ecoh ✣ (un)lost

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: ecoh ✣ (un)lost   Jeu 23 Juil - 2:49

Eythan Cornelius Ò Hara

Eddie Redmayne
Né(e) le 12 juillet 1987 à Dublin en Irlande, j'ai 27 ans et suis de nationalité irlandaise. Si vous voulez en savoir un peu plus sur moi, sachez que je suis plutôt modeste et que je le vis bien ! Actuellement en couple, je tiens à préciser que je suis plutôt du genre hétérosexuel... Désolé(e) d'avance pour les cœurs brisés.

Métier actuel : propriétaire du Peach & BurbonAncien étudiant de Chicago : nonAncien membre d'une confrérie : non

Personnalité & addictions

Drôle - 62%
Réfléchi(e) - 58%
Créatif(ve) - 77%
Travailleur(euse) - 86%
Fêtard(e) - 13%
Narcissique - 5%
Artiste - 89%
Amical(e) - 75%
Jaloux(se) - 60%
Méfiant(e) - 24%
Sportif(ve) - 41%
Prude - 22%
Généreux(se) - 78%
Têtu(e) - 39%
Hautain(e) - 10%
Séducteur(trice) - 21%
Honnête - 80%
Joueur(euse) - 35%
Alcool : 5%Drogues : 0%Sexe : 66%

Renseignements multiples
Depuis quand vivez-vous à Chicago ? Jamais je ne quitterai l’Irlande. Tels étaient les paroles prononcées par un jeune homme qui croyait tout connaitre et qui pourtant ne savait rien. Eythan devait avoir dix-huit ans lorsqu’il a prononcés ces mots. Il s’imaginait que sa terre natale avait tout à lui offrir et qu’elle était à la hauteur de ses ambitions. Il se trompait royalement. Il avait terminé ses études en art et ne savais pas trop quoi faire de sa vie quand, tout à coup, ça lui a sauté aux yeux. Un de ses amis avait partagé un lien sur Facebook qui montrait un top 10 des cafés à visiter dans le monde. La première réaction d’Eythan fut la suivante : Les gens font vraiment des top 10 de n’importe quoi. Puis, ç’a cliqué. Il allait avoir son propre café. Il allait mixer galerie d’art et café. Parce que c’était deux trucs qu’il aimait par-dessus tout dans la vie. Il ne pouvait pas vivre sans son café du matin – un accro assumé, oui – et l’art avait toujours occupé une grande place dans sa vie. C’est donc à ce moment qu’il a décidé qu’il allait devenir propriétaire d’un p’tit coin de paradis bien à lui. Il a passé un an à tenter de trouver l’endroit idéal en Irlande, sans succès. C'est à ce moment que lui est venue l'idée de faire ses recherches ailleurs. Lui qui avait toujours rêvé de visiter les États-Unis, voilà qu'il avait l'opportunité d'aller y vivre le rêve américain. Il savait qu'ils étaient amateurs de café et d'art alors pourquoi ne pas tenter d'y implaner son petit commerce? C'est ainsi qu'il a finalemen trouvé un bâtiment, un truc un peu délabré qui nécessiterait quelques travaux, mais qui - après visite - ferait l'affaire. Et puis, l'immeuble avait même un petit logement au second étage. Parfait. C'est donc à l'âge de vingt-cinq ans qu'il quitta le nid familial de façon définitive et commença ce nouveau chapitre de sa vie, à 5 886 kilomètres de sa terre natale.

Que pensez-vous de la ville et de l'université qui s'y trouve ? Disons qu'il entretient une relation d'amour/haine avec l'université. D'un point de vue positif, le fait que son commerce se situe non loin de l'établissement lui offre l'avantage. Les étudients s'arrêtent en chemin pour prendre un café et une pâtisserie à emporter ou passent en coup de vent entre deux cours, histoire d'avoir quelque chose qui les stimulent et les aident à tenir le coup jusqu'à ce que leurs cours se terminent. De l'autre, il la déteste. Elle lui a pris tout ce qui était important à ses yeux, ce qui lui était cher. C'est à cause de cette foutue université que la meilleure chose qui lui soit arrivée a pris fin. Et il lui en veut - si c'est seulement possible d'en vouloir à un building - parce que Lux l'a préférée à lui. Mais il se dit que c'est la vie et tente de ne pas être trop amer. Après tout, au final, il a plutôt bien réussi sa vie, pas vrai?

Et vous, qu'avez-vous fait comme études ? Et où ? Étudiant en art, Eythan rêvait de devenir musicien. C'était son rêve depuis qu'il étati gamin. Il avait vu, une fois, un documentaire sur Nirvana et depuis ce jour, il avait des étoiles plein les yeux lorsqu'il en parlait. Il s'amusait d'ailleurs à recréer les mimiques du chanteur décédé, à essayer de chanter comme lui. Inutile de dire que tout ça fut vain. Il n'est jamais devenu chanteur. Il a joué dans un petit groupe, par contre. À l'université, avec des amis, ils avaient créer ça juste par plaisir, par amour de la musique. Ils se rencontraient quand ils avaient le temps, quand leurs emplois du temps le leur permettaient, mais ça n'a jamais réellement abouti... Et voilà qu'Eythan se retrouve à vendre du café à des américains qui ne comprennent absolument rien quand il parle. On remercie son accent.

Biographie
C’est qui cette fille pour qui tu te fais beau? Eythan jeta un coup d’œil rapide en direction de la porte et aperçu Deirdre adossée contre le cadre de la porte. Elle le fixait, un sourcil rehaussé. Qui a dit que c’était pour une fille? Eythan haussa un sourcil à son tour, comme pour la défier. La blonde s’avança alors vers son frère et s’arrêta à un mètre à peine de lui. Parce que tu ne te sers jamais du gel pour placer tes cheveux. Tu les laisses toujours en bataille et laisse le vent faire le boulot. Dit-elle en glissant une main dans la tignasse de son cadet, plaçant ainsi ses cheveux avec un peu plus d’aisance qu’il ne le pouvait. Pourtant, le jeune homme ne dit pas un mot. Elle avait sans doute raison, il y avait bien une fille derrière tout ça, mais il ne l’avouerait jamais. Parce qu'Eythan n'était pas du genre à parler de ses émotions, de ses sentiments. Il n'était pas comme Deirdre, elle qui devenait complètement gaga lorsqu'elle avait un petit copain et ne cessait de parler de lui.  Alors, c’est qui cette fille? Eythan, irrité, repousse les mains de sa sœur et se retourne vers le miroir pour se regarder. Mon frère a une copine. Incroyable. Deirdre poussa un rire avant de quitter la pièce, un peu trop heureuse à l’idée qu’Eythan ait finalement trouvé chaussure à son pied. M’man, t’as vu Eythan comme il est beau? Qu’elle cria du haut des marches. Il veut impressionner une fille j’crois.  Et sur ce, Deirdre s’éclipsa dans sa chambre, laissant le soin à Eythan de fixer quelques mèches rebelles avant de descendre les escaliers. Plus il regardait sa réflexion, plus il se trouvait stupide. Bien placer les cheveux, s'habiller convenablement. Mais c'était la première fois qu'il sortait avec une fille; il voulait bien faire. Et puis, il avait vu ça dans les films. Après tout, sa soeur lui avait fait voir tous les films dans lequel jouait Ryan Gosling et les filles étaient folles de lui. Alors, il ne pouvait que faire craquer la brunette qu'il allait rencontrer. Pas vrai?

***

T’es… t’es vraiment en train de lire Harry Potter? Eythan poussa un long et surtout bruyant soupire. Il ne détacha pas les yeux de son livre pour autant. Pas tant qu’il aurait terminé ce paragraphe. Il leva l’index en l’air pour signaler à son interlocuteur qu’il aurait son attention dans une minutes, bien qu’en réalité ce soit plutôt trois, et continua sa lecture. Après un instant qui devait surement être long pour la personne qui se tenait debout devant lui, Eythan daigna finalement lever les yeux du bouquin qu’il tenait. Non, en fait, c’est un livre sur la mythologie grecque, j’avais juste du temps à perdre et j’ai changé la couverture. Il roula les yeux et les baissa à nouveau. Il voulait essayer de comprendre pourquoi Lux se passionnait tant par l’univers dépeint par J.K. Rowling. Et peut-être avait-il finalement compris?  Enfin, il est certain qu’il n’était pas aussi passionné qu’elle – qui le pourrait d’ailleurs? – mais il comprenait sa fascination pour le monde des sorciers, la magie. Certes, il ne comprendrait jamais réellement son affection pour le protagoniste de l’histoire, il préférait de loin Luna Lovegood, mais il est parvenu à comprendre ce qui l’intéressait tant dans ces histoires. Il était vrai que Rowling avait réussi à créer un univers à la fois complètement éclaté, mais qui, une fois plongé dans l’histoire, semble bien réel. C’était sans doute là sa force. Une simple lecture suffit au lecteur pour se transporter dans un tout autre monde, s’évader de la réalité. Et qui a besoin de s’échapper du mon plus que des adolescents? C’était sans doute ce qui expliquait le succès phénoménal de la franchise. Et ça te plait? La vois s’éleva et Eythan revint à la réalité. C’est pas mal. Ou l’art de ne pas montrer qu’on est plus intéressé qu’on ne veut le laisser paraitre. Parce qu’Eythan n’avait jamais été un grand fan des univers fantastiques. On aurait pu penser que c’était son truc, la magie et tout ça, mais il n’a jamais pris part à la frénésie qui entourait Harry Potter. Il était plutôt du genre à lire sur la mythologie ou encore des trucs historiques. Il préférait les histoires qui tenaient un minimum la route ou qui expliquaient, à leur façon, la création du monde. Attend, toi  monsieur ‘je ne lis pas de livres fantastiques à moins que ça ne soit Marvel’ qui lis Harry Potter et qui trouve ça pas mal?! Eythan plaça un signet dans son livre pour marquer la page et posa le bouquin au sol avant de regarder son ami. Ça va? Tu t’es remis du choc? Ironisa Eythan. Je lis Harry Potter, et puis? Ça change quoi dans ta vie? L’irlandais s’empara de son livre et contourna son ami, visiblement agacé par ses commentaires, et quitta la pièce. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas par amour, hien?  Eythan marmonna quelques mots, jeta un regard noir à son ami avant de claquer la porte en sortant. Il n'était pas amoureux.

***

Deirdre, tu ne comprends pas, il faut que je lui trouve un truc qui est plus que bien. Il faut que je sois à la hauteur. Lâcha Eythan en se retournant vers sa sœur. Et tu dis que tu n’es pas amoureux d’elle. Un rire cristallin sorti de la bouche de la femme tandis qu’elle secoua la tête. Eythan roula les yeux et soupira bruyamment tout en continuant de marcher. Il regardait à gauche et à droite dans l’espoir de trouver LE cadeau qui plairait à Lux. Elle aime quoi? Elle porte du parfum? Elle aime la musique? Le sport? La mode? Ces questions firent rire Eythan. Harry Potter. Deirdre s’arrêta net, forçant Eythan à s’arrêter aussi. Il se retourna pour faire face à sa sœur. Quoi? Demanda-t-il, les sourcils froncés. Tu ne peux pas dire que tu ne l’aime pas, ‘than. T’as les livres de Harry Potter à la maison et je sais pertinemment que tu les as tous lus. C’était pour elle, hein? Un énième soupire passa ses lèvres. Oui, c’était pour elle que je les ai lu. Je voulais juste comprendre pourquoi elle aimait tant ce fameux Harry Potter. J’comprends toujours pas, pour être honnête, mais si elle aime, alors j’aime… Je suppose. Un large sourire se dessina sur les lèvres de Deirdre. C’est l’amour ça, Eythan. Il haussa les épaules. Si tu le dis, c’est toi l’experte dans ce domaine. Après tout, elle était en couple depuis des années avec le même mec et ils parlaient d’emménager ensemble éventuellement, de s’acheter une maison et tout. On était à des années lumières de la relation qu’entretenaient Lux et Eythan. Et pourtant, les sentiments semblaient être les mêmes. Alors on va lui trouver un truc qui fait Harry Potter dans ce cas. Et les recherches continuèrent. Après trente minutes, c’est finalement Deirdre qui dénicha LE truc qui plairait à Lux. Eythan. Sa voix résonna dans le petit magasin et le jeune homme éclata de rire. Pas besoin de crier. Rétorqua-t-il en s’avançant vers elle. Tu crois que ça lui plairait? Demanda-t-elle en désignant un pendentif en forme de chouette. J’en suis certain. Il détacha ses yeux du bijou et regarda sa sœur. Merci. Il lui fit une accolade avant de passer à la caisse.

***

Eythan, tout va bien? Pas un mot, pas un seul son ne sorti de sa bouche. Je pars. J'ai décroché une place à l'université. C'est à Chicago. Ces paroles résonnaient encore dans sa tête. Elles jouaient en boucle comme si c’était un disque qui boguait. Il fixait toujours la porte par laquelle Lux venait de passer. Déjà quinze minutes qu’il n’avait pas décroché ses yeux de ce brun qui rappelait la merde de mouton. Ah les moutons, comme il les détestait à cet instant précis. Il sentit le bras de sa sœur se poser sur ses épaules mais ne fit aucun geste. Il arrivait à peine à croire ce qui venait de se produire. Elle était partie. Elle ne reviendrait pas. Elle allait déménager, étudier à des milliers de kilomètres de Dublin. Huit heures de vol. En avion! La colère avait fait place au déni. Elle ne pouvait pas partir. Il aurait sans doute du essayé de la retenir un peu plus longtemps, lui balancer des arguments plus convaincants que Y’a Trinity. Parce qu’il savait pertinemment que Trinity, ce n’était pas assez pour elle. Pas assez bien, pas assez stimulant. Au fond, il avait toujours su qu’elle ne finirait pas sa vie en Irlande. Il n’était juste pas prêt à l’accepter, pas encore. Tu l’aimais, n'est-ce pas? Il baissa la tête et joua avec ses doigts, signes qu’il était inconfortable. T’as le droit de l’admettre, tu sais? C’est pas un crime d’être amoureux. Il fit non de la tête. Non, il n’était pas amoureux d’elle, il n’avait pas le droit. Ce n’était pas dans le contrat. Et pourtant… La réalité était tout autre. Il l’aimait. S’il appréciait la liberté qu’elle lui avait laissée au cours des quatre dernières années ou ils se sont fréquentés, il lui fallait maintenant faire face à la vérité. Il y avait certains moments, comme maintenant, ou il aurait aimé que leur relation non-exclusive le soit en fait. Parce qu’il ne l’aurait jamais admis, bien trop fier pour ça, mais il l’aurait suivie jusqu’au bout du monde. Ne lui avait-il pas démontré qu’il tenait à elle bien plus qu’il ne voulait l’admettre? Il avait, les yeux fermés, sauté à pieds joints, s’était lancé dans la grande aventure qu’était Harry Potter juste pour lui faire plaisir. Elle l’avait trainé, littéralement, voir le premier film de la franchise. Il ne voulait pas, mais il pouvait bien faire ça pour elle, pour voir un sourire illuminer son visage. Parce que la petite étincelle dans ses yeux dès que quelqu’un prononçait le nom d’Harry Potter ou tout autre truc se rapportant à cette histoire valait plus que tout l’or du monde. Juste de pouvoir constater l’excitation, la passion dont faisait preuve la blonde suffisait à rendre l’expérience meilleure, à faire en sorte que ça en vaille la peine. Dans des moments comme ceux-là, il se disait qu’elle portait fichtrement bien son prénom. Lux. Elle était la lumière de sa vie. Tu veux bien te retourner? Et finalement il osait parler. Deirdre le dévisagea avant de comprendre que son frère ne s’était pas encore habillé, qu’il était nu comme un vers sous la couette. Elle s’exécuta et il enfila ses vêtements avant de reprendre la place qu’il occupait. Il n’y avait pas que nous deux. Expliqua-t-il enfin. Je n’était pas son seul et unique. Comme elle ne m’appartenait pas. C’était pas comme toi et Arón. Il poussa un soupire tandis que sa sœur vint s’assoir à nouveau à ses côtés. Mais tu l’aimais quand même? Il baissa les yeux et hocha la tête. Un énième soupire passa la barrière de ses lèvres. Tu as essayé de la retenir au moins? Il ne releva pas la tête.  Comment ça, à Chicago ? Tu ne pouvais pas rester ici ? Dublin... Dublin, c'est du bon. Y'a Trinity. Pourquoi Chicago ? T'as envie de finir obèse avec leur malbouffe ou quoi ? Oui il avait essayé, mais il aurait du essayer plus fort. Il aurait du être capable de trouver les bons mots. Et peut-être que s’il n’avait pas craché ces paroles, elles les aurait mieux pris. Elle aurait compris. Tu comprends pas. Y'a rien pour moi à Trinity. Chicago peut me donner ce que je veux, tu l'sais bien. Là-bas, je pourrai étudier avec les plus grands et faire quelque chose de bien. J'aime les moutons, mais pas assez pour me rouler dans leur merde jusqu'à ce qu'elle m'étouffe. Ces mots avaient eu le même effet que des couteaux qu’on aurait planté dans sa poitrine. Il savait pertinemment qu’elle avait raison, mais il était blessé. Elle l’avait blessé. Il se mordit la langue pour éviter de parler, mais peut-être qu’il n’aurait pas du. C’est toi qui ne comprends pas. Il aurait voulu pouvoir lui dire, être capable de finalement mettre cartes sur table. Peut-être que s’il lui avait dit qu’il l’aimait, s’il avait osé, pour une fois, s’il n’avait pas été aussi têtu, elle serait restée. Mais il ne le saurait jamais parce qu’elle avait tourné les talons et qu’elle était partie.
***

Eythan, tu pourrais m’aider à sortir le mélangeur, s’il te plait? Il regarda Willow avec un petit sourire au visage. Of course, mademoiselle. Avec la plus grande attention du monde, il mit l’accent sur ce dernier mot avant de poser ses lèvres conte la joue de la jeune femme. Tu voudrais bien arrêter de me parler en français? Tu sais pertinemment à quel point il m’est difficile de te résister dans ces moments-là. Il le savait et il en profitait. Il connaissait son point faible et s’en jouait. Oui, et c’est toujours un plaisir pour moi de te torturer ainsi. Il l’embrassa rapidement puis quitta la pièce pour se diriger vers sa chambre. Tu veux que je t’apporte un smoothie lorsqu’il sera fait? La voix de la femme résonna dans le petit appartement. Il est à quoi? Demanda-t-il tandis qu’il enfilait son t-shirt à l’effigie de Nirvana. C’était les joies de son métier. Pas  besoin d’uniforme. Il était libre, il était maitre de son propre navire. Fraises, framboises et bleuets. Ça le faisait déjà salivé. J’en prendrai un, oui. Voilà qu’il se battait avec ses pantalons. Il sautait comme un lapin dans sa chambre en tirant sur le rebord de ses jeans qu’il boutonna une fois qu’ils furent mis correctement. Tout va bien? La voix de la brunette résonna à nouveau dans l’appartement, son rire cristallin également. Oui, juste de la difficulté à enfiler mes pantalons. Déclara-t-il en sortant de la chambre. Il s’avança vers la brunette et enlaça ses bras autour de sa taille. Je t’aime, tu sais? Un sourire fendit son visage et elle réduisit la distance entre leurs lèvres. Ça tombe bien parce que je t’aime aussi. Il resserra son étreinte et soupira. Il était heureux. C’était peut-être ça le bonheur. Bon, je dois vraiment filer. On se voit plus tard? Elle hocha la tête et il s’éloigna d’elle, empruntant les escaliers qui le menait au commerce juste dessous l’appartement. L’idéal pour ne pas être en retard. Eythan avait trouvé la combinaison gagnante. Posséder son propre commerce et vivre dans le même immeuble. Lui qui était souvent en retard pour à peu près tout, voilà qu’il était toujours à l’heure. Enfin, presque. Il dévala les marches deux par deux et, clé en main, il alla déverrouiller les portes du Peach & Burbon. Il jeta un coup d’œil à la petite galerie ou certaines œuvres étaient exposées et sourit. Bientôt, il lui faudrait les remplacer. Il avait déjà de la demande pour les œuvres qui étaient exposées, il n’attendait plus que l’approbation des artistes pour les vendre. Parce que c’était aussi ça, son commerce. Une petite galerie d’art. Il s’occupait de mettre ses clients en relation avec les artistes qui avaient créé les œuvres décorant les murs du bâtiment et les laissait faire leur boulot.  Il ne pouvait pas laisser l’art hors de sa vie indéfiniment. Il fallait qu’elle soit là, quelque part. Et quoi de mieux, s’était-il dit, que de siroter un bon café en réfléchissant aux intentions qui avaient motivés un artiste à créer? Il était fier de ce qu’il avait construit. Il avait quitté l’Irlande pour s’installer à Chicago et si certains jours il regrettait son choix d’avoir quitté la maison, il ne regrettait pas lorsqu’il voyait les employés et client discuter, boire ensemble. Tu me remerciera plus tard. Lança Willow avec un petit sourire en coin. C’était sans doute ça la définition du bonheur.

Moi c'est pvris. !
J'ai 22 ans, je suis une fille et je vis au canada. J'ai découvert le forum grâce à une licorne qui m'est apparu dans un rêve   et je le trouve dégueu, tu me crois? parfait ! Sinon, je serai connectée sans doute tous les jours et je devrai pouvoir RP environ 2 fois par semaine.

Revenir en haut Aller en bas
 
ecoh ✣ (un)lost
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LOST LE RPG
» Alice always lost... [Validée]
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti
» Lost in blue
» « I've lost myself in all these fights, I've lost my sense of wrong and right » Ҩ CAT&KATH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YUCK IT UP :: LES ARCHIVES :: Les archives :: Les fiches périmées-
Sauter vers: