Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Voir le profil de l'utilisateur


Arizona H. Miller
ADMIN - CITOYEN DE CHICAGO
Je suis à Chicago depuis le : 11/10/2015 et j'ai déjà rédigé : 157 messages. J'ai : 27 ans

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits   Dim 11 Oct - 20:52

Arizona Helen Miller

Amber Heard
Né(e) le 16 mai 1988 à Chicago (USA), j'ai 27 ans et suis de nationalité Américain. Si vous voulez en savoir un peu plus sur moi, sachez que je suis plutôt riche et que je le vis bien ! Actuellement célibataire mais c'est compliqué, je tiens à préciser que je suis plutôt du genre hétéro... Désolé(e) d'avance pour les cœurs brisés.

Métier actuel : Interne en chirurgie traumatologiqueAncien étudiant de Chicago : nonAncien membre d'une confrérie : non


Personnalité & addictions

Drôle - 56%
Réfléchi(e) - 9%
Créatif(ve) - 67%
Travailleur(euse) - 98%
Fêtard(e) - 78%
Narcissique - 2%
Artiste - 89%
Amical(e) - 40%
Jaloux(se) - 90%
Méfiant(e) - 99%
Sportif(ve) - 78%
Prude - 18%
Généreux(se) - 93%
Têtu(e) - 99%
Hautain(e) - 43%
Séducteur(trice) - 68%
Honnête - 88%
Joueur(euse) - 99%
Alcool : 88%Drogues : 13%Sexe : 56%

Renseignements multiples
Depuis quand vivez-vous à Chicago ? Je suis née à Chicago. J'y ai même vécu jusqu'à mes dix-huit ans. J'avais prévu d'aller faire mes études, mais le destin a tout bousculé et mes projets avec. Je suis revenue au mois de juin, après la mort de mon grand-père. Je n'avais pas très envie d'y revenir pour vous dire la vérité, mais si je veux pouvoir sauver l'entreprise familiale, je n'ai pas d'autre choix que faire ma vie ici.

Que pensez-vous de la ville et de l'université qui s'y trouve ? Avant Chicago, c'était ma ville. Je voulais y faire mes études, y faire ma vie. Mais aujourd'hui, quand je la regarde, je vois les souvenirs de mes parents, de mon grand-père... J'ai seulement envie de pleurer quand je me promène dans les rues de Chicago. L'université est super, c'était même mon premier choix alors, je ne peux qu'en dire du bien.

Et vous, qu'avez-vous fait comme études ? Et où ? Au début, je voulais étudier l'art, plus précisément la musique. J'aime chanter, mais surtout, j'aime jouer de la guitare et du piano. Mais lorsque mes parents sont morts, j'ai voulu leur rendre hommage, alors j'ai décidé d'étudier la médecine et je ne suis pas mécontente, j'y ai découvert un métier qui me plaît. J'ai étudié à Harvard dans le Massachusetts, là où ma mère avait étudié.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler à l'université de Chicago, et pourquoi à ce poste ?Je ne travaille pas vraiment à l'hôpital. Depuis, que je suis revenue, je fais des conférences sur les premiers secours et sur la drogue aux volants. C'est un moyen pour moi, de rendre hommage à mes parents morts dans un accident de voiture, mais surtout, j'aimerais sensibiliser les étudiants. Au début, je n'avais pas vraiment l'intention d'accepter ce job. C'est vrai, j'avais déjà beaucoup à faire avec mon internat, mais il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. D'abord, cela me permet d'avoir un revenu en attendant de pouvoir toucher mon héritage, cela me permet aussi de me sentir utile, mais surtout, j'ai trouvé un moyen d'être sur le campus et de pouvoir surveiller Dax.

Biographie
Une femme allongée sur une table dans la salle d’accouchement attendait que l’on lui ramène son bébé. Son mari avait passé son bras autour de ses épaules. On avait été obligé d’emmener sa petite fille, car elle n’en respirait pas bien. Le petit être humain n’avait pas crié lorsqu’elle avait quitté la salle d’accouchement. Des larmes de tristesse coulaient le long du visage de Karen Miller. Son mari essayait de la rassurer comme il le pouvait, mais il ne savait pas vraiment ce qu’il avait le droit de dire. Il avait déjà eu du mal à supporter sa femme durant les neuf mois de grossesse. Ses sauts d’humeur avaient vraiment été insupportables. Pourtant à ce moment, tout cela lui sembla superflu. Il ne voulait qu’une seule chose qu’on lui ramène sa petite fille. Ils ne savaient pas combien de temps, ils étaient resté là, à attendre que l’on leur annonce la bonne ou la mauvaise nouvelle. Quand soudain, les cris d’un bébé vinrent à se faire entendre derrière la porte. La sage-femme qui avait été si gentille avec eux fit son entrée dans la chambre, tenant une ravissante petite fille qui commençait déjà à avoir une touffe de cheveux blonds presque blancs sur la tête. Karen ne se fit pas attendre pour prendre sa fille dans ses bras, elle avait besoin de la sentir, de la caresser, de lui faire des bisous… mais au milieu de ce moment de tendresse, elle ne put s’empêcher de rire. « Karen que ce passe-t-il ? » Son mari était à la limite de la crise de nerfs. Les neuf mois avaient été difficiles, mais les neuf dernières heures encore plus. Il ne pouvait encore supporter les sauts d’humeur de sa femme. « Qu’est qu’il se passe ma chérie ? » Sa femme se tourna vers son mari et lui sourit. « On n'a pas encore trouvé de prénom… » Dit-elle simplement avant de rire de nouveau, suivi par son mari. Ce dernier se tourna vers l’infirmière, qui les avait aidée dans ce merveilleux moment. « Mademoiselle, quel est votre prénom ? » L’infirmière se retourna avec un sourire aux lèvres, c’était la première fois, qu’on envisageait de donner son prénom à un bébé. « Je ne pense pas que vous aimerez mon prénom… Je m’appelle Arizona. » Les deux jeunes parents se regardèrent et furent immédiatement d’accord. C’était le véritable amour entre eux, ils n’avaient pas besoin de se parler pour se comprendre. C’est la femme qui ouvrit la bouche en premier. « C’est un prénom parfait… Arizona Helen Miller. » Elle savait que son mari serait touché par le choix de son deuxième prénom. Helen était la sœur jumelle de son mari qui était morte d’une leucémie deux ans avant.

Les années passèrent et la jolie petite blonde grandit dans une famille pleine d’amour. Quelques années après sa venue au monde, deux petits garçons pointèrent le bout de son nez. Rien ne pouvait aller mieux. Le grand-père paternel d’Arizona, commença à se lancer dans un projet qui allait changer à jamais la vie de toute la famille Miller. Aiden Miller, le patriarche de la famille fit une association avec un certain Graskill. Ce dernier possédait une ville entière à son nom et voulait étendre son entreprise d’abord dans tout son Etat puis plus tard dans l’ensemble des Etats-Unis. Aiden était connu pour ses nombreuses connaissances à travers les USA. Mais surtout il avait étudié le marketing, la publicité et la communication. Cette association fit bientôt des bons bénéfices. Les associés avaient étendu l’entreprise Graskill d’abord à travers les USA puis à travers le monde. Cette entreprise était une vraie merveille, mais sur un accord commun, ils décidèrent de se séparer. Après cela, les deux hommes gardèrent une amitié solide. Peut-être même un peu trop. Pour la famille Miller, ce fut un nouveau départ : eux qui étaient riches devinrent encore plus riches… Ils furent invités dans toutes les fêtes les plus huppées… Miller’s Industrie était devenu l’entreprise avec qui il fallait faire affaire pour tout ce qui touchait à la communication et la publicité. Mais revenons-en à la jolie petite blonde, ce changement avait eu beaucoup d’effet sur elle. Celle qui était vue comme l’intello de la classe avec son année d’avance, venait de passer de ringarde à la fille la plus huppée de l’école.

L’adolescence : une période pas toujours facile, surtout pour une fille pas bien dans sa peau. Malgré les apparences, Arizona n’avait rien de la princesse du lycée. Elle avait tout ce qu’elle voulait : l’argent, des copines et le garçon le plus canon du lycée. Pourtant, elle n’avait plus l’impression d’être en accord avec le monde qui l’entourait… Plus précisément avec sa famille. C’est vers l’âge de seize ans, que les choses ont commencé à dégénérer. Arizona était devenue une fille ingrate, qui passait plus de temps à faire le mur, à boire et à faire des parties de jambes en l’air avec son petit ami dans les pièces vides du lycée. Karen Miller avait cessé de compter le nombre de dispute… Le nombre de fois où elle avait été obligée d’aller chercher sa fille au poste de police et de faire jouer ses relations pour éviter à sa « charmante fille » d’avoir un casier qui aurait anéanti sa vie avant même qu’elle commence. Arizona s’était souvent demandée si les choses auraient été différentes, si elle avait laissé une chance à sa famille de l’aimer.

Elle avait dix-huit ans. A cette époque, la seule chose qui devait préoccuper une jeune fille de son âge, c’était de savoir quelle robe, elle allait devoir porter pour le bal de fin d’année… Quelle université, elle intégrait. Pourtant, c’était un autre problème qui préoccupait la jolie blonde. Elle était assise sur le sol des toilettes. Elle avait passé l’heure à pleurer, à remettre en cause sa vie. Pourtant, elle allait devoir prendre une décision : comment allait-elle annoncer à Dale qu’elle était enceinte ? Une seule fois, elle avait oublié sa pilule… une seule fois et ça avait été la fois de trop. Elle avait besoin de lui, il était sa seule famille… la seule personne avec qui elle se sentait vraiment bien. Elle se releva, sortit de la salle de bains et de la maison. Elle prit les clés de sa voiture que son grand-père lui avait offerte pour la réussite de son examen et partit à la recherche de Dale. Elle avait d’abord commencé par aller chez lui… elle avait même commencé à frapper comme une dingue à la fenêtre de sa chambre. Mais sans aucune réponse ! Elle l'avait ensuite cherché pendant plus d’une heure dans les rues sombres de Chicago. Elle ne comptait même plus le nombre de coups de téléphone qu’elle lui avait envoyé. Mais, elle avait dû se rendre à l’évidence, il n’était nul part. En arrivant devant chez elle, deux voitures de police étaient stationnées devant chez elle. Elle commença intérieurement à s’énerver. Sa mère avait encore envoyé les flics la chercher. Pourtant, une intuition ne lui disait que ce n’était pas pour elle que la police était là. Elle avait pourtant fait attention. Ses parents étaient sortis à un gala de charité et ne devaient pas revenir avec minuit, il était seulement 23 heures.


« Ceux qui quittent ce monde, ne nous quittent vraiment jamais. Ils sont toujours présents dans notre cœur et dans nos pensées. » Des milliers de gens étaient rassemblaient autour d’Arizona et de ses frères. Ils étaient installés sur des chaises devant les cercueils de leurs parents. Ce soir-là, alors qu’ils avaient décidé de revenir un peu plus tôt, ils avaient eu un accident… Des jeunes bourrés qui revenaient d’une fête… Ils n’avaient pas pu ralentir… Tout le monde était mort, ses parents, mais aussi les quatre jeunes dans la voiture. Pourtant, elle n’arrivait pas à avoir du chagrin pour eux. Ils avaient tué ses parents… ils avaient tué son bébé. Le soir, où la police était venue leur annoncer l’accident, elle avait été prise de mal de ventre… des douleurs atroces… Le médecin des urgences avait même du même l’opérer. Elle faisait une fausse-couche, mais enceinte de trois mois, il avait fallu l’opérer en urgence. Là devant, les cercueils, elle n’arrivait pas à pleurer. Elle était en colère, contre elle, contre son égoïsme, contre les jeunes qui avaient tué ses parents, contre le monde entier. On dit souvent que ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts. C’est ce qui se produisit pour la jolie blonde.

« Arizona, tu viens : on sort et cette fois, tu ne vas pas rester à l’appartement ! » Elle aimait plus que tout sa colocataire, mais il fallait avouer qu’elles n’avaient pas les mêmes priorités. Après la mort de ses parents, Arizona avait coupé les ponts avec ses anciens amis. Elle était partie sans laisser le moindre mot. Elle avait quitté Dale, sans explications. Avant tout ça, elle avait décidé d’aller à l’université de Chicago, mais finalement, elle avait opté pour Harvard, l’université où ses parents s’étaient rencontrés. La médecine avait été une évidence… enfin c’était plus une façon de se racheter auprès de ses parents… sinon elle aurait étudié la musique. Mais la médecine n’avait pas été un si mauvais choix, là-bas, elle avait trouvé une stabilité… une sérénité. Mais, elle avait décidé de faire de ses études une priorité et ne sortaient guère. Il faut dire qu’elle n’avait pas vraiment fait le deuil de Dale. Pourtant, ce soir-là, elle avait décidé de sortir avec sa coloc. La fête battait son plein à l’intérieur de la boite. Très vite, elle avait perdu le contact avec sa camarade, mais ne s’inquiétait pas, elles finiraient bien par se retrouver. « Est-ce que je pourrais t’offrir un verre ? » C’était une voix si sensuelle et si charismatique. Pour elle, cela avait été comme un coup de foudre. Il était grand, brun, séduisant et gentil.

« Arizona, s’il te plaît, tu dois porter plainte. Tu ne peux pas continuer comme ça ! » Cette fois-ci, il n’avait pas été de main morte. Il l’avait tabassé jusqu’à ce qu’elle perde connaissance. A son réveil, il avait disparu et elle s’était enfuit. Ce n’était pas la première fois, qu’il la battait, mais elle l’aimait alors elle restait. Pourtant, ce soir-là, il avait été trop loin. Sa colocataire l’avait accompagné aux urgences, où un médecin avait soigné ses blessures et son poignet cassé. Un policier était venu prendre sa déposition. Là, dans ce hôpital et avec l’aide d’un médecin si gentil et d’un policier protecteur, elle avait pris conscience que ce n’était pas de cette façon qu’elle allait rendre hommage à ses parents. Que de là où ils étaient, ils ne devaient pas être en paix avec ce qui arrivait à leur fille. Un an qu’elle subissait ce calvaire et pourtant, elle était restée, jusqu’à ce jour-là. Elle allait changer. Elle n’allait plus être la femme sans défense qui subissait sa vie. Plus, jamais, elle ne laisserait une personne guidait sa vie.

« Mademoiselle Miller, je suis désolée pour la mort de votre grand-père, je sais que depuis la mort de vos parents, il était votre seule famille, mais nous devons absolument parler de votre héritage. » Si ça ne tenait qu’à elle, elle aurait reporté ce rendez-vous avec le notaire de la famille d’au moins un an, mais durant le mois, qui avait suivi la mort de son grand-père, il n’avait cessé de la harceler au téléphone. « Il y a une condition pour que vous puissiez toucher l’héritage de votre grand-père : il faut que vous restiez marier un an avec M. Dax-Newt Graskill » En entendant, les paroles de son notaire, elle crut qu’elle allait s’étouffer. C’était une blague. Elle ne pouvait pas se marier avec lui. Ils ne s’étaient jamais supportés. Pour lui, elle était la petite intello puis ensuite la princesse à son papa. Pour elle, il n’était qu’un petit con qui profitait de l’argent de papa. Non, c’était une blague, jamais, elle n’arriverait à rester marier avec lui pendant un an. Elle ne l’avait pas revu depuis la mort de ses parents, ce qui n’était pas une grande perte. Elle ne savait même pas ce qu’il était devenu : sans doute, un branleur qui profitait toujours de l’argent de ses parents. Elle préférait renoncer à l’argent de sa famille plutôt que de s’approcher de ce Graskill. Mais, c’était l’argent de sa famille ! L’argent que son grand-père avait mis toute sa vie à gagner, elle ne pouvait pas renoncer. Elle avait décidé après ses années de calvaires, qu’elle ne laisserait plus jamais personne lui dicter sa vie et ce n’était certainement pas Dax-Newt Graskill qui allait le faire. Il l’épouserait qu’il le veuille ou non

Moi c'est Blueye !
J'ai 20 ans, je suis passée d'une licorne à un cookie et je vis en France. J'ai découvert le forum à la base sur Bazzar et je le trouve toujours aussi bien, c'est pourquoi, je fais un DC ! Sinon, je serai connecté(e) 5/7 et je devrai pourvoir RP environ 2 fois par semaine.




Dernière édition par Arizona H. Miller le Mer 30 Déc - 21:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits   Dim 11 Oct - 21:04

ADDIBOU I love you
REBIENVENUE CHEZ NOUSS :moustache:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Le Doyen
TÊTE PENSANTE DE CHICAGO
Je suis à Chicago depuis le : 09/07/2015 et j'ai déjà rédigé : 1092 messages. J'ai : 55 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : le fabuleux doyen de cette université

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits   Dim 11 Oct - 21:28

C'est important de sensibiliser les jeunes des risques qui les entourent. Trop peu de personne se rendent compte de ce que peut engendrer l'alcool au volant par exemple. Ton métier est très enrichissant, que ce soit pour toi ou encore ton audience. Je valide le choix.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits   Dim 11 Oct - 22:07

Je trouve que le prénom colle bien à Amber, qui est juste sublime **

Bienvenue parmi nous docteur
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits   Dim 11 Oct - 22:18

Adidi, c'pas possible ça Tu joues que des canons ou... ?
(RE)BIENVENUE SUR YIU coeur
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits   Dim 11 Oct - 22:18

MA ADDDDIIIIIIIIIIIIII
RE-BIENVENUE POULETTE

Tu sais que t'es belle comme ça aussi ?? Hein ! Hein! Hein !!!
Courage pour ta fichounnettte stress
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t2234-je-vous-emmerdes-et-je-re


Sidney Arriston
ADMIN - SANS CONFRERIE
Je suis à Chicago depuis le : 13/09/2015 et j'ai déjà rédigé : 540 messages. J'ai : 21 years d'après mes amis. Dans la vie, je suis : 2ieme année en Littérature Française

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits   Dim 11 Oct - 22:34

Addi ou Arizona tu restes la fille la plus sexy du campus et des citizens 

Re-bienvenue a toi  coeur

_________________________________
Summer is coming with

Sidney Arriston
© minori.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits   Dim 11 Oct - 23:00

Arizonaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa, épouse moiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Et les princes sa existe hein, mais ils sont tous prit
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits   Dim 11 Oct - 23:21

Rebienvenue parmi nous ! T'es canon ! (surtout tu as écouté mon avis concernant l'avatar haha)
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits   Lun 12 Oct - 0:01

REBIENVENUE PARMI NOUS I love you
Bonne continuation pour ta fiche !

Chirugienne en trauma, tu vas te faire un max de blé avec le nombre de psycho ici
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits   Lun 12 Oct - 0:32

Rebienvenue ici avec ton dc I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Arizona H. Miller
ADMIN - CITOYEN DE CHICAGO
Je suis à Chicago depuis le : 11/10/2015 et j'ai déjà rédigé : 157 messages. J'ai : 27 ans

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits   Lun 12 Oct - 12:57

Sileas : merci mon choux amour2 I love you cette fois je veux un lien et pas un où je te mets un pyjama de fille

Le Doyen : merci beaucoup amour2 j'espère faire un bon travail et surtout faire chier Dax


Logan : merci beaucoup amour2 I love you mais je suis pas encore médecin juste interne

Caleb : merci beaucoup amour2 I love you Oui, je joue que des canons pour te faire tourner la tête  

Nova : merci beaucoup amour2 I love you tu vois qu'il est mieux comme ça ton message   on sera les filles sexy

Sidney d'amour : merci beaucoup I love you amour2 Peut-être mais je suis quand même derrière toi 

Stefanou d'amour : merci beaucoup I love you amour2 je t'épouserais après que j'ai réglé cette affaire avec Dax quand je l'aurais tuer on sera libre et en plus riche 


Ruru d'amour: merci beaucoup amour2 I love you je sais que je suis canon pas besoin de me le redire  tu as eu la meilleur idée je l'adore


Jade : Merci beaucoup amour2 I love you pourquoi tu crois que j'ai choisi cette voie XD

Lukas : merci beaucoup amour2

_________________________________
eternity drop :: T’es cap toi de faire pleurer une fille le jour de son mariage, de rire quand t’es malheureux, de te taire pendant dix ans ? Dis moi, t’es cap’ ?:: by milka.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t2212-lux-2-0-the-robot-unicorn


Lux Ó Cearnaigh
FONDATRICE - NOTRE MÈRE A TOUS
Je suis à Chicago depuis le : 03/06/2011 et j'ai déjà rédigé : 3705 messages. J'ai : 24 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : doctorante (troisième année) en ingénierie, spécialisée en robotique

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits   Lun 12 Oct - 13:34

TOI
Re-bienvenue chez toi poulette, je suis prête à parier qu'ils seront nombreux à vouloir passer sous ton bistouris

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits   Lun 12 Oct - 14:48

oooh my god, ce choix d'avatar est PARFAIT. bave t'enchaînes les canons dis-moi
re-bienvenue chez les fous je sens que mon DC va venir faire un petit tour à l'hopital...
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits   Lun 12 Oct - 18:36

sexy la futur médecine amour2 bienvenue sur YIU
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits   Aujourd'hui à 22:51

Revenir en haut Aller en bas
 
Arizona : Les princes existent .... mais seulement aux rayons biscuits
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Hazel » touche moi, mais seulement avec les yeux.
» Kaaron Perkior, Mi-dragon et euh....mi humain mais seulement de forme...
» SWANN&LYL • Laissez nous vivre, au moins l’instant présent. On ne demande pas, d’avoir l’éternité. Mais seulement s’aimer
» On se fait chier n'est ce pas? [Max & sa future femme, mais seulement dans les rêves de celle ci]
» Le crépuscule a besoin des derniers rayons pour briller mais aussi du soir pour combattre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YUCK IT UP :: LES ARCHIVES :: Les archives :: Les fiches périmées-
Sauter vers: