léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.   Sam 10 Oct - 19:30

Léandre Saint-Juste

Leonardo DiCaprio
Né(e) le 11 novembre 1978 à Paris (France), j'ai presque 37 ans et suis de nationalité française. Si vous voulez en savoir un peu plus sur moi, sachez que je suis plutôt riche et que je le vis pas vraiment bien ! Actuellement célibataire, je tiens à préciser que je suis plutôt du genre hétéro... Désolé(e) d'avance pour les cœurs brisés.

Métier actuel : professeur de philosophie.Ancien étudiant de Chicago : oui.Ancien membre d'une confrérie : non.

Personnalité & addictions

Drôle - 70%
Réfléchi - 50%
Créatif - 60%
Travailleur(euse) - 40%
Fêtard - 80%
Narcissique - 100%
Artiste - 70%
Amical - 20%
Jaloux - 100%
Méfiant - 90%
Sportif - 30%
Prude - 20%
Généreux(se) - 20%
Têtu - 80%
Hautain - 50%
Séducteur - 100%
Honnête - 30%
Joueur(euse) - 50%
Alcool : 60%Drogues : 80%Sexe : 95%

Renseignements multiples
Depuis quand vivez-vous à Chicago ? depuis environ 20 ans. Léandre y est arrivé afin  d'y étudier. Son but précis n'était pas Chicago, ni même les Etats-Unis : mais sa vie en France l'a épuisé, il voulait donc trouver un moyen de prendre l'air, de voir autre chose, de s'enfuir. Son but était seulement d'étudier la philosophie. Malgré son adolescence mouvementée Léandre a toujours été intelligent et très intéressé par les matières littéraires ; alors, sa famille étant particulièrement riche, et partants pour envoyer leur fils dans une université aussi bien classée (parce que ça rendra bien, d'exposer la réussite scolaire de leur fils aux yeux de l'entourage), l'Université de Chicago fût choisie et Léandre n'eût pas de mal à y être accepté.

Que pensez-vous de la ville et de l'université qui s'y trouve ? Lorsque Léandre étudiait à l'Université de Chicago, il ne prêtait pas particulièrement attention à ce qui se déroulait autour de lui, les histoires de confrérie, etc. Mais maintenant qu'il y est professeur, il se renseigne un peu plus, fait plus attention et aime presque être au courant de ce qu'il s'y passe, ça le divertit et lui change les idées. Et voir le principe de mieux s'y adapter est très bien pensé selon lui. Quand à la ville, tant qu'il n'est pas à Paris tout lui va : Chicago est une grande ville, ce qui lui plaît pour l'aspect pratique. Après, il n'a jamais vraiment visité la ville : il a seulement cherché à s'approprier les quartiers qu'il fréquente afin de s'y sentir plus à l'aise. En bref, il n'a pas vraiment d'avis sur Chicago : il ne la déteste pas mais ne l'aime pas particulièrement non plus. Mais il ne compte tout de même pas déménager car il est certain que ça serait pareil partout ailleurs.

Et vous, qu'avez-vous fait comme études ? Et où ? Philosophie à l'Université de Chicago. Léandre est quelqu'un d'assez compliqué et triste dans la vie de tous les jours, un peu déséquilibré sur les bords. Mais ses quelques passions (philosophie, art, littérature) lui ont toujours permis de s'évader, de ne plus penser à ce à quoi il ne faut pas penser, et il ne pouvait clairement pas envisager faire de sa vie autre chose que des études concernant ses sujets de prédilection. La philosophie, plus particulièrement, lui permettant de se concentrer sur des sujets l'intéressant beaucoup, est presque comme une thérapie pour lui.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler à l'université de Chicago, et pourquoi à ce poste ? L'université de Chicago est, comme cité plus haut, un choix qui a presque été fait au hasard par Léandre et sa famille. Léandre voulait seulement une Université loin de Paris, dans une grande ville, et enseignant la philosophie. Ses parents, quand à eux, voulaient une Université réputée, bien classée, et c'est limite si il souhaitaient pas que les coûts soient élevés également - faut montrer qu'on peut tout payer à nos gamins surdoués, m'voyez. L'Université de Chicago fût donc la décision finale, et Léandre partit faire ses études là-bas. Son but étant de devenir professeur de philosophie, pourquoi changer de contexte quand il n'avait absolument aucun problème avec Chicago ? Il finit donc par demander à devenir enseignant à la même université où il avait fait ses études. Ce poste  n'était pas vraiment ce qu'on peut appeler une ambition pour lui : ça aurait plutôt été comme un exutoire idéal. Pour lui, parler de philosophie et transmettre son savoir à des élèves tous les jours est le meilleur moyen de supporter chaque nouveau jour sans avoir la tête trop envahie de tout ce qu'il voudrait chasser - et qu'il parviendrait justement à oublier en se concentrant sur ses cours. Les interactions avec des personnes partageant sa passion pour la philosophie est aussi une motivation essentielle : ses rapports humains se sont plus ou moins toujours limité à ce genre de relation, une relation de partage d'informations et d'idées, sans vraiment aller plus loin. Enseigner la philosophie serait donc pour lui une vraie passion et quelque part même, un moyen de détente.  

Biographie
Une traînée dorée est déjà en train de se répandre dans le ciel de la capitale française, signe du coucher de soleil à venir. Les couleurs chaudes, rouge, rose, orange, commencent à se chevaucher dans le ciel et répandent une atmosphère brûlante dans les rues. On aurait presque envie d'éviter de lever ses bras pour qu'ils ne prennent pas feu. C'est ce que chacun pense en levant les yeux. Sauf deux silhouettes précipitées. Un homme et une femme. Eux, en levant les yeux ils voient la vie. Elle est sur le point d'accoucher. Il est sur le point d'être papa. Ils arrivent à l'hôpital. Vite. Pas de temps à perdre. Tout aurait pu se passer très vite et très bien si le petit bébé n'avait pas montré tant de réticence à quitter le cocon chaud dans lequel il avait passé neuf mois. Y en avait d'autres, à côté, qui venaient pointer le bout de leur nez en un claquement de doigt. Comme si ils avaient hâte que la vraie vie ne commence vraiment. Mais pas lui, non. Lui on aurait plus dit qu'il savait déjà ce qui l'attendait. Et que si il avait pu, il aurait peut-être même essayé de se tuer avec le cordon ombilical. Mais bon. Papa et maman étaient tellement joyeux. On allait peut-être éviter de tout gâcher non ?

Et puis Léandre commence à vivre. Quand il atteint trois ans sa petite soeur nait. Léandre s'en occupe bien, il l'aime beaucoup sa petite soeur. En attendant, lui, cest un enfant un peu étrange mais de qui on est fier, il n'a jamais vraiment d'amis, préfère rester seul, est calme, est intelligent, apprend à lire à cinq ans. Papa et maman n'ont pas du tout à se plaindre. Il fait des caprices, comme tous les enfants évidemment. Sinon, Léandre est l'enfant rêvé du quartier de la ville de Haut-de-Seine qu'il habite avec sa famille. Un petit blond bien sage qui écoute et qui apprend tout bien à l'école sans jamais chahuter. Qui apprend le piano et le violon, qui va au catéchisme, qui ramène des bonnes notes. Papa est fréquemment absent à cause du travail. Et maman a des comportements un peu étrange, elle a l'air toujours triste. Mais bon. On fait avec.

Léandre a dix ans. Côté école, tout va toujours aussi bien, voire de mieux en mieux. Mais il a de plus en plus l'impression de se faire enfermer dans une cage dorée contre son gré, une cage toute pleine d'étiquettes et de signalisations qui lui fichent une énorme migraine. Le catéchisme, fini. Quitte à s'enfermer dans sa chambre à double tour. Personne ne le forcera à y aller. C'est intéréssant le catéchisme mais il voudrait pas que ses parents pensent qu'il est d'accord avec toute cette mascarade. Maintenant que tu es au courant de toutes les guerres, tous les massacres qu'il y a eus et qui perdurent à cause de cette connerie qu'est la religion. De toute façon, si il existait une seule religion qui soit bonne, elle apparaîtrait comme une évidence aux yeux d'absolument tous les hommes sans qu'ils aient besoin de s'entretuer pour ça. C'est bien Diderot qui le dit non ? A cause de tout ça il en veut presque à ses parents de l'avoir fait baptiser. De toute façon il a de plus en plus de mal avec eux. Comme avec n'importe qui. Comme avec lui-même. Lui, qui rentre dans l'hôtel particulier où il vit avec ses parents alors qu'en prenant le métro il croise tous les jours un homme ou une femme, mis à terre par la vie, réduit ou réduite à survivre en animal quémandant les restes des "hommes" qui lui passent devant sans faire attention à lui ou en lui balançant une pièce parfois. Léandre il commence à comprendre que la vie que lui montrent ses parents n'est bâtie que sur des fondations d'illusions peintes couleur or. L'adolescence est même pas là qu'on dirait qu'il commence déjà sa crise. Claquer des portes, se mettre à s'isoler et haïr tout le monde, l'insolence avec les parents et même une attitude agressive envers sa petite soeur. Mais Léandre, dans le fond, il est pas méchant. Il se sent juste bien déjà bien perdu. Il a quelque chose, dans le coeur, qui le dérange. Et il sait pas vraiment comment faire face à ça.

Léandre a dix-sept ans. Il regarde le jardin tout noir par la fenêtre depuis quelques heures maintenant. L'oreille tendue, jusqu'à ne plus entendre le moindre bruit à l'intérieur de la vaste maison. Enfin le silence. Alors Léandre prend son sac, y fourre plusieurs affaires qu'il juge indispensables. Puis quelques bouquins. Puis il sort de sa chambre en prenant garde à ne pas faire grincer ni la porte ni le plancher. Il sait où ses parents cachent leurs économies. Tout en restant prudent il va pour y prendre quelques centaines d'euros, ça devrait suffire pour quelques temps. Papa devrait même pas s'en rendre compte de toute façon. Ensuite il déchire une page blanche d'un de ses livres et va silencieusement glisser un mot sous la porte de la chambre de sa petite soeur. En lui disant de dire à maman qu'il l'aime et qu'il espère qu'elle ira mieux. C'est triste quand même, pense-t-il en traversant le jardin avant de passer au-dessus du portail. Maman aussi est consciente de pas mal de chose. Elle aussi se sent comme un oiseau mis en cage. Mais au lieu de chercher à s'évader elle se laisse mourir lentement. Il aimerait tellement l'emmener avec lui. Sa petite soeur, c'est pas la peine. Il voit bien la même flamme que lui en elle. Une flamme qui lui donnera la force de faire un jour ce qu'il fait maintenant. Une flamme qui manque à sa mère. Sa mère qui se laisse manger par son géniteur. Il ne peut pas l'appeler autrement. Jamais son père ne sera son père pour lui. Il ne sera jamais rien d'autre qu'un gros con avide de richesse et de contrôle au point de tout pourrir autour de lui. Y compris sa famille. Alors il est temps de briser la cage dorée et de prendre son envol. Et de rejoindre Clémentine. Clémentine, c'est la plus belle fille du monde. C'est le jour et la nuit à la fois. C'est la beauté même. Clémentine c'est la personne que Léandre a le plus aimée de toute sa vie. Il ne savait même pas qu'on pouvait aimer à ce point. Heureusement Clémentine elle l'aime aussi. Léandre est à peu près sûr qu'elle ne pourra jamais l'aimer comme lui il l'aime, mais c'est pas grave. Il s'enfuit avec elle ce soir et c'est l'essentiel. Ils partagent tellement d'idée tous les deux. Quand il discute avec elle la connection est telle que parfois il se demande comment c'est possible que ce qu'il est en train de vivre ça se passe dans la réalité et pas dans un film. Avant Clémentine, il n'y a eu personne. A part sa mère et sa petite soeur. Les autres, ils n'ont jamais été que des accessoires. Il a toujours évité de faire du mal au gens mais voyait tellement peu d'utilité dans leur existence qu'il a toujours été assez difficile de se montrer très intéressé sans paraître carrément ennuyé. Mais bon. Tout ça on s'en fiche. Maintenant il n'y a qu'eux deux et pour toujours. Et il sait qu'il prendra soin d'elle comme jamais personne n'aura pris soin d'une fille auparavant. Elle est toute sa vie maintenant.

Léandre vient d'avoir dix-huit ans. Maintenant il est à Londres. Clémentine avait des amis là-bas, rencontré pendant les vacances, ou quelque chose du genre. Alors ils sont partis à leur recherche. Nouveau pays, nouvel entourage, nouvelle famille, nouvelle vie. Ces amis, ils ont accepté de les héberger. Et puis Léandre et Clémentine ont cherché du travail, le genre de travail qu'on fait pendant les vacances mais pour toute l'année, pour au moins foutre la paix à leurs hôtes au bout d'un moment quand même, et vivre enfin rien que tous les deux. Et ce plan fonctionnait à merveille au début. Très très bien même. La routine s'est installée. Métro, boulot, dodo. Et même souvent tous sortaient la nuit, grâce aux billets que Léandre et Clémentine avaient chacun dérobé à leurs parents respectifs. Les pillules magiques ont commencé à apparaître dans leur cercle. Et au bout d'un certain temps il n'était plus question de sortir une nuit en boîte ou en soirée sans en avoir un peu sous la main. Mais bon, y avait de quoi payer tout ça. Ces jours-là, Léandre a commencé à revoir sa définition de la vie. Elle était belle la vie tout de même en fin de compte. Enfin, jusqu'à ce que Clémentine décide de tout gâcher. Léandre avait bien raison en fin de compte. Elle ne l'avait jamais aimé comme lui l'aimait. Au moins elle avait été honnête avec lui. Après des semaines de trahison sans aucune honte. Après une vitre cassée, un oeil au beurre noir, environ trois litres de larmes et la réquisition de ce qu'il restait de ses économies, Léandre s'est barré. A nouveau la Terre entière est à haïr. Personne n'est digne de confiance. Plus jamais il ne l'accordera à personne d'ailleurs. Maintenant il vit seul. Dans un placard, qu'il peut payer au moins. Il continue de bosser. Et de sortir. De plus en plus. Sauf qu'il ne comprend pas les gens qui sortent pour s'amuser. Lui il sort pour oublier. Les pillules magiques deviennent de la poudre magique, et ça permet d'oublier. La musique qui explose les tympans et fait s'agiter le corps dans une salle où odeurs corporelles et chaleur insoutenable sont les maîtres mots, ça permet d'oublier. Les filles qui offrent leur corps, ça permet d'oublier. Les filles, maintenant il en a besoin. Tout le temps. Il en a besoin parce qu'il a de la valeur, il est aimé, il est quelqu'un quand il les possède. Et quand c'est fini il les jette. Tout de suite. Quels que soient les remords qui s'ensuivent. Abandonné avant d'être abandonné, à nouveau. Sentir l'amour pendant quelques minutes puis quand tout est terminé et que l'amour a disparu il faut s'enfuir. Il en a besoin, d'amour. Mais ne veut pas aimer. Plus jamais. Depuis Clémentine il lui est déjà arrivé de se faire peur. A commencer à sentir quelque chose dans son coeur à l'approche d'une fille qu'il voyait trop souvent, et qui était un peu trop belle ou un peu trop intéressante. La pire situation imaginable : se sentir tomber amoureux à nouveau. Et dès que ça se reproduit, il met le plus d'écart possible entre la fille et lui. Les premières fois ça n'avait pas marché. Les filles insistaient. Alors il a fini par trouver comment mieux vivre. La méchanceté gratuite. La moindre personne en qui il sent le moindre risque, en dehors du sexe du moins, et qui semble s'attacher un minimum à lui, il devient odieux avec. Vraiment odieux. Plutôt avoir à tabasser une fille, littéralement, plutôt que de retomber amoureux. Déjà à cause de son passé. Et aussi parce qu'il est fou, et qu'il le sait très bien. Tout ce qui peut le calmer, c'est la littérature, la musique, la philosophie. Ses seules passions. Ses seules attaches. Les seuls à qui il ne risque pas de faire de mal et qui ne risquent pas de lui faire du mal. Et puis quand il lit ou joue il n'a pas cette petite voix dans la tête qui le tourmente. Cette petite voix qui l'assomme de tout le mal du monde. Du mal des gens et du mal d'amour. Du mal de lui-même. Le seul autre moyen de la faire taire, cette voix, c'est la poudre magique. Il essaie de se limiter, par rapport à ça. Il a clairement pas les moyens. Mais il en a de plus en plus besoin. Alors ça le fait paniquer. Alors avant de se retrouver définitivement pris au piège il achète un ticket pour revenir à Paris. Durant tout le trajet il se déteste. Comme il ne s'est jamais détesté. Au final, il avait raison. La vie reprend toujours le dessus. Toujours.

Dix-huit ans et huit jours et il sonne à son ancien chez-lui. Plutôt terrifié à l'idée de revoir ses parents. Terrifié à l'idée d'avoir le coeur déchiré face à sa mère et de se prendre une énorme raclée par son père. Et ses craintes s'avèrent juste. Sa mère est encore pire depuis son départ. On dirait même qu'elle n'est plus là. Qu'elle ne le reconnait plus quand elle le revoit, alors que ça faisait plusieurs mois qu'il était parti. T'as vu ce que t'en as fait, hurle son père, t'es content j'espère, si tu cherchais à l'achever t'as réussi. Et maintenant que t'es rentré, tu comptes faire quoi ? Reprendre ta petite vie comme si rien ne s'était passé ? Je sais même pas où je trouve le sang froid de pas te foutre à la porte immédiatement, et pour toujours cette fois, si c'est tant ce que tu cherches, etc etc. Léandre l'écoute. Il hoche la tête parce qu'il a plus la force. Il a voulu défier la vie et le destin et maintenant il est mis K.O, et doit l'assumer. Oui, il reprendra ses études. Oui, il est conscient que papa va devoir payer cher pour qu'on accepte de le reprendre dans un bon lycée avec ses conneries. Oui, il se tiendra à carreau. Oui, il se rattrapera. Oui, oui, oui.

Et sa dernière année de lycée recommence. Et son moral est au plus bas. Il parvient malgré tout à maintenir de très bon résultats, dans les matières littéraires du moins. Il finit également par trouver moyen de continuer à se procurer un peu de poudre magique. Et a du mal à respecter ses limites mais ne se retrouve tout de même jamais réellement pris au piège. Et puis il a beau avoir abandonné, et avoir l'impression d'être au fond du trou, il a toujours l'impression qu'en restant à Paris, c'est pire. Alors, un soir où son père est présent, il décide de parler de cette université, à Chicago, qu'il a pointée au hasard, où il pourait étudier la philosophie, le sujet qui le calme le plus, et le passionne également par-dessus tout. Au début son père hésite. Est-ce qu'il le vaut vraiment ? Est-ce qu'il croit qu'il mérite qu'on paie un tel prix pour ses études après tout ce qu'il a foutu ? Hein ? Hein ? Léandre hoche la tête encore. Il sait. Il baisse la tête, il capitule face à l'adversaire, va dans son sens pour plus vite se débarasser de sa tirade peu valorisante. Il l'aura malgré tout, il le sait. Ses résultats scolaires sont assez bons pour qu'il n'aie pas à s'inquiéter de son avenir scolaire/professionnel, et à part pour l'emmerder, quelle raison aurait son père pour cracher sur une occasion de crier haut et fort que son fils est parti faire de brillantes études aux Etats-Unis ? Evidemment, il finit par céder, comme prévu. Le bac arrive et Léandre l'obtient avec mention sans difficulté. Et est également accepté à l'université visée à Chicago, où il étudie la philosophie ainsi que l'enseignement jusqu'à atteindre le niveau exigé pour devenir professeur de philosophie, seule profession sans trop de risque pour être payé à avoir quelque chose à faire avec la philosophie. Ses années d'études ne l'ont pas trop marqué. Il y avait ces histoires de confrérie, auxquelles il ne s'est jamais vraiment intéressé. Lui il était là pour étudier, point barre. Tout ce qui comptait était de survivre et de dévorer toujours plus de livres, en essayant de se vider la tête régulièrement. Que ce soit par la perche ou le sexe. Toujours en essayant de se tenir loin des sentiments en s'arrangeant pour blesser le moins de gens possible.

Plusieurs années après avoir quitté la France, Léandre commence donc à enseigner la philosophie dans l'université qui l'a formé. Il n'a jamais regretté d'avoir choisi cette voie, car se concentrer plusieurs heures par jours sur un sujet tel que la philosophie est un excellent moyen pour lui de faire sortir ses idées sombres de son esprit pour le plus longtemps possible. Il en est même arrivé à aimer sympathiser avec des élèves, s'intéresser à eux. Il est le genre de prof préoccupé par les difficultés des étudiants à qui il enseigne, et toujours prêt à les aider, même dans ses plus mauvais jours, même quand le coeur n'y est pas. Pourtant, il reste toujours cet adolescent perdu qui n'a jamais su se retrouver, ni même se trouver à la base. Qui a peur de l'autre et de lui-même. Qui parvient toujours à trouver du réconfort, de manière saine ou pas du tout. Qui a désespérément besoin d'amour et d'attention et cherche à en obtenir le plus possible sans faire de mal. Qui laisse la vie passer, en se disant que de toute façon y a rien à y saisir. Que vaut mieux attendre la fin, sans la provoquer tout de même, parce qu'on sait jamais.

Moi c'est krystalized !
J'ai 17 ans, je suis un pingouin et je vis en France. J'ai découvert le forum sur Bazzart et je le trouve génial ! Sinon, je serai connecté(e) à peu près tous les jours et je devrai pourvoir RP environ 1 ou 2 fois par semaine.



Dernière édition par Léandre Saint-Juste le Lun 12 Oct - 17:04, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.   Sam 10 Oct - 19:40

Bienvenue I love you
Tu veux bien te marier avec moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t2234-je-vous-emmerdes-et-je-re


Sidney Arriston
ADMIN - SANS CONFRERIE
Je suis à Chicago depuis le : 13/09/2015 et j'ai déjà rédigé : 540 messages. J'ai : 21 years d'après mes amis. Dans la vie, je suis : 2ieme année en Littérature Française

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.   Sam 10 Oct - 19:41

omg omg omg Leonardo je meurs ! stress

Bienvenue sur YIU !!

_________________________________
Summer is coming with

Sidney Arriston
© minori.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.   Sam 10 Oct - 19:54

BIENVENUE SUR YIU !!! stress
Mon dieu, Léo l'acteur préféré de Nova Nous faudra un lien :)
Courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.   Sam 10 Oct - 20:05

Faut pas vous bousculer, y a de la place pour tout le monde et Liliana, avec Holland Roden je peux qu'accepter ta demande stress
Merci à vous touuutes O.O
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.   Sam 10 Oct - 21:34

OMFG LEONARDO
Bienvenu ici !! I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.   Sam 10 Oct - 21:49

BIENVENUE PARMI NOUS I love you je pense donc je suis ?
Dicaprio est un fucking choix stress stress bonne continuation pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.   Sam 10 Oct - 22:36

Leonardo, français et prof de philo. Ca donne envie de laisser tomber le boulot et stalker son cours.
BIENVENUE SUR YIU coeur

J'ai hâte d'en savoir plus sur Léandre. Déjà, les statistiques des adjectifs laissent à désirer.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.   Sam 10 Oct - 23:12

OMAGAD LEO Excellentissime choix (non non ce n'est pas mon acteur préféré :moustache: )
Bienvenue parmi nous en tout cas et amuse toi bien! I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.   Dim 11 Oct - 1:06

Bienvenue et il nous faut absolument un lien ^^
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.   Dim 11 Oct - 1:32

Bienvenue parmi M'sieur le professeur I love you très bon choix stress
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuck-it-up.forumactif.com/t2212-lux-2-0-the-robot-unicorn


Lux Ó Cearnaigh
FONDATRICE - NOTRE MÈRE A TOUS
Je suis à Chicago depuis le : 03/06/2011 et j'ai déjà rédigé : 3705 messages. J'ai : 24 ans d'après mes amis. Dans la vie, je suis : doctorante (troisième année) en ingénierie, spécialisée en robotique

Feuille de personnage
Choses à savoir sur moi :
Mes amis & mes sorties:

MessageSujet: Re: léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.   Dim 11 Oct - 10:21

OMG stress
J'adore ton prénom, j'adore ton avatar, et pire encore... Je suis le cours de philo Je vais y venir avec plaisir je crois
Bienvenue parmi nous en tout cas et bon courage pour ta fiche ! I love you

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.   Dim 11 Oct - 10:46

Bienvenue sur YIU bel homme ! Courage pour la suite de ta fiche et surtout n'hésites pas à contacter le staff en cas de besoin ! Je m'attendais pas à voir débarquer un Leonardo
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.   Dim 11 Oct - 11:50

Bienvenue à toi !!
Très bon choix de vava... Léo quoi bave
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.   Dim 11 Oct - 11:59

Merci vraiment à vous tous de votre accueil, j'vous adore déjà sans exception ** **
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.   Aujourd'hui à 10:44

Revenir en haut Aller en bas
 
léandre ► tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» APRES LE PASSAGE D'ANDRE APAID
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YUCK IT UP :: LES ARCHIVES :: Les archives :: Les fiches périmées-
Sauter vers: