(satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: (satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.   Jeu 12 Nov - 19:06

Satine Aerith Fleetwood

Lily Collins
Née le 07 septembre 1990 à New York (Etats Unis), j'ai 25 ans et suis de nationalité américaine. Si vous voulez en savoir un peu plus sur moi, sachez que je suis plutôt riche mais anciennement pauvre et que je le vis pas trop mal ! Actuellement célibataire, je tiens à préciser que je suis plutôt du genre bi

Diplôme préparé : masterCycle & année d'étude : 1ère année de droit, graduateCursus majeur : droitSpécialisation : international et européenCursus mineur : langues

Personnalité & addictions

Drôle - 40%
Réfléchie - 50%
Créative - 70%
Travailleuse - 80%
Fêtarde - 40%
Narcissique - 10%
Artiste - 40%
Amicale - 60%
Jalouse - 95%
Méfiante - 100%
Sportive - 90%
Prude - 40%
Généreuse - 70%
Têtue - 100%
Hautaine - 30%
Séductrice - 60%
Honnête - 100%
Joueuse - 50%
Alcool : 50%Drogues : 5%Sexe : 60%

Renseignements multiples
Pourquoi avez-vous choisi d'étudier à l'université de Chicago ? Parce que j'y avais déjà étudié il y a quelques années de cela, et que si j'avais été plus assidue et "en état", j'y serais restée jusqu'au bout de ma scolarité. Aujourd'hui, je me sens pleinement prête à attaquer de nouveau le droit, pour prouver aussi que je suis capable de faire de grandes études, même en venant du milieu d'où je viens. J'aurais pu déménager à New York, voir mon dossier à l'université de Columbia retenu par exemple, voir même à Harvard, à Cambridge, après tout j'en ai amplement les moyens désormais. Mais allez savoir pourquoi... Je voulais rester ici. Cette ville, c'est un peu mon histoire.

Quelles sont vos sources de financement universitaire ? Moi et moi seule. Voilà bien longtemps que je ne dépend plus de personne.. Fut un temps ou j'avais décroché une bourse universitaire, à 18 ans. Aujourd'hui, c'est grâce à mon compte en banque que j'en suis là aujourd'hui, que j'ai pu dire "je veux reprendre mes études". Autrement, je serais peut-être encore au fond de mon petit appartement, à bosser pour vivre ma vie à Chicago. Incapable de reprendre mes études, d'avoir un vrai métier. Aujourd'hui, la magie de la carte bleue et du chéquier m'ont en quelque sortes... Sauvée. Même si techniquement j'ai plus besoin des études.

Que pensez-vous du système de confrérie ? Au départ, quand j'ai fait l'université pour la première fois, je n'ai pas voulu intégrer de confrérie. Je venais de perdre mon père, j'avais une vie... Misérable, et me faire des amis, ou des "soeurs" de confrérie n'était pas dans mon top priorité. Aujourd'hui, je réalise combien ce système est utile à la vie universitaire. Les étudiants ont une certaine "unité" au sein de leur confrérie, comme une seconde famille. C'est tout bénef, pour une fille comme moi qui... N'a pas de famille. Qui est seule, dans la grande ville de Chicago. L'esprit de confrérie c'est une cohabitation, mais aussi un esprit de compétition, et je trouve ça génial, ça booste, ça met de l'animation, et ça casse un peu le train train quotidien des cours.

D'ailleurs, faites-vous partie d'une confrérie ? Si oui, depuis combien de temps ? En effet... J'ai très récemment intégré la confrérie des Alpha Omicron Pi. La confrérie des populaires. Comment faire autrement ? Si j'étais une parfaite inconnue lors de mes premières années sur le campus, aujourd'hui, depuis mon retour en septembre, c'est ... plutôt différent. J'en suis pas encore au stade d'Emma Watson qui a repris ses études après Harry Potter, mais quand on fini placardée sur les abris bus, forcément, les regards en biais fusent. J'ai du mal à gérer cette popularité, mais bizarrement, dans cette confrérie, je me sens à ma place. Les autres filles m'apprennent à jouer du regard des autres, à ne pas me fier aux "on dit". Pour une fois depuis .. Très longtemps, je me sens féminine, oui, mais aussi moi-même. Chose que je ne suis pas vraiment devant les photographes. Tout est travaillé, minuté, les sourires, forcés. Avec les Alpha Omicron Pi, je peux à la fois être belle, intelligente, et moi-même. Sans faire attention à ce qu'on dit de moi. Bon, pour l'instant, je suis encore à l'état de bizut, vu que je viens tout juste de reprendre mes études. Et les bruits de couloirs sur les bizutages que je pourrais avoir me font bien rire. J'ai déjà eu le droit de traverser la ville dans une robe à paillettes roses, ce qui m'a valu le droit de voir de belles - ou pas - photos de moi sur internet. Et plus encore, j'ai vu d'autres étudiants dire entre deux de mes cours magistraux "Tu savais que les Alpha envoyaient parfois leurs bizuts faire les yeux doux à un max de gars en boîte ? C'est simple: Elles doivent se faire payer au moins trois verres, juste par la force de leurs beaux yeux. Pas de bisous, juste du charisme." Et ça, ça m'plait. Jouer les belles femmes, d'accord, mais aussi les femmes malines, et intègres.

Biographie
These four lonely walls

« T'es même pas cap. » Elle est petite, brune, le regard pétillant. Sur le toit d'un appartement du quartier pauvre de Chicago, un ballon rempli d'eau dans la main, cette petite fille de six ans regarde son grand frère avec une lueur de défi dans ses jolis yeux de biche bruns. « Saty, tu sais que j'suis cap.  » En face d'elle, un garçon de dix ans, tête penchée sur le côté, sourcils haussés, dévisage sa petite soeur d'un air faussement consterné, pendant que Satine rit, innocente, maline. « Oui je sais, c'est pour ça que je dis ça! Pour que tu le fasses, c'est trop drôle! » Elle taperait presque dans ses mains si elles n'étaient pas déjà prises par la bombe à eau qu'elle garde précieusement. Elle attend le feu vert, en réalité. Elle calque les moindres de ses mouvements sur ceux de son aîné, Nicholas. Et c'est comme ça depuis qu'elle a vu le jour, incapable de prendre exemple sur ses parents. Comment le pourrait-elle ? Elle ne les voit presque jamais. Elle ne leur en veut pas. Ils se démènent jour après jour pour leur offrir un semblant de vie correcte. On a beau dire ce qu'on veut, la vie près de Chicago ce n'est pas que ce qu'on voit à la télévision, dans les séries télé. Certaines familles doivent lutter pour tenir la tête hors de l'eau, comme celle de Satine. Son père travaille en usine, et sa mère est coiffeuse. Les deux ont des horaires de malade, des horaires décalés, triment pour rapporter un salaire qui au final, leur permet tout juste de régler les factures et les courses. Alors Satine et Nicholas ont toujours fait en sorte de ne rien laisser paraître, de faire comme s'ils ne manquaient de rien. Ils préfèreraient passer du temps avec leurs parents, bien sur. Mais ils savent que ce n'est pas possible. Alors ils s'occupent comme ils peuvent. « T'as gagné. » Lorsqu'il voit le sourire de sa petite sœur s'agrandir, Nicholas ne regrette pas. Non, il ne regrette pas d'avoir lâché sa bombe à eau pile sur la tête de la voisine qui promenait son chien. Et ils se cachent tous les deux loin de sa vue, tout en riant, serrés l'un contre l'autre dans cet automne chicagoan.

Life is a bitch

« Maman a dit qu'on allait devoir déménager. » Tête baissée, dans une robe noire ample, comme si elle voulait se cacher entièrement dedans, Satine fixe le sol. Ses yeux sont gonflés, rougis par les larmes. Elle a tenu pendant toute la cérémonie sans verser une larme. C'est une fois que tout le monde est parti, et qu'il ne restait plus qu'elle et Nicholas, qu'elle s'est laissée allée. Elle, Nicholas, et leur père, sous cette toute nouvelle pierre tombale. Elle n'a pas arrêté de se répéter ces dernières années combien elle détestait la maladie. Le cancer. Quoi d'autre ? Elle avait 10 ans quand son père a appris qu'il avait un cancer des poumons. Ah, ça, elle l'avait, son père, à la maison, quand il a été forcé d'être arrêté pour les soins, les chimios, toutes ces merdes qui au final, ne lui auront même pas laissé son père. Des dépenses, encore et encore, pour rien. Ah ce qu'elle aurait aimé être riche, à ce moment là, Satine. Pour pouvoir trouver le meilleur médecin, pour qu'ils lui laissent son père. Pour qu'ils ne lui arrachent pas à seulement quatorze ans. « Je m'en doutais. » Sa voix est étouffée par les sanglots qu'elle n'arrivait plus à contenir depuis déjà une bonne demie heure. Les bras de Nicholas se resserrèrent alors autour des frêles épaules de la brune. « J'te promet que j'vais nous sortir de là, Satine. J'vais aider maman. » Et elle avait envie d'y croire, à ça, la jeune adolescente. Elle aurait peut-être pas du. Parce qu'un jeune homme de dix huit ans des bas quartiers, qui a beaucoup besoin d'argent, ça ne trouve pas miraculeusement un emploi dans les hautes sphères de la ville. Au contraire.

You're not alone.

« Nich... Nich!  » - « Satine?  » La porte s'ouvre, et de grands yeux bleus se posent sur la demoiselle de quatorze ans. Il s'approche de la jeune fille et s'assoit sur le bord de son lit. « Nich est parti faire quelques courses.. Tu .. T'as fais un cauchemar ? » Elian a dix-huit ans, et c'est le meilleur ami de Nicholas. Il vivait à côté de chez eux et venait donc souvent, et même parfois plusieurs jours d'affilée quand leur mère n'était pas très présente, pour aider son meilleur ami à tenir la maison.. Satine, il la connait par cœur depuis que c'est une enfant. Il sait pourquoi ses doigts tremblent, crispés sur ses draps. Il sait quel drame sa famille traverse, et surtout, il est terriblement attaché à la demoiselle. Elle a juste hoché la tête pour répondre à sa question, le fixant de ses grands yeux bruns, avant de tendre une main vers lui. D'habitude, c'est Nicholas qui s'occupe d'elle. Alors, Elian n'a pas rechigné, s'allongeant simplement aux côtés de la petite sœur de son meilleur ami pour l'attraper dans ses bras et caresser ses cheveux jusqu'à ce qu'elle se rendorme. « C'est bon, je suis là.. Tu peux te rendormir. Ton frère rentrera bientôt. » Petit à petit, son souffle s'est apaisé, jusqu'à devenir une respiration régulière. Elle était bien trop jeune pour réaliser l'affection que lui porte le jeune homme. Pour réaliser comment cette affection peut évoluer en grandissant.

And everything fell apart

Les mois sont encore passés. Satine, Nicholas et leur mère ont du quitter leur appartement pour un autre plus petit encore dans le quartier d'Englewood, réputé pour sa mauvaise réputation, ses trafics de drogues et autres guerres de gang. Si Satine, du haut de ses quinze ans, voulait arrêter l'école pour aider sa famille à payer le loyer en trouvant un boulot, son frère, catégorique, refusait, à l'unisson avec sa mère. Si cette dernière n'était plus qu'une ombre depuis le décès de son époux, elle restait forte pour ses deux enfants. Malgré ses maigres heures en leur compagnie, elle leur donnait tout son amour, cajolait Satine comme une véritable poupée de porcelaine. Elle apprenait souvent à sa fille comment se coiffer, comment suivre les "modes" capillaires pour se faire aimer des autres filles de l'école, même si elle était "pauvre". Et ça marchait. Malgré ses tenues à la garçonne, et son comportement pas toujours très féminin, elle avait quelques copines, et ça lui suffisait. Nicholas, de son côté, sortait de plus en plus souvent, ramenait de l'argent.. Trop d'argent. C'en était louche. A son âge, Satine était encore trop jeune pour comprendre et voir la réalité en face: Celle que son grand frère était devenu dealer, traînait dans les affaires de drogue. Elle a remarqué que son comportement avait changé, évidemment, mais ne faisait pas le rapprochement. Puis elle a compris qu'il tournait dans ces affaires, non seulement lui, mais aussi Elian. Cette découverte a provoqué une cassure entre la jeune fille et le meilleur ami de son aîné, puisqu'elle lui reprochait d'avoir entraîné son frère dans ce genre de "délires de drogue". Impuissant, il a vu la brune s'éloigner de lui.. Sans avoir l'occasion de lui parler des sentiments qu'il nourrit pour elle. Aveuglée par la colère, elle était catégorique : Elle ne voulait pas savoir qui avait commencé à se lancer là dedans, pour elle, il était responsable. Alors il a subit sa distance, la tension qui s'est installée entre eux. Ses passages à l'appartement se faisaient brefs, surtout maintenant qu'ils avaient déménagés. Nicholas allait de plus en plus souvent chez Elian, et Satine le voyait, forcément, de moins en moins, voir plus du tout. Et même s'il lui manquait, par pure fierté, elle n'a rien dit... Jusqu'à ce qu'un événement bouleverse tout.

Hurt.

Pendant plusieurs jours, Satine et sa mère n'ont plus eu de nouvelles de Nicholas. Puis, c'est la police qui est venue... Une sale affaire dans laquelle était impliqué le jeune homme avait mal tournée. Et avait viré au règlement de compte. Des jeunes qui meurent à cause de la drogue, dans ce quartier, c'est commun. Mais est-ce que vous avez idée de l'impact que ça peut avoir sur une jeune femme de dix neuf ans ? D'abord, elle a été dans le déni, lui en a voulu.  Ça voulait dire qu'elle allait devoir faire sans lui. Entrer dans le monde adulte sans pouvoir lui demander son avis. Elle a commencé à remettre en question tout ce qu'il lui avait appris, par pure rébellion, par pur dégoût. Son frère se droguait, vendait de la drogue, faisait partie de trafics louches. Pourquoi est-ce qu'il a fait ça ? Alors qu'il savait combien c'était ridicule, idiot, dangereux... Puis elle s'est apaisée, avec le temps. Et elle a compris. Qu'il n'avait jamais fait ça pour le plaisir, mais pour aider sa mère. Pour offrir un semblant de vie meilleure à sa petite soeur. Vint alors la culpabilité, d'avoir été celle qui retirait des années de sa vie à son grand frère. Et enfin, le dernier stade est venu... Le pire de tous. Elle a tourné en rond pendant de longues heures dans leur ancien quartier, passant par tous les coins ou ils avaient l'habitude de trainer ensemble. La pluie ruisselait sur elle, jusqu'à ce qu'une grande silhouette se dresse devant elle. « Satine?  » Cette voix, elle la connaît par coeur. Ces grands yeux bleus aussi. Sa rancœur a disparu, à cet instant. Satine a levé le regard pour regarder Elian, qui la regardait, déconcerté. « Ils me l'ont enlevé ... Qu'est ce que je vais faire ?  » Le dernier stade... La prise de conscience. Alors, la jeune femme s'est effondrée dans les bras du meilleur ami de son frère, en larmes. Il n'a pu que l'enlacer, comme il le faisait quand elle n'était qu'une petite fille. Sauf que cette fois, il ne peut pas lui dire que son frère va rentrer. Et elle ne sait même pas que s'il ne rentrera pas, c'est en partie par sa faute.

I don't give a fuck.

Allongée dans son lit dans un petit appartement de son ancien quartier du sud de la ville, à nouveau, un joint entre les lèvres, Satine fixe le plafond de sa chambre d'un air désintéressé. « Moi je veux profiter de la vie jusqu'au bout, quand je vois que tout ce qu'on a construit peut s'écrouler en un instant, une seconde, c'est effrayant. » Ouais, elle est dans ses moments ou elle part dans des débats profonds. Elle a vingt-trois ans. Sa mère est partie dans l'Ohio, rejoindre de la famille, trouver un meilleur boulot. Saty l'a rassurée, lui disant qu'elle continuerait ses études à Chicago,  que tout se passerait bien. Mensonges. Elle ne se rendait presque jamais à la fac, et son appartement ne tenait qu'à sa bourse qu'elle ne tarderait plus à perdre si elle continuait. Le droit, finalement, ça ne lui plait pas, elle accroche pas. Sa seule motivation à devenir avocate, c'était pour pouvoir défendre les jeunes en difficultés, comme son frère. Éviter des drames comme celui qu'il a vécu. Sauf qu'il faut se rendre à l'évidence, elle n'est pas faite pour ça. Elle ne sait même pas pour quoi elle est faite. Peut-être qu'elle pense avec trop de négativité. « Les gens se prennent la tête pour des bêtises, se fâchent avec des gens au lieu de passer outre et d'être heureux, mais pourquoi ? Pourquoi n'êtes vous pas heureux ? »  Un rire nerveux s'échappa de ses lèvres, et elle tournait la tête pour regarder sa chambre. Vide. Ouais, elle parle toute seule. Parfois, ça vaut mieux que d'écouter des cons.

Wait.. What ?

Elle a fini par abandonner la fac. Cet univers ne lui convenait pas, elle avait l'impression constante d'être perdue dans la masse, de se tromper de chemin. Mais alors, laquelle est la bonne route ? Au final, elle ne savait plus quoi faire de sa vie. Alors elle a commencé à travailler dans un restaurant comme serveuse. Tous les moyens sont bons pour payer le loyer. La nuit, lorsqu'elle quittait les beaux quartiers pour retourner vers le sien, elle passait parfois par les grandes rues, avec ces grandes maisons, et se surprenait à rêver d'une vie ou elle ne manquerait de rien comme tous ces gens qui allaient et venaient, le porte monnaie plein, le sourire aux lèvres. Puis, dans un soupir, elle revenait à la réalité, et allait prendre le métro. Non Satine, tu n'as pas cette chance. A moins que...
Il y a deux ans, elle se trouvait au travail, quand elle a senti leurs regards peser sur elle. Deux hommes, à l'affut, la regardaient aller et venir, à tel point que ça la gênait. C'est après avoir débarrassé leur plat principal qu'elle a fini par demander de but en blanc : « Vous avez un problème messieurs ? » Elle est comme ça, Satine : Elle ne mâche pas ses mots, et quand elle a quelque chose à dire, ça vient. Encore une fois, leurs regards pesaient sur elle, avec un mélange de curiosité et de.. Fascination. Comme s'ils venaient de découvrir un putain de site de fouilles archéologiques. Une mine d'or. « Vous avez un prénom, mademoiselle? » Le plus âgé d'entre eux se redressa, et elle fit un pas en arrière, hostile, sauvage. Ça leur plaisait deux fois plus. « Ça dépend pour qui? » Des techniques de drague, elle en a vu à la pelle, ici. Mais elle ne s'attendait sûrement pas à voir ce type sortir une carte de son manteau. « Que diriez vous de votre futur employeur ? Vous avez déjà pensé à faire du mannequinat ? » Son premier réflexe ? Regarder partout autour d'elle, chercher. Ils la regardaient sans comprendre, jusqu'à ce qu'elle reporte son attention sur eux. « C'est une blague, c'est ça? » Sourcils haussés, bras croisés, elle sursauta lorsqu'elle entendit son patron l'interpeller avec agressivité pour lui rappeler qu'elle n'était pas là pour taper la discussion aux clients. « Absolument pas. Alors si un jour vous décidez d'y croire, que vous voulez voir plus loin que les tables de ce restaurant.. Cette carte vous indiquera ou trouver mon agence. » Ahurie, Satine n'a pas pipé mot. « Votre offre, elle est valable à partir de quand ? » - « Immédiatement. » - « Satine. Je m'appelle Satine. »

A whole new world

« Satine, penche un peu plus la tête en arrière, non, pas trop! Comme ça, voilà. Souviens toi de ce que les filles t'ont montré hier. » C'est comme ça qu'elle est entrée dans la sphère du mannequinat. Qu'elle est devenue une des figures les plus demandées des magasines. Son petit air sauvage, rebelle, et en même temps terriblement féminin lui a valu d'être propulsée au milieu des podiums, et devant les flashs des photographes. Et pourtant, malgré toutes les propositions qu'elle avait, elle restait fidèle depuis six mois à Brenton, le photographe qui l'a découverte. Il lui laissait sa liberté, mais dès qu'il avait besoin d'elle, elle répondait présente. Il lui a montré progressivement comment s'adapter à cette nouvelle vie. Quel appartement choisir dans le nord de la ville, quartier aussi beau que calme, quelle voiture prendre ? Non, quel chauffeur demander. Quelles marques représenter, quels photographes éviter. La vie de mannequin n'a aucune pitié. Alors il fallait qu'elle sache faire le tri entre ceux qui en avaient après son corps pour la photographie... Ou pour plus. « C'est un cauchemar ces talons! Il font combien, trente centimètres ? » Elle se tortille, et il fait un sourire. Il lui rappelle son père, et il prend soin d'elle comme de sa fille. Sauf que bien vite, l'oiseau quitte son nid. Il sait qu'elle est promise à bien plus loin, à beaucoup plus. Satine a une attitude qui plait aux photographes, mais aussi aux caméras. Et il veut s'assurer qu'elle ne se cantonnera pas aux petites agences comme la sienne. Même par attachement. « Allez, fais un effort pour moi, c'est le dernier shooting que je te demande. » - « Hein ? » Elle arrête de sourire, redresse la tête. Il aurait peut-être pas du dire ça. « Demain, tu vas dans les locaux de Vogue pour signer comme égérie. »

Fais pas ci, fais pas ça.

Deux ans. Il aura fallu deux ans pour que le phénomène "Satine" ait conquis la sphère américaine. De plus en plus de magasines s'arrachent son visage et ses courbes. Ses yeux de biche et  son sourire narquois. Elle n'a pas tellement changé, au final. Toujours un poil rebelle, un peu étrangère au monde du showbiz. Si elle a appris à maitriser son langage (grâce à Brenton, devenu son agent), quelques mots familiers lui échappent parfois au milieu de ses apparitions publiques. Elle grimace aux photographes qui la remarquent dans la rue et essaient de choper quelques clichés. Elle n'est pas toute rose, Satine, non non. Elle a sa part de mystère. Mais c'est ce qui fait son charme dans le fond. Elle a fini par se décider à reprendre ses études, parce que dans le fond, elle aimait le droit. Elle partage un peu, et au passage, elle apprend les langues pour montrer que non, être belle et issue d'un quartier pauvre ne veut pas forcément dire être conne. Elle prend sa revanche sur la vie, Satine. En espérant que son étoile continue de lui sourire.

Moi c'est dreamy/Mélanie !
J'ai 22 ans, je suis une fille et je vis en France. J'ai découvert le forum sur Bazzart mais je le connaissais de nom depuis quelques temps et je le trouve vraiment beau, le design est sublime ! Sinon, je serai connectée tous les jours sauf exception et je devrai pourvoir RP environ 5 fois par semaine.



Dernière édition par Satine A. Fleetwood le Ven 13 Nov - 21:55, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t2212-lux-2-0-the-robot-unicorn


Lux Ó Cearnaigh
FONDATRICE - NOTRE MÈRE A TOUS
Je suis à Chicago depuis le : 03/06/2011 et j'ai déjà rédigé : 3705 messages. J'ai : 24 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : doctorante (troisième année) en ingénierie, spécialisée en robotique

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: (satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.   Jeu 12 Nov - 19:09

Bienvenue parmi nous !
Satine, j'adore ce prénom (même s'il me rend triste ). J'espère que tu te plairas bien ici, bon courage pour ta fiche ! I love you

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: (satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.   Jeu 12 Nov - 19:11

Et que dire de Lux, c'est le nom d'un personnage d'une série que j'adore *-* Merci beaucoup la belle ! stress
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: (satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.   Jeu 12 Nov - 19:13

BIENVENUE PARMI NOUS I love you I love you
La belle Lily, excellent choix ** et j'adore ton pseudo stress

Bonne continuation pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: (satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.   Jeu 12 Nov - 20:15

Lily! **
Comment tu es canon toi! stress

Et le prénom me dit quelque chose... J'suis incapable de le replacer dans un contexte (genre un film ou un bouquin), mais j'aime bien, vraiment.

Bienvenue chez les fous, et bon courage pour la fiche! superhéro
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: (satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.   Jeu 12 Nov - 20:56

Merci beaucoup mesdemoiselles Et Caoimhe, le prénom vient du film Moulin Rouge pour ma part **
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: (satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.   Jeu 12 Nov - 21:17

Bienvenue parmi nous jolie Lily **
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: (satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.   Jeu 12 Nov - 21:28

Lily Collins ** Bienvenue sur le forum !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: (satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.   Jeu 12 Nov - 21:47

LILY I love you stress
Le prénom + l'avatar
En tout cas bienvenue parmi nous et amuse toi bien
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: (satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.   Jeu 12 Nov - 22:50

Que de beaux hommes par ici Merci beaucoup à tous!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t3043-jules-haynes-i-thought-i-


Jules Haynes
NEW COMER
Je suis à Chicago depuis le : 01/11/2015 et j'ai déjà rédigé : 1331 messages. J'ai : 24 ans

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: (satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.   Ven 13 Nov - 2:50

Bienvenue à YIU :)
Oui très bons choix d'avatar et nom Wink

_________________________________

Think Less, Live More
“Skateboarding doesn’t make you a skateboarder.  Not being able to stop skateboarding make you a skateboarder.”
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: (satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.   Ven 13 Nov - 10:18

Bienvenue parmi nous ! (Satine comme dans Moulin Rouge <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Phoebe G. O'hara
SOEUR ΖΨ
Je suis à Chicago depuis le : 07/11/2015 et j'ai déjà rédigé : 1359 messages. J'ai : 25 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : étudiante en astronomie

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: (satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.   Ven 13 Nov - 15:39

Bienvenue sur YIU!! love Lily Collins !!!!! stress Super choix d'avatar et très joli prénom!
J'espère que tu te plairas ici!

_________________________________


"Je sais que l’oubli est inévitable, que nous sommes tous condamnés, qu’un jour viendra où tout ce qu’on a fait redeviendra poussière, je sais que le soleil avalera la seule terre que nous n’aurons jamais."  ©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: (satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.   Ven 13 Nov - 16:31

BIENVENUE SUR YIU
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: (satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.   Ven 13 Nov - 21:01

J'aaaime voir que beaucoup de gens voient la référence à MR
Merci à tous, vous êtes adorables ! stress stress
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.   Aujourd'hui à 22:50

Revenir en haut Aller en bas
 
(satine) ☆ She acts like summer and walks like rain.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une petite idee de qui est Larry Summer/Mondialisation.ca
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» DSC : De Summer à Constantinople.
» Summer Slam 2011
» Summer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YUCK IT UP :: LES ARCHIVES :: Les archives :: Les fiches périmées-
Sauter vers: