourd’hui, cela fait trois ans que Calixta a rejoint la sororité et à présent, sa voix est entendue et respectée.


My little secrets
01. Une anecdote sur votre personnage. 02. Une anecdote sur votre personnage. 03. Une anecdote sur votre personnage. 04. Une anecdote sur votre personnage. 05. Une anecdote sur votre personnage. 06. Une anecdote sur votre personnage. 07. Une anecdote sur votre personnage. 08. Une anecdote sur votre personnage.


The story of my life

Saint-Pétersbourg 1991. Faisant sa ronde habituelle dans le pensionnat, Madame Bielinski s’arrêta quelques secondes, quasi-sûre que son imagination lui jouait un mauvais tour. La journée avait été longue et elle tombait de fatigue, c’était donc normal qu’elle entende des voix. Continuant comme si de rien n’était, elle entendit à nouveau ces mêmes pleurs qui n’arrêtaient pas de se rapprocher d’elle. La directrice du pensionnat s’arma de son courage avant de prendre le chemin de l’entrée. Quelle ne fût pas sa surprise en découvrant un bébé enveloppé dans une couverture, laissée sur les marches. Son regard scruta la pénombre de la nuit dans le fol espoir de trouver un quelconque indice d’une présence autre que la sienne mais, en vain. Les pleurs de l’enfant l’interpellèrent et elle fût obligée de se concentrer sur le petit ange entre ses bras. La seule chose qui prouvait l’existence de cette petite fille était une gourmette où était inscrit un nom : Calixta Tessa Yasikov.


Saint-Pétersbourg 1998. Du haut de ses sept ans, la jolie blonde n’avait toujours pas trouvé une famille qui veuille d’elle. A croire que personne ne l’aimait, à croire qu’elle était destinée à vivre dans ce pensionnat jusqu’à sa majorité. Soit. Cela ne la dérangeait pas vraiment. Debout en face de cette grande porte en bois qui cachait le bureau de la directrice, Calixta regardait ses chaussures dans l’attente que le verdict tombe, comme à chaque fois. Une porte qui grince, des talons qui claquent sur le sol et une personne qui apparait. « Ce n’est pas comme ça que tu trouveras une famille, Calixta ! » Lâchant un soupir las, Mme Bielinski ne se démonta pas. Elle se devait de lui faire la morale même si cela ne servirait à rien, elle le savait. « Je ne tolèrerais aucun écart de comportement et tant que tu vivras parmi nous, tu devras te plier aux règles ! » Son ton était sans appel, elle ne comptait plus lui faire de fleurs à présent. La fillette était allée trop loin cette fois-ci et même si elle pouvait comprendre son comportement, elle ne l’acceptait pas pour autant. Laissant couler une larme sur sa joue, Calixta garda son regard toujours baissé, dans l’espoir de faire flancher la vielle dame. Jeune ? Oui. Intelligente ? Encore plus. Calixta savait comment radoucir ce regard sévère qui se posait sur elle à cet instant. Et comme à chaque fois qu’elle faisait les frais d’une remontrance, elle avait eu gain de cause.


Saint-Pétersbourg 2001. « Tu ne vas quand même pas pleurer comme une fille ? » Agée d’à peine dix ans, le répondant de Calixta dépassait sa beauté légendaire. En face d’elle, Edward McCalister, garçon arpentant les couloirs du pensionnat depuis autant d’années qu’elle, regardait ses chaussures comme si elles étaient la huitième merveille du monde. Voulant rabaisser la jeune fille en éloignant le nouveau couple de parents d’elle tout en se rapprochant d’eux, il n’avait jamais connu plus bel échec que celui-ci. C’était – malheureusement – sans compter sur les talents de sa vis-à-vis. Elle avait l’art de faire fuir n’importe quelle famille et quand cela relevait de la vengeance, elle se surpassait encore plus. « Tu feras mieux la prochaine fois… » Lâcha-t-elle la voix trainante, le visage grave laissant transparaitre une pseudo-sincérité sur ses traits. Appréciant la sollicitude de la jeune fille, Edward s’approcha d’elle. Il n’avait peut-être pas tout perdu, en fin de compte. Il avait cru percevoir de l’intérêt de sa part et c’était ce qui importait le plus à ses yeux. Approchant ses lèvres de son oreille, Calixta ne fit que murmurer les mots qui allèrent sceller le destin du garçon. « Ou pas ! » Termina-t-elle sadiquement. Un sourire innocent sur les lèvres, la blondinette sortit de la chambre, rejoignant ses amies qui l’attendaient un peu plus loin. Quelques minutes plus tard, le jeune Edward sortit à son tour avec beaucoup moins d’entrain que sa camarade. La jolie Yasikov venait de l’écraser comme un vulgaire insecte. Il n’était pas le premier à faire les frais de son mauvais caractère et il ne serait surement pas le dernier.


Saint-Pétersbourg 2003. « Calixta ! Calixta ! Mme Bielinski te veut dans son bureau ! » Tanya, essoufflée, avait le don de se retrouver aux bons endroits, aux bons moments, elle était au courant de tout et aujourd’hui ne faisait pas défaut. « J’ai vu un couple entrer dans son bureau et je crois bien qu’ils sont là pour toi ! » Le sourire qui ornait les lèvres de la blondinette disparu aussitôt. C’était impossible. Elle avait fait en sorte que son tour ne vienne jamais et jusqu’à aujourd’hui, elle avait réussit. Affichant un visage impassible, elle n’avait qu’une seule idée en tête : mener la vie dure à cette famille comme elle avait fait précédemment. Ce ne sera pas si difficile après tout, elle était devenue au fil des années maître en la matière au point que plus personne ne voulait d’elle.


LOS ANGELES 2007. Un an. Cela faisait un an qu’ils étaient ensemble. Pas grand-chose pour les autres  mais, le plus beau jour de sa vie, à ses yeux. Il ne ressemblait pas aux autres garçons qu’elle avait pu côtoyer. Il était attentif à ses besoins, aux petits soins avec elle, affectueux, tendre et parfait en tout point. Un peu trop parfait peut-être. Déposant un baiser sur la joue de son père et offrant à sa mère un sourire complice, Calixta quitta leur immense demeure pour rejoindre l’appartement de son petit-ami. Du moins, c’était ce qu’elle leur faisait croire. Aujourd’hui, ils auraient dû fêter leur un an en tête à tête. Ils auraient fait une sortie loin de la ville, loin de tout et ça aurait été parfait. Mais, au lieu de ça, la jeune femme se rendit chez le médecin. Cela faisait quelques jours que son petit ami avait disparu et elle ne voulait pas garder l’être qui grandissait dans son ventre, de peur qu’il lui rappelle chaque jour la lâcheté de son père. Il avait disparu, sans prévenir et il ignorait tout de sa grossesse. C’était bien mieux ainsi, pensa-t-elle, en tentant de ravaler les larmes qui menaçaient de couler le long de ses joues. Elle était Calixta Yasikov, elle ne pouvait pas se laisser aller de la sorte, ce n’est pas ça qu’on lui avait appris, ce n’était pas ainsi qu’elle réagissait en temps normal. Malheureusement, rien n’était normal aujourd’hui et les choses étaient sur le point d’empirer.


New York, 2011. Elle se réveilla en sursaut, comme presque toutes les nuits depuis plusieurs mois. Elle posa la main sur sa poitrine, légèrement au-dessus du cœur, comme pour s’assurer que ce n’était pas un mauvais rêve. La cicatrice était bien présente et normalement, cela ne devait plus faire aussi mal que ça. Enfin, c’était ce que disaient les médecins. Se servant un verre d’eau, elle se remémora l’incident qui avait laissé cette trace sur son corps. Calixta était retournée en Russie pour tenter de retrouver ses parents biologiques, ou du moins, en savoir plus sur eux mais, la seule chose qu’elle avait trouvée était des hommes armés et une balle qui aurait pu lui ôter la vie. Aujourd’hui encore, elle ignorait si cela était le fruit du hasard ou si c’était les conséquences de ses recherches. Elle avait passé des jours à l’hôpital, entre la vie et la mort, laissant ses parents dans le plus grand désarroi. Elle regarda l’heure, il était encore trop tôt et à défaut de pouvoir se rendormir, elle prit son carnet à dessin. La douleur ne disparaîtrait pas et son âme ne cesserait d’être tourmentée mais, au moins, elle pourrait calmer son esprit et donner le change devant ses parents.

Chicago, de nos jours..

Pseudo ➜ Mélinda. Âge ➜ 27 ans. Pays ➜ écrire ici. Fréquence de connexion ➜ 5j/7. Découverte du forum ➜ google. Avis ➜ Perfect stress Autres ➜ écrire ici.

Dianna Agron - Personnage inventé x
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Calixta, Russian princess. 2.0   Sam 20 Fév - 17:57

Bienvenue parmi nous ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
 
Calixta, Russian princess. 2.0
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» EARTHQUAKE WARNING FROM RUSSIAN INSTITUTE of PHYSICS of the EARTH
» Russian roulette → 19/07 | 15h45
» RUSSIAN ROULETTE.
» Lana N. Romanova ☼ Relationships of a young Russian girl.
» Enjeux et défis des prochaines élections indirectes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YUCK IT UP :: LES ARCHIVES :: Les archives :: Les fiches périmées-
Sauter vers: