delilah | all you had to do was stay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: delilah | all you had to do was stay   Sam 19 Sep - 23:24

Spencer Delilah Kjeld

ginta lapina
Né(e) le 18 mai 1991 à Keflavik (Islande), j'ai 24 ans et suis de nationalité ?. Si vous voulez en savoir un peu plus sur moi, sachez que je suis plutôt riche et que je le vis assez bien on va dire ! Actuellement célibataire, je tiens à préciser que je suis plutôt du genre hétérosexuelle... Désolé(e) d'avance pour les cœurs brisés.

Diplôme préparé : masterCycle & année d'étude : graduate, 3ème annéeCursus majeur : droitSpécialisation : juridiqueCursus mineur : cinéma et médias

Personnalité & addictions

Drôle - 50%
Réfléchi(e) - 89%
Créatif(ve) - 76%
Travailleur(euse) - 100%
Fêtard(e) - 45%
Narcissique - 10%
Artiste - 62%
Amical(e) - 88%
Jaloux(se) - 63%
Méfiant(e) - 46%
Sportif(ve) - 30%
Prude - 70%
Généreux(se) - 76%
Têtu(e) - 91%
Hautain(e) - 0%
Séducteur(trice) - 15%
Honnête - 74%
Joueur(euse) - 65%
Alcool : 70%Drogues : 10%Sexe : 30%

Renseignements multiples
Pourquoi avez-vous choisi d'étudier à l'université de Chicago ? c'est la faute de ma mère. non excusez-moi, je voulais dire que c'est grâce à elle que j'ai choisi la fac de chicago. à vrai dire je n'avais pas vraiment le choix vu que c'était l'université ou elle a étudié avant de partir pour le monde d'hollywood. alors c'était son rêve de me voir venir ici. ou plutôt sa mission de me faire venir ici. ma mère n'a pas de rêves pour moi. elle veut seulement que je sois celle qu'elle m'a dit d'être. alors j'essaye de la rendre fière de moi. c'est pour ça que j'ai accepté de venir étudié ici même si je vous avoue j'aurais préféré aller à yale...

Quelles sont vos sources de financement universitaire ? je n'ai pas vraiment de problèmes concernant le financement de mes études. en acceptant sagement de me rendre à l'université de chicago, ma mère me paierait toutes mes études et activités scolaires. je sais, je devrais penser à me débrouiller toute seule, payer mes études par moi-même mais mise à part les quelques fois ou je pose devant un objectif, je n'ai pas d'argent. j'aurais bien aimé travailler, vraiment. mais ma mère pense que les kjeld ne devraient pas travailler et se salir les mains.

Que pensez-vous du système de confrérie ? de mon point de vue, ça ne sert strictement à rien. j'aurais préféré à vrai ne pas être dans une confrérie mais ma mère avait choisi avant moi ou j'irais. pour moi les confréries c'est un ramassis d'hypocrites, je suis désolée de dire ça comme ça mais c'est vrai. et puis cette gueguerre entre les confréries c'est encore plus stupide. on devrait avoir des amis qu'on accepte comme ils sont et on devrait surtout se concentrer sur nos études. c'est pour ça qu'on est là non ? m'enfin... chacun son opinion, moi j'ai donné la mienne et je ne pense pas qu'elle va changer.

D'ailleurs, faites-vous partie d'une confrérie ? Si oui, depuis combien de temps ? Alpha Omicron Pi
je n'ai pas décidé d'aller dans cette confrérie. j'aurais préféré en choisir une autre ou ne rien choisir du tout. ce n'est pas la confrérie qui me correspond mais faut que je fasse avec. il faut que je rende ma mère fière de moi et pour ça je me devais de choisir les alphas omicron. c'était obligé. j'avais pas vraiment le choix de toute façon. c'était ça ou ma mère me reniait limite de la famille. pour elle je dois être parfaite... en gros je dois emprunter le même chemin qu'elle. aller à la fac de chicago, entrer chez les alphas, après les études aller à los angeles pour devenir une fameuse actrice ou mannequin, se marier avec un beau gosse riche. en gros je me dois d'avoir une vie comme ça. même si je n'en ai pas envie. le problème c'est que j'ai envie que ma mère soit fière de moi... comme une simple mère le serait pour son enfant. tout ce qu'il y a de plus normale vous me direz, mais c'est plus compliqué chez ma mère. je dois être parfaite. alors il faut choisir la confrérie ou toutes les filles sont parfaites, blondes, belles et riches. ça fait donc depuis quatre ans que je suis dans cette confrérie. mes deux premières années à la fac j'ai réussi de convaincre ma mère à me laisser m’acclimater, puis j'ai dû rejoindre les alphas. les débuts ont été dur.... plus ou moins. les filles étaient sympas avec moi vu que j'étais la progéniture d'une grande mannequin de renom. j'ai su que je devais jouer le jeu de la fille super populaire, riche et blonde. comment pourrais-je survivre sinon ? je me ferais bouffer de suite et ma mère ne voudrait plus entendre parler de moi. il fallait que je sois comme elle sans oublier qui j'étais vraiment. alors je jouais à l'hypocrite, c'était dur puis finalement c'est devenu facile. même si je regrettais de jour en jour d'être venue chez le alphas. cette confrérie était entrain de me changer.
en parlant de changer... les bizutages l'ont pas mal fait. en effet je n'ai jamais eu à faire à de tels défis et telles humiliations. j'en avais presque envie de pleurer chaque soir avant de m'endormir. je devais embrasser le mec le plus moche de la fac, me balader à poil dans la maison des sigmas chi ou encore taguer la porte du proviseur avec des petits coeurs super culcul. une horreur que je n'oublierais jamais. mais bon, apparemment on passe tous par là alors il fallait que j'oublie. en oubliant j'avais l'impression de devenir une autre personne... et plus je passais du temps chez les alphas plus j'avais l'impression de devenir comme ma mère.

Biographie
partie un
"hé la baleine, c'est quand que t'as fini de chier ?!" ça fait depuis une dizaine de minutes que je suis coincée dans ces chiottes étroites. mais j'ai pas vraiment le choix. soit c'était se cacher là-bas soit c'était affronter tout le monde dans le couloir. et j'en avais marre. je ne comprenais pas comment pouvait-on s'acharner sur une fille de quatorze ans à cause de son poids. merde quoi... j'aimais manger et je ne voyais pas le problème. certes je me détestais car j'étais immense et j'aurais tellement voulu ressembler à ma mère qui avait une taille de guêpe, une incroyable chevelure et qui se faisait draguer par tout les beaux garçons du monde entier. mais non, moi j'étais sa progéniture, enfin j'étais plutôt sa poubelle, la merde de sa vie comme elle aimait le dire souvent en me regardant grignoter devant la télévision. j'étais la déception de sa vie car oui, ma mère avait tout réussi dans la vie d'après elle. sauf moi bien évidemment. et entre ma mère et les élèves du collège, je craquais. les toilettes c'étaient mon moment de répit, ma cachette secrète si on peut dire ça comme ça. sauf que cette fois j'avais accouru ici pour qu'il ne puisse pas me frapper ou m'humilier. mais je savais que je devais sortir. il le fallait bien... pourtant je pouvais attendre encore quelques instants avant de recevoir de la nourriture périmée sur moi ou des sous-vêtements usagés. j'avais besoin d'une pause pour reprendre mon souffle... la sonnerie me ramène à la réalité. il fallait que je sorte désormais. il n'y avait aucun bruit dans les touillettes. j'en concluais qu'ils étaient partis en entendant la sonnerie. j'ouvre doucement la porte de ma cabine. il n'y a personne dans les toilettes des filles. super. je m'avance vers le miroir ou j'essaye d'arranger le maquillage qui a coulé quand je pleurais. bon... de toute façon ça ne sert à rien d'essayer d'améliorer ce qui ne peut pas être améliorer. je fini de me sécher les yeux, prends mon sac et sors des toilettes. "surprise baleine !" quelqu'un me plaque contre la porte de toilettes et je me reçois de la nourriture dessus. cette fois c'est de la sauce tomate. "punaise on dirait qu'elle a eu ses règles comme ça." je les entends ricaner en me voyant ainsi... humiliée. automatiquement je fonds en larme. pendant un moment je n'entends que leurs rires et leurs insultes puis tout d'un coup tout s'arrête. je ne vois plus rien, juste du noir. je ne sais pas ce qui se passe mais je me sens en paix pour une fois. mais brusquement la lumière revient et comme si je n'avais pas respiré pendant deux minutes, j'inspire profondément, essayant de récupérer toute l'air qui m'avait manqué. je ne suis plus dans les couloirs, non je suis sur un lit dans une salle que je connais que trop bien. l'infirmerie. "qu'est-ce qu'il s'est passé ?" j'observe la jeune femme rousse assise à son bureau. "tu as fais une crise de panique et tu t'es évanouie. ils ne t'ont pas manqué cette fois...." elle me regarde d'un air plein de pitié et de tristesse qui me donne envie de vomir. les adultes sont tous ainsi avec moi. mais c'est pas en me regardant avec pitié qu'ils vont m'aider. je me lève doucement et me dirige vers mon sac. à force j'ai pris l'habitude de prendre des vêtements de rechange. sans prêter attention à l'infirmière je me change et sors d'ici le plus vite possible. je ne veux plus croiser son regard plein de pitié... ça me fait encore sentir plus misérable que je le suis.

partie deux
"t'as bonne mine, je vois pas pourquoi ils ne veulent pas te laisser sortir." peste ma mère tout en fumant sa cigarette. j'ai l'impression que le concept de "ne pas fumer" dans un hôpital ne l'a pas vraiment atteint. de toutes façons elle rédige ses propres règles. personne ne peut la contredire ou lui dire ce qu'elle doit faire. mais disons que je ne suis pas fan de la nicotine, je préfère respirer un air pur sans artifices de goudron. "si tu ne m'avais pas envoyé à l'hôpital je serais à la maison." c'était vrai. tout ça c'était sa faute. elle m'avait envoyé à l'hôpital parce que d'après elle j'étais devenue anorexique. moi je n'y croyais pas. j'avais seulement maigris et pour une fois j'étais fière de mon corps. pendant ces deux semaines ils m'avaient gavé de nourriture peu à peu... enfin peu à peu est un euphémisme. ils me gavaient tellement que j'en vomissais le soir. en plus leur nourriture était dégueulasse. "il était hors de question que tu puisses rester dans ma maison avec seulement ta fine couche de peau sur tes os. tu étais affreuse ! l'hôpital t'as fais du bien mais maintenant j'ai besoin de toi." elle avait besoin de moi.... bien évidemment. ma mère a toujours besoin de moi pour faire quelque chose ou surtout pour se ramasser un bon paquet de fric. j'avais seulement dix sept ans et elle comptait faire de moi la prochaine it-girl. "j'étais très bien avant.. maintenant j'ai l'impression d'être obèse." je la vois rouler des yeux puis écraser sa cigarette contre le rebord de ma fenêtre. je plains les femmes de ménage sérieusement. ma mère est vraiment insupportable.
elle s'avance vers moi, sort son rouge à lèvre dior et s'en remet dessus avant de me foutre une claque. "arrêtes de dire n'importe quoi. ce que tu peux être rabat joie des fois ! dépêche toi de reprendre du poids, je veux que tu participes à la prochaine fashion week de paris." je reste bouche-bée devant ses paroles. elle me fait tout le temps ce coup... je devrais donc être habituée mais je n'y suis toujours pas. elle pense seulement à elle et à son pognon. jamais à moi. ou quoi que... elle pense à moi comme si j'étais elle en faite. ce qui est encore plus énervant au final. "bon je vais devoir y aller, j'ai rendez-vous avec un garçon super mignon. en plus cet endroit me donne la gerbe... dépêche toi de guérir, j'en ai marre de venir ici chaque semaine." elle passe sa main dans sa longue chevelure blonde et avec une démarche de mannequin elle se dirige vers la porte. elle s'en va sans se retourner, m'oubliant comme elle le fait à chaque fois. je me laisse tomber sur mon lit et soupire. j'ai envie de pleuré mais ça ne servirait à rien. il fallait seulement que je fasse ce qu'elle dise. me dépêcher de sortir d'ici.

partie trois
"rappelle moi encore pourquoi t'as voulu venir maman ?" je me retourne vaguement vers elle tandis que je continue de conduire en direction de l'université de chicago. "roooh punaise ne m'appelles pas maman. ça fait genre j'ai cinquante piges." je pince mes lèvres, essayant de garder mon calme et surtout me maudissant de lui avoir posé la question. j'aurais dû me la fermer comme j'arrive à si bien le faire d'habitude. mais le problème c'est que la présence de ma mère le jour de la rentrée me stresse vraiment. elle a ce don pour toujours s'incruster ou il faut pas. "je viens pour m'assurer que tu vas dormir dans une chambre décente, je voudrais pas que t'attrapes des morpions au cul et qu'après tu me les refiles quand tu reviens à la maison." des morpions ? je pense que les femmes de ménager de l'université ont largement eu le temps de nettoyer toutes les chambres et les canapés de la faculté. mais bon, c'est bien ma mère de dire ça. encore une fois elle ne pense qu'à elle. "et puis j'aimerais bien voir les mecs d'ici, les étudiants sont les meilleurs au lit. prends note de ça !" beurk c'est dégueulasse... imaginer que ma mère pourrait sortir avec un mec d'un an mon aîné. oh mon dieu... je veux même pas y penser. heureusement qu'on arrive, je pourrais essayer de penser à autre chose. même si on risque de pas passer inaperçus. j'ai l'impression que c'est la rentrée de ma mère. et encore ! vous avez pas vu comme elle est habillée. elle porte robe rouge moulante de chez moschino et sa longue chevelure blonde s'étale en cascade dans son dos. limite on pourrait la prendre pour une élève... ou une prostituée. mais sachant qu'elle est ma mère je préfère qu'on la traite comme une élève plutôt que l'autre cas. "il faut que je me concentre sur mes études... les mecs viendront après sasha." qui est sasha ? et bien c'est le prénom de ma mère, vu qu'elle n'aime pas que je l'appelle maman, je l'appelle par son prénom. la voiture arrêtée, nous sortons toutes les deux du véhicule. j'entends ses talons claqués sur le goudron tandis qu'elle se rapproche de moi. "hors de question ! tu vas aller dans la meilleure confrérie et tu vas me chopper le plus beau gosse du campus ! les études tu t'en fiches ! ton mec c'est ton futur et il est impensable que tu gâches ma réputation en étant célibataire ou en sortant avec le premier trou du cul sorti du placard." je dévisage ma mère, me demandant si elle plaisante ou pas. mais la réponse semble naturelle, elle est sérieuse. je décide donc de ne rien relever de son commentaire. ça servirait à quoi ? qu'elle me foute la honte devant tout le campus le jour de la rentrée ? non merci. et puis j'ai pas envie de m'engueuler avec elle. c'est ma mère et j'aime pas quand on est en froid. il faut que je prenne sur moi et c'est tout. "d'accord sasha... j'essaierais de me trouver un mec convenable." je passe à côté d'elle et ouvre le coffre pour prendre mes valises. après les avoir déposé à côté de moi, je ferme la voiture. "parfait, pour une fois que tu m'écoutes. aussi se serait bien s'il avait les yeux verts ou bleus et puis enlèves le balais coincé dans ton cul. c'est pas avec cette tenue ni cette démarche que tu vas coucher avec un mec." elle lève les yeux au ciel et allume sa cigarette. qu'est-ce que je peux dire de plus ?! rien. elle aura toujours raison de toute façon. mais jouer à la princesse... c'était pas vraiment moi. ou alors je devrais faire semblant. ce qui j'avoue me dérange assez car je n'aime pas les hypocrites. mais si pour ça je peux rendre fière ma mère et me faire pleins d'amis... alors je le ferais.

Moi c'est foxes !
J'ai 17 ans, je suis une licorne et je vis en france. J'ai découvert le forum par bazzart mais j'y suis déjà et je le trouve georgous ! Sinon, je serai connecté(e) tout les jours normalement et je devrai pourvoir RP environ 2/3 fois par semaine.



Dernière édition par S. Delilah Kjeld le Sam 26 Sep - 22:22, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: delilah | all you had to do was stay   Sam 19 Sep - 23:34

Bienvenueeee a toiiii!!! Pompom En plus avec le scenario de mon frangin!!!! coeur

T'es trop la meilleure, en plus t'es toi aussi une licorne !!!!

Bonne chance pour ta fiche et réserve moi un lien éventuellement.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: delilah | all you had to do was stay   Sam 19 Sep - 23:37

merci beaucoup ** avec plaisir pour le lien
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: delilah | all you had to do was stay   Sam 19 Sep - 23:40

Bienvenue beauté
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: delilah | all you had to do was stay   Dim 20 Sep - 0:05

merci **
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: delilah | all you had to do was stay   Dim 20 Sep - 0:15

Bienvenue parmi nous ** ginta est tellement...bave bave  et en plus on suit le même cursus (vive le droit ) il nous faudra un lien stress bon courage pour le reste de ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: delilah | all you had to do was stay   Dim 20 Sep - 0:33

Bienvenue!
J'adore ce prénom Delilah!

Au plaisir de te croiser dans les méandres du forum!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: delilah | all you had to do was stay   Dim 20 Sep - 0:38

Welcome to Chicago !!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: delilah | all you had to do was stay   Dim 20 Sep - 3:40

BIENVENUE SUR YIU !!! stress
Courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: delilah | all you had to do was stay   Dim 20 Sep - 8:19

Bienvenue sur le forum =)
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: delilah | all you had to do was stay   Dim 20 Sep - 9:11

(RE)BIENVENUE SUR LE FORUM coeur
J'suis trop content que tu prennes ma Delilah. On va bien s'éclater tous les deux.
Puis, t'es trop belle, y'a pas photo bave bave
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: delilah | all you had to do was stay   Dim 20 Sep - 9:41

welcoooooouuummmmee Delilah
Tu sais que tu devrais faire du mannequinat ma belle, tu as le physique pour et tu es belle. Je t'invite également à mettre en valeur tes longues jambes en portant de jolie robe, cintrée, petite veste également.

Mais t'as pas remarqué combien le doyen était lui aussi tellement bien fringué. avec ses lunettes sérieux, mais sexy, ses costumes, son côté super héros. Non sérieusement, c'est un modèle pour nous tous.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: delilah | all you had to do was stay   Dim 20 Sep - 10:10

Bienvenue parmi nous, bon courage pour ta fiche! ** amour2
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: delilah | all you had to do was stay   Dim 20 Sep - 10:23

Bienvenuuuue.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: delilah | all you had to do was stay   Dim 20 Sep - 12:17

.•°¤*(¯`★´¯)*¤°•.†,.-~*'¨¨'*·~-.¸†¨°o.¨°o.※.o°¨.o°¨¯¨'*·~-.¸¸,.-~*'°º¤ø,¸¸,ø¤º°`°º¤ø,¸•°¤*(¯`★´¯)*¤°
Bonjour je me fais bizuter par un admin de ma confrérie insensible et de très mauvais goût, du coup je dois mettre ce code partout.  

Re-bienvenue chouchou I love you
Ginta est tellement belle bon courage pour ta fichette


.•°¤*(¯`★´¯)*¤°•.†,.-~*'¨¨'*·~-.¸†¨°o.¨°o.※.o°¨.o°¨¯¨'*·~-.¸¸,.-~*'°º¤ø,¸¸,ø¤º°`°º¤ø,¸•°¤*(¯`★´¯)*¤°
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: delilah | all you had to do was stay   Aujourd'hui à 9:05

Revenir en haut Aller en bas
 
delilah | all you had to do was stay
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fiche technique et news de Stay with me
» Fate Stay Night RPG (demande de partenariat)
» BUT I'LL ONLY STAY WITH YOU ONE MORE NIGHT - 9 JUIN, 2H24
» sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes.
» Oriane Ω stay alive. (finiiiiiiii)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YUCK IT UP :: LES ARCHIVES :: Les archives :: Les fiches périmées-
Sauter vers: